Responsabilités dans le chaos en Haiti

Post Reply
Gerard

Responsabilités dans le chaos en Haiti

Post by Gerard » Sat Feb 21, 2004 6:56 pm

LES MANŒUVRES DE LA COALITION BELLIQUEUSE DE L'OPPOSITION
ET DES PUISSANCES ETRANGERES DOIVENT OUVRIR LES YEUX
DES PATRIOTES HAITIENS

Selon l'Agence Haitienne de Presse du 18/02/04, l'ancien militaire Guy Philippe a pris la tête des groupes armés opérant dans les régions de Gonaives et du Plateau central, aux côtés de Louis-Jodel Chamblain du FRAPH, et annoncé la reconstitution des anciennes Forces Armées d'Haiti. G.Philippe a également annoncé avoir rejoint la plate-forme des 184 que dirige l'industriel A.Apaid.
Ce dernier, qui n'a pas condamné ces actes terroristes, a au contraire déclaré récemment au journal « La Presse » de Montréal, être favorable au retour de l'armée et poursuit clairement ses menées au mépris de toute considération pour le pays.
Par ailleurs, Micha Gaillard, de la Convergence, au lieu de s'opposer à ces actes, les a plutôt excusés, en attribuant la responsabilité a
u gouvernement légal du président Aristide.
Chavannes Jean-Baptiste du Mouvement des Paysans de Papay au Plateau central, également membre de la Convergence, adopte la même attitude à l'égard de ces actes de banditisme du FRAPH, avec lequel il dialogue.
Evans Paul (K-plim) à son tour, a estimé que « la population était soulagée depuis l'arrivée des hommes du chef terroriste L.J.Chamblain » AHP,19/02/04
Anciens et nouveaux venus, « apprentis sorciers », ou criminels connus de tous, se coalisent clairement dans le camp des ennemis du peuple Haitien. Il ne peut plus exister aucun doute sur les intentions destructrices de cette coalition.
Pour leur part, les Etats-Unis d'Amérique, qui se sont déclarés, à maintes reprises, en faveur d'une issue constitutionnelle et négociée, ou contre tout coup d'état, ont toujours lourdement accusé le président Aristide de la détérioration de la situation et ménagé la coalition de l'opposition. Celle-ci a largement bénéficié de fonds de l'USAID, de l'Institut Républi
cain International IRI, et de leurs conseils, sous couvert d'aide à la « société civile ». Cf.Information de Haiti Support Group, 31/01/04
Connaissant parfaitement, les menées des groupes armés, les difficultés de la Police Nationale Haitienne à rétablir l'ordre dans les régions attaquées, ils se refusent à toute aide efficace au gouvernement constitutionnel. Cf. Déclaration de Maxime WATERS, membre démocrate du Congrès américain, dépêche de presse du 17/02/04. Ce que le pasteur Jesse JACKSON considère à son tour comme « un soutien tacite aux groupes armés de l'opposition qui sèment la terreur dans de nombreuses régions du pays » AHP.19/02/04.
Cette tactique, au demeurant pas nouvelle, consistant à fomenter le blocage institutionnel et des soulèvements internes, avec l'action conjointe des médias locaux et internationaux, sans avoir à intervenir soi-même, d'autres observateurs l'appellent la méthode de « la révolution de velours ». Méthode expérimentée, selon ces observateurs, en Géorgie, contre le prés
ident E.Chevardnadze, et en cours contre le président Hugo Chavez au Vénézuéla. Cf. Réseau Voltaire.- « Cheney exige le départ d'Aristide », 14/01/04.
A cette entreprise, l'Union Européenne apporte sa pierre, en coupant délibérément l'aide humanitaire à un pays exsangue, cela sans discontinuer depuis trois ans, et en finançant parallèlement tous les groupes de la coalition des 184, sous couvert d'aide à la « démocratie » et à la « société civile », encourageant l'affaiblissement des institutions étatiques, et la déstabilisation du gouvernement élu. Cf. Information de Haiti Support Group, 31/01/04
On sait déjà que l'Internationale socialiste finance de longue date ses copains du PAMPRA, les encourageant dans leur position, invariable depuis trois ans, de refus de toute solution négociée, y compris celle de janvier 2004 de la CARICOM, pourtant acceptée par le gouvernement constitutionnel.
L'action déstabilisatrice des institutions étatiques par ce groupe et ses amis remonte à 7 ans : se souvient-on
du blocage, durant deux ans, de la nomination d'un premier ministre, sous le gouvernement de M.Préval ? Pourquoi donc cette coalition « pacifique » refuse-t-elle de se soumettre au verdict des élections, boycotte-t-elle la formation d'un Conseil Electoral Provisoire devant conduire au processus électoral ?
Le rapport Régis Debray, d'une partialité à toute épreuve, pour un « comité indépendant », en ce qui a trait à ses consultations et observations des faits en Haiti, évoque curieusement « une conception schizophrénique de la légalité » du président Haitien, parce que celui-ci est déterminé à respecter le mandat des électeurs. Il suggère la dernière « trouvaille » du ministre français des affaires étrangères, de l'envoi d'une « force de paix » ! Cf. « Rapport au Ministre des affaires étrangères M. Dominique de Villepin… » pp.49 et sq.
Mais on ne sait pas pour quoi faire ? Celle-ci vient de faire long feu, puisque le patron américain la refuse et envisage à son tour un « départ du président haitien à
condition que cela se passe dans les formes » Cf. « Le Monde », 20/02/04.
Attendons de voir lesquelles ?
Voilà donc des faits qui devraient ouvrir les yeux de tous les Haitiens !

Gérard

Post Reply