Haiti: une société à deux vitesses

Post Reply
Anacaona_

Haiti: une société à deux vitesses

Post by Anacaona_ » Wed May 04, 2005 5:15 pm

http://www.ahphaiti.org/ndujour

[quote]Haiti: une société à deux vitessesPlus les années passent, plus nous avons de bonnes raisons d'admettre que nous n'avions aucune raison de faire semblant de nous emporter quand ce diplomate américain, il devait s'appeler Guelbard, disait lors d'un voyage en Haiti pendant le coup d'état de 1991 que les Haitiens avaient des chromosomes en moins.

Nous sommes en effet d'un genre spécial: Nous sommes un peuple qui aime charnellement et passionnément notre pays aussi longtemps que nous aspirons à être aux commandes.

Nous sommes hostiles aux violations des droits de l'homme, aux violations des libertés, aux arrestations arbitraires contre les abus de toutes sortes, jusqu'au jour où par quelque manoeuvre déloyale le pouvoir de répression et de malfaisance nous échet entre les mains.

Alors, adieu bataille en faveur d'une pseudo société plus juste: le contrat social sera désormais entre nous, dialogue national, ils y participeront, seulement s'ils respectent les tabous. Et les chimè (pauvres des bidonvilles) devront rester dans leurs bantoustans d'autant que nous avons obtenu la promesse des collabos qu'ils vont nous aider à occulter jusqu'au bout ces histoires d'exécutions sommaires.

Après tout, ils n'ont que ce qu'ils méritent. Qu'est-ce qui leur a pris d'avoir des revendications?.

Nous sommes en verité une societé à deux vitesses.

Le cas de l'ancien premier ministre Yvon Neptune illustre bien cette réalité.

Premier ministre du président Aristide jusqu'au départ précipité de ce derner le 29 fevrier 2004, c'est lui que des pays de la communauté internationale dont les Etats-Unis persuadèrent d'assurer la transition.

C'est en effet lui qui accuellit la prestation de serment de Boniface Alexandre comme président provisoire, soutint la formation du comité tripartite qui allait enfanter le conseil des sages ayant officiellement choisi Gérard Latortue coomme premier ministre de fait.

Il fit tout ça, en acceptant de courir le risque des accusations de cautionnement de coup d'état... Et quand il quitta la primature en mars 2004 pour laisser entrer Latortue, il décida de rester dans son pays, sachant qu'il n'avait rien à se reproher.

Et 4 longs mois s'écoulèrent. En juin, jugeant que la situation était intenable en raison notamment des arrestations jugées arbitraires et de nombreux cas d'éliminations physiques parmi les militans de son parti Lavalas, il éleva la voix pour dénoncer la situation.

Aussitôt, membres et partisans de l'ancienne opposition montrèren les griffes et les dents. Deux organisations réputées proches du gouvernement se detachèrent des rangs: le RAMICOS et la NCHR. Elles firent aussitôt circuler le bruit que M. Neptune serait impliqué dans un pr
ésumé massacre qui se serait produit 6 mois plus tôt dans une localité de Saint-Marc nommée la Scierie.

Le danger allait se préciser quand des éléments du même secteur annoncèrent le 26 juin que l'ancien premier ministre faisait l'objet d'un mandat d'arrêt. Et ce fut lui, Yvon Neptune qui fit ausitôt appeler la police pour venir le chercher, sachant une fois de plus qu'il n'avait rien à se reprocher.

Beaucoup se sont demandés aussitôt pourquoi la NCHR, l'acusatrice principale de Neptune ne s'était pas opposée à ce qu'il assure la transition qui a débouché sur le gouvernement provisoire. Ce que beaucoup d'organisaton de droits de l'homme étangères et locales appellent le pseudo massacre de la Scierie aurait été commis le 11 février 2004. Alors pourqoui avoir attendu si longtemps pour en parler?

Pour beaucoup, il apparait clair que si on a tenté et tente encore de jeter le discrédit sur Yvon Neptune c'est parce qu'on craint qu'il constitue un handicap pour ceux qui cherchent à prendre le pouvoir légalement (entre guillemets). La NHCR ne serait que l'instrument utilisé maladroitement.

De fait, il n'y a aucune charge contre Neptune. Aucune enquête n'avait encore éte menée (c'est encore le cas aujourd'hui) quand on a fait circuler la rumeur de mandat comme un ballon d'essai.

Tout ce que l'accusatrice porincipale, la NCHR, rappporta c'est que, en qualité de premier ministre Neptune s'était rendu à Saint-Marc où des bandits armés, parmi eux des militaires démobilisés dont certains venaient d'être tués par la police nationale, avaient pris de force un commissariat de police qu'ils ont incendié et pillé non sans avoir assassiné des policiers.

Ironie, on s'acharne pour des motifs uniquement politiques contre un homme pendant que des repris de justice, des gens qui ont été jugés et condamnés pour leur particpation à des meurtres et des massacres réels dont Jean Tatoune courent impunément les rues... Il y a aussi tous les autres qui étaient en prison avant les grandes évasions organisée par l'opposition d'alors, notamment celles du 29 février 2004. Ce ne sont pas des fables ni des histoires.

Le gouvernement Latortue est dans ses petits souliers avec le refus de Neptune de quitter le pays pour raisons humanitaires ou comme exilé. L'ancien premier ministre veut tout simplement être libéré sans condition. Dans le cas contraire, on pourrait toujours tenter d'agiter le supposé massacre de la Scierie pour le retenir loin de son pays.

Le régime en place est entre l'enclume et le marteau. Il y a d'un côté tous ceux qui le pressent de libérer Neptune parce qu'aucune charge n'est retenue contre lui et parce qu'il est incarcéré sous la pression de ses adversaires politiques.

Il y a de l'autre côté, justement ces forces taxées d'exaltées qui refusent d'arrêter de pousser le pays vers le gouffre et de le rendre invivable par simple crainte de perdre la face avec la libération d'un homme connu comme l'un des plus intègres du pays.

Ces gens estiment être déjà allés trop loin pour faire marche arrière, oubliant que plus ils s'enfoncent dans le mal, plus ils compliquent leur situation et plus ils polarisent inutilement le pays.

D'aucuns pensent que si le premier ministre Latortue continue de foncer tête baissée dans l'arbitraire, et de continuer de cautionner des abus planifiés par des organisations et des personnalités mues uniquement par des intérêts de groupe, il pourrait être un jour ratrappé par la justice, la bonne celle-là, qui pourrait lui demander des explications en particulier sur les exécutions commises dans les quartiers populaires et sur les dispersions dans le sang de manifestationns pacifiques, tel que dénoncées au moins une fois avec force par Juan Gabriel Valdez et d'autres chefs de la MINUSTHA à qui on aurait depuis tiré les oreilles.

Nous sommes une societé à deux vitesses.

Le 27 avril dernier, au moins 5 personnes qui prenaient part à une manifestation pacifique suivie par des journalistes tant étrangers qu'haitiens tombèrent sous des balles de la police, selon les rapports de nombreux maniifestants et témoins.

Mais tous ceux qui hier encore étaient hostiles à l'arbitraire et qui cherchent aujourd'hui à impliquer l'ancien premier ministre Neptune dans un masacre imaginaire se sont entendus pour tenter de faire passer sous silence un tel drame. Mais les mêmes, se sont donné le mot pour battre la grosse caisse autour du cas d'enlèvement d'un homme, même s'il est de bon ton qu'une telle pratique soit dénoncée avec la dernière rigueur.

En ce qui a trait à la répression du 27 avril, il convient de rappeler que des secteurs pro-gouvernementaux n'ont pas hésité à faire de la propagande autour d'une pseudo thèse d'affrontements entre policiers et manifestants qui auraient duré plusieurs heures, sans toutefois pouvoir dire combien de policiers ont été égratignés.

Nous sommes une societé à deux vitesses: Hier encore, la hierarchie catholique haitienne emboîtait le pas au gouvernement pour faire valoir le caractère urgent et incontournable des élections annoncées pour cette année, mais cette même église a perdue son ouie, n'entendant pas la voix de ceux qui gémissent dans les quartiers populaires. Elle fait son petit Ponce Pilate, ne disant rien sur le cas de cet homme qui comme celui du vendredi saint semble déterminé à boire son calice jusqu'à la lie.

Ce que tout le monde doit savoir c'est qu'il y a beaucoup de gens qui connaissent la vérité sur un ensemble de faits et de maux qui rongent la société et qui compliquent la vie des Haitiens.

Il doit y avoir des gens qui savent tout des violences qui nous détruisent et nous empoisonnent la vie, des gens qui savent tout de ceux qui commanditent les exécutions sommaires et la répression dans le sang des manifestations pacifiques, même s'il arrive que ceux qui savent tout de tout cela, ferment souvent les yeux sur de nombreux actes ré
pugnants quand ils ne les encouragent pas.

Il doit y avoir forcément des gens qui ont toutes les informations sur le phénomène du kidnapping et sur les trafics de toutes sortes. Il doit y avoir à coups sûrs des gens qui savent pourquoi la Scierie a été inventée.

Pour des raisons d'interêts et de stratégie, ils peuvent choisir de ne laisser lire que certaines pages du gros livre.

Mais, soyez assurés que d'autres pages du même livre pourraient s'ouvrir bien plutôt que vous ne le pensez. Et les irréductibles cesseront alors de jouer aux jusqu'auboutistes face à leur réalité.

[/quote]

Post Reply