Nos Héros insultés

Post Reply
Pitit Ginen

Nos Héros insultés

Post by Pitit Ginen » Mon Nov 17, 2003 8:09 pm

Nos Héros insultés

<<Si le fils ne dépasse pas son père, aucun progrès n' a été accompli.>> L' autre n' a pas cru si bien dire. Car si hier le père s' en allait les pieds nus et qu' aujourd' hui le fils porte des chaussures usées, ramassées dans les poubelles voisines, quand même un pas vers le progrès a été franchi. Tel est bien ce concept d' un certain progrès sous fond de misère, de saleté, de mendicité et de honte qu'une très large frange de l' élite haitienne écervelée, aliénée, opportuniste, cynique, alliée aux intérèts et forces extérieurs, ennemis jurés des peuples, veut imposer à toute une nation. Dépourvue de discours significatifs, cette élite ose s' accrocher à la gloire de nos ancètres (les anciens esclaves tels que Makandal, Boukman, Moise, Dessalines et Capois qui nourissaient un veritable idéal révolutionnaire) pour tenter de justifier une aberration, leur insulte.

Cette abe
rration se traduit par cette prétention d' une élite improductive, consumériste, cupide qui entend célébrer deux cents ans de destruction, d' assujétissement, de néo-colonialisme, d' aliénation, d'acculturation dans la <<dignité>>. A moins que j' aie mal compris le sens du mot "dignité", je dois avouer ma profonde consternation devant cette vague de démagogies indécentes.

S'il faut bien comprendre, il est dans la logigue des choses que des millions de billets violets soient disponibles pour célébrer ou commémorer notre Passé Glorieux sur un tas d' ordures, une mer de pauvreté et un océan de souffrances. Si ceux qui font la promotion de ce carnaval anticipé sont lucides, alors je préfère demeurer toute ma vie dans l' obscurité.

L' absurde atteint son paroxysme lorsque la tête du pays déclare <<fièrement>> qu' Haiti demeurera toujours, quoi qu' on en dise, la première nation nègre indépendante. Deux cents ans après la fondation de notre patrie, notre élite ne
peut s' enorgueillir de rien, d' aucune réalisation marquante, absolument rien. Remarque qui, en soi, constitue un motif d' embarassement pour toute la nation. Etonnemment, face à ce constat d'un échec troublant, ce citoyen polyglotte ne sent pas l' odeur de la honte. Si toute notre fierté est batie sur l' exploit du passé sans perspective d' avenir, alors il parait évident que les générations futures sont condamnées à patauger dans l' insouciance généralisée érigée en modèle de vie.

De l' avis de notre élite savante, il importe peu, voire pas du tout que nos ancêtres soient célébrés à travers des actions sociales concrètes et constructives. Tout ce qui compte, c'est la <<célébration>>. Et cet évènement se passera, bien évidemmnent, dans un pays illuminé, éclairé et joyeux. Même si le black-out et les ordures repoussent le lendemain au milieu de cette mare de misère qui, entre-temps, n' aura pas baissé d'un cran.

Une bonne partie des pays de l' Asie du sudest a montr
é, démontré et prouvé que le "Respect" et la "Dignité" d' un peuple repose sur la base de réalisations, produit d' une élite innovatrice, libérée et responsable. Curieusement, nos éléments instruits se moquent de cette évidence historique pour prôner une certaine conception ridicule et sournoise de la <<misère dans la dignité>> ou <<la dignité dans la misère>>. Même si cette classe politique dressée n' a rien produit après deux centenaires, elle n' a pas à court de culot innovateur pour autant.

Il ne fait pas de doute que le sacrifice de nos ancêtres, les anciens esclaves, s' inscrivait dans le cadre d'une "Indépendance" qui devait être suivie d' une libération réelle d' Haiti avec le progrès social comme "poto mitan" (pilier central). Or, aucun de ces idéaux n' a été réalisé après deux cents ans. Et pour tromper la mémoire des esclaves sacrifiés, notre élite conditionnée invente les astuces les plus surprenantes : <<En cette date mémorable, extraordinaire d
e notre bi-centenaire , nos Héros de Vertières méritent un hommage à la hauteur de leur grandeur. Lequel hommage doit être isolé de la honte générale.>> Honte contre laquelle, nos ancêtres esclaves n' ont pas hésité à offrir leurs vies pour protéger les futures générations de la dégradation humaine qui ronge ces dernières aujourd' hui encore.

A l' orée de ce 2004, nous aurions effectivement et réellement "HONORÉ" la mémoire de nos "Esclaves Martyrs", si le pays pouvait compter sur des têtes pensantes haitiennes ou nationalistes pour proposer et propulser un grand projet de construction nationale avec en appui et renfort un gros contingent de militants décidés, engagés et conscients sous le thème : " Vers Le Chemin De La Dignité". Dans un tel esprit et une telle ambiance les discours pompeux et creux qu' on aura entendus d' ici peu cèderont le pas aux engagements patriotiques et témoignages d' humilité à l' endroit de la nation avec pour substance un gros "konbit de réflexion" à travers
tout le pays ainsi que dans la diaspora.

Si une telle condition se révèle de l' utopie dans l' Haiti présente, sous l'emprise de l' opportunisme délirant et du fanatisme idiot_car faut-il bien admettre que nous souffrons terriblement d' une absence d' "Hommes" dans le pays oú toutes les composantes de notre élite, dans sa grande majorité, sont vendues ou dressées_alors, à quoi servira la grande messe annoncée? Pour donner le spectacle comme d' habitude? Serait-ce bien-là les limites d' une élite <<fière>> de son savoir? Serait-ce qu' au delà de l' instinct de survie, nos esprits cultivés soient décidément incapables d' actions concrètes pour relever notre nation de la poussière de l' histoire?

Qu' il se cache ou non une surprise, ce qui serait vraiment une surprise, au tournant du carrefour de ce 2004, je déclare que cette coûteuse célébration de notre bi-centenaire ne sera qu' une grosse et vulgaire insulte, une injure à la mémoire de nos Glorieux Libérateurs et
à la face de l' Haiti actuelle. Si nous sommes incapables de restituer notre FIERTÉ soit par la politique soit par des actions collectives, alors ce n' est pas une <<célébration grandiose>> à la mémoire de nos Pères qui nous la rendra. En attendant la naissance d' autres hommes haitiens immunisés contre la programmation esclavagiste de notre élite (dirigeants et opposants confondus), il est clair que nous sommes dans l'eau trouble de l' histoire pour longtemps encore. Car après deux siècles, l' aveuglement, l' irrationnel et le fanatisme politique continuent d' étouffer les quelques voix, après que d' autres aient été éliminées (Charlot Jacquelin, Guy Malari, Jean Do, Antoine Izméri etc.), de la nouvelle Haiti.

Pitit Ginen.

Post Reply