Thabo Mbeki et la Renaissance Africaine

Post Reply
Jonas
Posts: 238
Joined: Sun Sep 07, 2003 11:53 am

Thabo Mbeki et la Renaissance Africaine

Post by Jonas » Sat Apr 09, 2005 9:23 am

Le Successeur de Mandela se veut l'artisan d'un "nouveau monde africain"

Le Monde 06/04/05

FABIENNE POMPEY

Le président Thabo Mbeki s'est investi, depuis son arrivée au pouvoir il y a six ans, d'une mission: démontrer qu'il existe des "solutions africaines aux problème africains". Il n'y a guère de conflits sur le continent qui ne fassent l'objet d'une tentative de règlement à Prétoria. Burundais, Congolais, Soudanais, ont précédé les Ivoiriens, réunis depuis le 3 Avril dans la capitale sud-africaine pour "une rencontre de la dernière chance".

Nelson Mandela, son illustre prédécesseur, s'était concentré sur la construction de la nation "arc-en-ciel" et la réconciliation nationale. Thabo Mbeki, moins charismatique, a choisi de focaliser son action sur la politique étran
gère.

Il fallait remettre l'Afrique du Sud sur la carte du monde, lui donner une stature internationale à la hauteur de sa puissance économique. Cela lui a d'ailleurs valu dans son pays de vives critiques et le surnom de "frequent flyer", l'abonné des compagnies aériennes, ses détracteurs lui reprochant de délaisser les problèmes intérieurs.

Lors de sa première investiture, en juin 1999, il proclamait: "Le XXI siècle sera africain". Il a mis un nom sur ce grand dessein continental: "La renaissance africaine". Il rève alors d'un "nouveau monde africain", qui prendrait son destin en main et ferait de la paix, la stabilité, le développement et la démocratie ses principes cardinaux.

La première étape est la "liquidation du système colonial" et la reconnaissance de la "faillite du néocolonialisme". Le combat pour une "renaissance africaine" sera "extrèmement difficile", reconnait M. Mbeki, qui craint des attaques "de forces réactionnaires tant de l'intérieu
r que de l'extétieur du continent"

L'Afrique du Sud a des atouts pour mener cette croisade. Elle est le pays du "miracle", celui ou la tyrannie a été vaincue sans passer par le chaos et les règlements de comptes, sa commision Vérité et Réconciliation est érigée en modèle, et sa démocratie montrée en exemple.

Thabo Mbeki a remporté un premier succès en imposant d'abord au reste de l'Afrique puis aux grandes puissances à travers le G8 son "Nouveau partenariat pour l'Afrique, le Nepad, comme base des futures relations entre le continent et le reste du monde. Mème si le projet reste un peu vague, il est nourri de bonnes intentions: instaurer une relation équitable entre le Nord et le Sud ou bonne gouvernance et démocratie iraient de pair avec l'aide au développement et les investissements privés.

Pour celà le continent a besoin de paix et de stabilité. Thabo Mbeki se fait médiateur dans les conflits difficiles comme au Burundi, en République démocratique du Congo (RDC) et depuis cinq mo
is en Cote d'Ivoire; ou vient donner des conseils comme au Soudan, aux Comores ou à Madagascar...

A chaque médiation, le chef de l'Etat sud -africain prend son temps, écoute pendant des heures les différents protagonistes, prend des notes et passe des nuits blanches. Mème s'il s'entoure d'une équipe de conseillers qui ne ménagent pas non plus leur peine, il tient à ètre présent...

C'est également au nom de cette idéologie que le président Thabo Mbeki a volé au secours du président haitien Jean Bertrand Aristide. Il fut le seul chef d'Etat à assister aux cérémonies du Bicentenaire de l'indépendance d'Haiti en Janvier 2004, afin de manifester le respect de l'Afrique du Sud pour le "premier peuple noir à s'ètre libéré des ses chaines".
Exilé à Pretoria, Aristide a été recruté comme chercheur dans l'une des universités de la ville. Son épouse travaille au département de la "renaissance africaine".

La "renaissance s'adre
sse à tous les peuples noirs. L'Afrique du sud a organisé récemment la première conférence de la Diaspora, à Kingston en Jamaique, et accueillera la prochaine dans deux ans. L'autre objectif diplomatique de Thabo Mbeki vise à assurer à l'Afrique une place au sein du Conseil de Sécurité de l'ONU dans le cadre de sa réforme. Une place que, bien entendu, il aimerait voir occupé par l'Afrique du Sud.

T-dodo

Post by T-dodo » Sat Apr 09, 2005 9:39 am

Jonas,

C'est dommage que les Haitiens ne prennent pas beaucoup attention à la vision de M'beki. Les vieux moyens et les anciennes traditions n'ont achevé aucun succès. Il est temps d'être réaliste. J'espère que les Haitiens n'attendront pas un autre siècle avant de réaliser cette vérité. Nous devons montrer que nous sommes beaucoup plus intelligents que çà.

Post Reply