Haitian women speak against violence

Post Reply

Haitian women speak against violence

Post by » Thu Feb 05, 2004 5:12 pm


In the last few weeks in Haiti, in the course of opposition marches calling for the fall of President Aristide's government, grossly insulting and degrading sexual slogans have been uttered against President Aristide's mother, wife and daughter. These slogans were further publicized this Sunday February 1st after they were aired on several national radio stations.

The women in COFEVIH (Coordination des Femmes Victimes d'Haiti), an association that regroups several women's organizations in their struggle to eliminate all forms of discrimination and violence against women in Haiti, condemn forcefully all those slogans used to call for sexual violence against these women. This type of language does not concern only the President's mother, wife and daughter but also all women who are victims of violence in Haiti.

We therefore appeal to all those concerned
to stop stamping women's rights and to stop using verbal violence against all women because this encourage the perpetration of more violence against women. These obscene and demeaning slogans will not change anything in the political situation the country is currently facing. When such slogans are used against a woman, they hurt her psychologically.

We believe that since we live in a democratic state it is a human right to be able to demonstrate and to denounce what one does not agree with. However one similarly needs to respect other persons' rights. We firmly believe that this can be achieved without the use of degrading language against anyone because it is not this kind of language that will solve the country's problems.

We are all Haitians and therefore should get together to make our country a better place.

COFEVIH :
Malya Villard, Coordinatrice
Marie Eramithe Delva, Secrétaire générale
Angèle Agenor, Secrétaire adjointe
</p></b>


NOTE DE PRESSE

Nous les femmes de COFEVIH (Coordination des Femmes Victimes d'Haiti), qui travaillons d'arrache-pied pour l'élimination de toute forme de discrimination et de violences que subissent les femmes haitiennes, condamnons avec force tous les propos désobligeants que les partisans de l'opposition ont lancé dernièrement à l'encontre de la Première Dame Mme Mildred Trouillot Aristide et à l'encontre de la mère et de la fille du Président En effet, le manifestants ont menacé l'intégrité physique de ces femmes. Ils scandaient des slogans contenant des termes dégradants voire obscènes qui faisaient référence à la violation de leur corps. En plus de blesser mesdames Aristide, ces propos touchent et peinent toutes les femmes victimes de violence en Haiti. Ainsi, nous faisons appel aux auteurs de ces paroles afin de les encourager à arrêter de proférer de tels propos. Nous leur demandons par le fait même d'arrêter de mettre les droits des femmes aux dernières loge
s de leurs préoccupations et de mettre un terme à la violence verbale qu'ils font contre les femmes, parce que de tels propos encouragent la commission d'actes de violence faits sur les femmes. Les propos orduriers que vous tenez n'aideront en rien la situation politique du pays. Nous voulons que vous réalisiez les conséquences psychologiques graves que peuvent avoir la tenue de tels propos sur une femme. Puisque nous vivons dans un état démocratique, nous pensons que tout le monde a le droit de manifester afin de dire ce qui ne lui plait pas, mais nous croyons aussi qu'il faut faire ces manifestations dans le respect. Nous sommes convaincues que les manifestations doivent avoir lieu sans qu'il soit question de proférer des propos désobligeants envers qui que ce soit. Nous ne croyons pas que ces insultes vont réellement permettre de résoudre les problèmes de notre pays. Nous sommes tous haitiens et nous devons tous travailler main dans la main pour aider le pays a devenir meilleur.

Pour COFEVIH :
r
Malya Villard, Coordinatrice
Marie Eramithe Delva, Secrétaire générale
Angèle Agenor, Secrétaire adjointe

Post Reply