Décapitation: La barbarie comme arme politique

Post Reply
Isabelle_

Décapitation: La barbarie comme arme politique

Post by Isabelle_ » Thu Oct 14, 2004 10:33 am

Décapitation : La barbarie comme arme politique

Posté le mardi 12 octobre 2004
par Gotson Pierre

P-au-P., 12 oct. 04 [AlterPresse] --- Une vague de violence submerge depuis le 30 septembre plusieurs quartiers de Port-au-Prince, avec divers corps décapités.

Cette saison de deuil a déjà entraîné officiellement une trentaine de morts et de nombreux blessés par balles dont des policiers et soldats de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d'Haiti (MINUSTAH). D'autres sources font état d'un bilan de plus d'une cinquantaine de morts et autant de blessés par balles.

L'élément nouveau de cette conjoncture est l'acharnement des brigands, agissant en tant que partisans de l'ancien président Jean Bertrand Aristide, à décapiter leurs victimes. Plusieurs policiers et un individu présenté comme un ancien militaire ont subi ce terrible sort.

Ce mouvement,
dont le nom de code serait « opération Bagdad », se déroule à un moment où la violence se déchaîne dans la capitale irakienne et les occidentaux capturés par la guérilla sont menacés d'avoir la tête tranchée.

La pratique macabre de décapitation attire l'attention de plusieurs observateurs haitiens, dont certains font appel à des éléments historiques pour chercher les racines de ces actions cataloguées finalement d'opérations de terreur.

Dans une entrevue accordée à AlterPresse, l'anthropologue Anselme Rémy, ancien Président du Conseil Électoral Provisoire (CEP), a souligné les aspects politique et magico-religieux de la pratique de décapitation.

Politiquement, Rémy s'est référé au mot d'ordre de « couper les têtes et incendier les maisons » lancé par le général en chef de l'armée indigène, Jean Jacques Dessalines, à la veille de l'indépendance d'Haiti en 1804. « La machette a été l'arme omniprésente de l'esclave, a justifié Rémy, précisant que l'ordre de Dessalines était «
purement politique ».

Cependant, dans la pratique du vodou (religion nationale), « décapiter l'adversaire est signe de domination de l'ennemi », a poursuivi l'anthropologue. Rémy a rappelé le cas du leader politique Clément Jumelle, dont le cadavre a été confisqué par le dictateur haitien François Duvalier en 1958. Le cadavre a été décapité, sur ordre de Duvalier, a-t-il précisé.

Durant les évènements politiques qui ont marqué la chute de la dictature de Jean Claude Duvalier en 1986 et pendant les années qui ont suivi (dominées par des régimes militaires), des corps mutilés ont quelques fois été retrouvés dans plusieurs régions du pays.

Cependant, « cela n'a jamais été une pratique aussi systématique qu'aujourd'hui », a souligné à AlterPresse Renan Hédouville, Coordonnateur du Comité des Avocats pour le Respect des Libertés (CARLI). A la base de ces actions il y a, selon Hédouville, l'option faite par des secteurs politiques de « résoudre les problèmes politiques par la violenc
e ».

Sur un plan plus général, Hédouville a souligné que la faiblesse de l'appareil judiciaire empêche « la résolution pacifique des conflits ».

Hedouville a qualifié les décapitations enregistrées ces derniers jours comme « un spectacle horrible pour la société haitienne, spécialement les enfants, les femmes enceintes, les vieillards et les malades ».

Le Coordonnateur du CARLI ne doute pas que le but des opérations « couper tête » aujourd'hui soit de « créer une psychose de peur au sein de la population ». Ce que partage Anselme Rémy qui a parlé de « tentative de semer la terreur ».

C'est une « situation alarmante », s'est inquiété Hédouville. Il a exprimé de grandes préoccupations pour l'avenir, « dans la mesure où ces images (macabres) peuvent être reproduites par les jeunes ». [gp apr 12/10/2004 12:20]

-------------------------------------------------------------

Jonas
Posts: 238
Joined: Sun Sep 07, 2003 11:53 am

Post by Jonas » Sun Oct 17, 2004 7:26 am

Cette affaire de "décapitation" est une tentative de répétition de la propagande "pè lebrun" usée pendant le coup d'état de 91-94.

Pendant que l'armée mitraillait des milliers de pauvres bougres dans les bidonvilles, tout ce qu'on entendait des putchistes, c'était cette affaire de "pè lebrun" qu'ils usaient comme un "leitmotiv".

La porte-parole de la police nationale, JESSIE COICOU, elle mème, a déclaré que la police avait tué beaucoup de "bandits" dans ses confrontations avec les habitants des bidonvilles.

Combien de cadavres décapités a t-on trouvé dans les rues de Port-au-Prince et "so far", je n'ai vu aucune preuve que ces décapitations avaient été effectuées par les manifestants pro-lavalas.

Quid de la litige qui oppose les militaires démobilisés et la police nationale?

Leonel JB

Post by Leonel JB » Sun Oct 17, 2004 11:43 am

Messieurs, Mes frères,

On doit être objectif avant tout. On est arrivé à une crise très grave et tragique. On ne peut pas se livrer a ce fléau de fanatisme qui potentiellement pourrait détruire notre chère Patrie.

Des deux côtés, je veux parler de Lavalas et de l'opposition, ont commis des crimes atroces. Donc, je pense que serait mieux d'essayer au moins d'atteindre un compromis au lieu d'accuser ou de pratiquer "l'oeil pour oeil, dent pou dents" qui serait une grande perte pour nous tous Haitiens...

Oui, les policiers/Macoutes et Compagnie ont commis des actes illegaux. Il est aussi évident que les Lavalassiens ont aussi commis des atrocités. Donc, ce serait plus sage d'analyser et de condamner les responsables.

Bref, Isabelle est une fille ou une dame ou du moins une soeur qu'on doit respecter. L'appeler Mesye est plus qu'insultant...
Elle ne fait que présenter un article de Gotson Pierre.

"L'un
ion fait la Force", ca ne veut pas dire qu'on devrait avoir les mêmes choix politiques ou autre.

Leonel

Jonas
Posts: 238
Joined: Sun Sep 07, 2003 11:53 am

Post by Jonas » Sun Oct 17, 2004 4:05 pm

Leonel,

Vous ètes en train de tomber dans leur panneau, quand vous essayez de faire cette équivalence.

Quelles atrocités avaient commises les gouvernements Lavalas?

Il y avait des dérapages certes, des fautes commises par un gouvernement sous pression tous azimuths.

Il faut dire qu'il n'y pas d'équivalence entre le Lavalas et ceux qui ont perpétré les massacres de 91-94 et qui sont de nouveau aux alentours du pouvoir et aussi les mèmes qui ont semé la terreur dans le Plateau Central et dans l'Artibonite.

Et puis, qui sait ce qui se prépare, si George Bush est réélu le 2 Novembre?

Aurons nous un massacre "préventif" comme De Ronceray avait désigné les évènements d'Octobre 1991?

Leonel JB

Post by Leonel JB » Mon Oct 18, 2004 4:28 am

Mon tres cher Jonas,
Je ne sais ou commencer?
[quote]Leonel,

Vous ètes en train de tomber dans leur panneau, quand vous essayez de faire cette équivalence.[/quote]
Pourriez-vous clarifier ce mot "Panneau", j'aimerais avoir plus de specificite pour repondre...

Ma position est tres claire: Je ne suis pas un Lavalas, Makoute ou autre. Je suis Haitien avant toute chose. Donc, mes opinions personnelles divergent de notre situation actuelle.
Je pense qu'Haiti a atteint l'apogee du SOUS-DEVELOPEMENT. Nous tous Haitiens n'avons qu'une route et c'est celle de notre devise: "L'union fait la force" ou du moins la Paix.

On a deux choix. On peut s'entretuer ou tout le monde perdrait. Ou l'autre chemin de la paix et le respect de tout Haitien. Dites-moi Cher frere, lequel???

UN GOUVERNEMENT SOUS PRESSION... Give me a break!
Duvalier pourrait l'utiliser aussi. Tant d'autres pourraient
faire pareillement.

S'il vous plait, Messieurs!

Chimeres, Makoutes, Zenglendos existent. Ils existaient alors, ils existent maintenant. Associer leur existence a la propagande de la presse ou autre est vraiment absurde.

Bien que je manifeste mon mecontentement contre le gouvernement actuel (de facto), je dois aussi vous dire:
"Attention aux faux prophetes".

Haiti est le probleme de tout Haitien.

No Leader alone can solve it...

Paix, Respect et Amour
leonel

User avatar
admin
Site Admin
Posts: 2152
Joined: Thu Nov 13, 2014 7:03 pm

Post by admin » Mon Oct 18, 2004 1:29 pm

Leonel, Jonas, and Bouli: Thanks for discussing the fine points of these accusations of savagery made specifically against the partisans of Lavalas by the de facto Prime Minister Gérard Latortue himself. I would agree with Leonel that the violence from all sides should be condemned. However, in that case, one must also reflect on the true forces at play.
  • Who is provoking and organizing the current climate of violence and to what ends?
    [/*:m]
  • Is it true that the violence is planned and executed by Lavalas and none other, for the purpose of getting Jean-Bertrand Aristide to return to Haiti??? (oubyen se kont pou fè timoun dodo???)
    [/*:m]
  • Who stands to benefit more from the consequences: Lavalas, the resurrected (and officieusement, if not officially recognized) Haitian Army, or some other party?[/*:m]
I don't know enough of wh
at is happening on the grounds to indict or exonerate any given party (lavalas or anti-lavalas), but I know that it is a well applied standard in criminal investigations that when crimes are committed, one should ALWAYS be careful enough to ask some basic questions about the evidence (very much unlike our de facto PM, who always seems to be at the front of the line, running his mouth and spewing accusations - or WHATEVER his puppet masters would like us to believe) :
  • Where is the factual evidence (not the hearsay)?
    [/*:m]
  • Whose interests are served the most by the execution of those crimes?[/*:m]
Again, I would be a hypocrite if I told you that I knew exactly what was going on in Haiti at the operational level, but while I am also FOR PEACE (but there simply CANNOT BE PEACE WITHOUT JUSTICE), I think that the situation in Haiti smells VERY FISHY indeed.

Overall what we have seen since the installation of the extra-constitution
al, totally arbitrary government, imposed by GEORGE BUSH and his cronies, is an implacable and systematic repression of the Lavalas movement, subsidized by the "international community" [that is the U.S., France, Canada (a U.S. lackey), and their would-be globalized police force under the guise of UN troops! (Oh, United Nations, JUST WHAT DO YOU STAND FOR THESE DAYS?)] Of that, I have no doubt. I do not believe that it is the inhabitants of Belair that have the capacity to call the shots at this juncture. Sure, they may be manipulated. But were they born senseless and suicidal? Don't they have like you and me a sense of self-preservation? Is their aim to be sacrificial like "Ogé and Chavannes"? Are they like lemmings jumping off a cliff in the vain hope that somehow their leader will reappear as a result of their group suicide? We must stop and ask ourselves the questions before we rush and accept the conclusions that have been too readily offered to us by a Prime Minister who, like it or not, is an em
ployee of the U.S. government.

On that note, I just read the thoughts of Patrick Elie on this very topic, in a long interview with Anthony Fenton.

This is what he had to say:

[quote]I think that this is also classical textbook technique to justify the destruction of a popular movement. What you do is that in the name of that movement you organize some violence against, for example, the political opposition or against the police, and then this justifies an all out repression.

Lately, as you've heard, it's been said that three policemen, or even more, the numbers vary all the time, even though actual corpses have not been presented; but three policemen have been killed by Lavalas grassroots organizations. One has to wonder why Lavalas, who have been trying to strike a kind of alliance with the National Police in front of the ex-soldiers, would now attack the police and find itself under repression by both the police and the ex-military; it would be
totally stupid, and on top of that, for at least a month now the bourgeoisie through the Group of 184 as well as some other political parties have been pressuring for the neutralization of Lavalas, and asking for more repression, and what we are seeing now is just the execution of that plan by the Haitian forces of repression...[/quote]

En d'autres mots... in other words... yon lòt jan pou di sa: "Kaka je pa linèt".

Jonas
Posts: 238
Joined: Sun Sep 07, 2003 11:53 am

Post by Jonas » Mon Oct 18, 2004 4:06 pm

Leonel,

"tomber dans le panneau" est une expression qui veut dire "se faire leurrer".
Moi auusi, Leonel, je ne suis ni Lavalas ni makoute...
Ceci dit, je me méfie de ces gens qui sont actuellement au pouvoir en Haiti.
Savez vous qui sont maintenant au département de l'intérieur, travaillant pour Hérard Abraham?
L'on trouve l'ancien colonel Henri Mac Charles de la junte exterminatrice de 91-94 et l'ancien général Williams Regala, l'artisan de la répréssion 86-90.

Et je rejoins aussi l'observation faite par Patrick Elie.
Il me semble vraiment "fishy" que des militants Lavalas attaqueraient la Police Nationale.
Ce serait vraiment le comble de la stupidité.

T-dodo

Post by T-dodo » Mon Oct 25, 2004 12:48 pm

J'ai du mal a comprendre pourquoi Haiti avec tant de membres intelligents continue de repeter les memes erreurs depuis 1804. Notre histoire est marquee par administrations successives comme mandat de prendre revenge contre la precedente. Chaque fois que ca arrive, leurs actions donnent naissance a un nouveau groupe d'administrateurs avec pour mission de prendre revanche contre celle qui est au pouvoir. Les resultats sont toujours les memes: inertie, incompetence, misere, mediocrite, destruction des ressources nationales, le ridicule des etrangers, etc.

Durant mes premieres annees vivant aux Etats-Unis, je me suis senti insulte quand Secretary of State Jim Baker, dans une interview a la tele, comparait Haiti aux Etats-Unis, mais avec 100 ans de retard. C'etait dans les annees 80. Ce serait tres difficile d'etre offense par une telle remarque aujourd'hui. Comme pays, nos actions sont guidees par les emotions seulement.

Je trouv
e les commentaires de Leonel tres appropries pour ce qui se passe maintenant en Haiti. Nos compatritotes refusent d'accepter le fait qu'il n'y aura jamais de progres en Haiti jusqu'a ce que la classe dominante agisse avec sympathie vis-a-vis de la misere des masses, et les masses d'accepter les interests de la classe dominante comme aussi leurs propres. Seule la classe dominante peut leur creer des emplois. Et le suivant, je dois l'ajouter. Dans les pays modernes, le role du president est de motiver les gens pour travailler au bien-etre du pays. Un president isole ne peut pas passer des lois pour faire des changements ou approuver des depenses budgetaires pour creer des emplois. Il a besoin du support du congres et de la population pour executer son agenda. Malheureusement, en Haiti, la population continue aveuglement de penser qu'un president peut tout changer sans avoir l'appui du secteur prive, sans tenir compte de la disparition de nos resources naturelles, et encore beaucoup plus important , sans
egard a l'opinion internationale.

En plus de cela, nous ne vivons pas dans la realite d'aujourd'hui. Nous agissons comme si les nouvelles etrangeres n'arrivaient jamais en Haiti. Je ne suis ni pour ou contre Aristide, quoique je pense que le chemin de la democratie aie le plus de chances d'aider "Haiti Cherie." Il y a beaucoup d'evidence que son depart a ete ordonne par la communaute internationale. A moins qu'on soit drogue ou naif, c'est difficile d'imaginer qu'en Haiti un groupe ou la population entiere a les moyens pour defaire ou vaincre la volonte internationale. C'etait possible en 1804, mais pas aujourd'hui. Les supporters du president Aristide feraient mieux de promouvoir un nouveau leader avec les memes aspirations pour son parti pour porter la baniere dans le futur. Car, meme si l'ancient president retournait, c'est difficile de voir comment il peut faire du bien dans le pays quand a l'interieur et a l'exterieur d'Haiti il y a des gens qui mettraient tellement de batons d
ans sa roue qu'il ne poudra rien accomplir comme president. Ce serait pire que pendant son 2eme mandat. Je n'ai rien contre lui. Mais, c'est la realite.

Je suis d'acord avec Serge Bellegrade de repeter les mots de Bazin. Ceux qui ont souhaite le depart d'Aristide a nimporte quel prix sont des naifs. Le mouvement qui a porte Aristide au pouvoir ne va s'eteindre par son absence sur l'echiquier national. Seulement la collaboration entre ses supporteurs et le reste du pays peut ramener le calme et du progres au pays. Les masses et l'elite de notre pays se sont engages dans un jeu de "Qui Perd Gagne." La seule chose qui change est l'impression que les perdants le font tour a tour, quand, en realite, aucune des deux classes n'a jamais rien gagne depuis la colonie. C'est pourquoi Jim Baker pense qu'on n'est pas beaucoup plus avance que la facon on vivait en Haiti ou aux Etats-Unis durant le 19eme siecle. Le seul salut de notre petit pays est le compromis. Malheuresuement, la seule chose qu'on a
en commun en Haiti est la haine du compromis, quel qu'il soit. C'est pourquoi meme les gens intelligents dans ce pays sont incapables de reconnaitre les vertus du compromis au niveau national.

SVP, ne prenez aucune chose que je dise ici comme support pour ou contre le regime d'Aristide, ou pour ou contre le regime de Latortue. Car je ne suis ni pour ou contre aucun des deux. Je fais seulement des observations en tant que natif natal qui souhaterait du bien pour son pays. La derniere chose que je veuille, c'est rentrer dans une polemique politique oiseuse, inneffective et gratuite. Mon but ici est de deplorer les erreurs strategiques qu'on continue de commettre dans un pays qui m'a donne tellement et qui est incapable de donner a ceux qui naissent aujourd'hui.

Tristement,

Jean-Marie

T-dodo

Post by T-dodo » Mon Oct 25, 2004 10:31 pm

Guy,

Je partage beaucoup de tes points de vue. Mais, cependant, pour etre efficace et atteindre ses buts il faut etre realiste. Il y a beaucoup de gens qui souffrent dans notre petit pays. Si nous voulons les aider, notre premiere priorite serait de les sortir de cet etat de misere et de souffrance. La facon d'y parvenir sera de mettre leurs besoins avant nos emotions.

Ce qu'Haiti a besoin aujurd'hui sont des emplois pour que la population puisse satisfaire ses besoins premiers, nouriture et sante. Pour y arriver, nous avons besoin d'aide de gens d'autres pays ou d'Haitiens vivant a l'etranger. Nos mers n'ont pas de poissons, nos mornes, a part dans la Grand'Anse, n'ont pas de terre arable, nos rivieres n'ont pas d'eau, et ce qui reste de nos forets n'ont pas de gibier. La classe possedante ne cree pas suffisamment d'emplois. Comment les gens peuvent vivre s'ils ne peuvent pas pecher, chasser, cultiver la terre ou ga
gner sa vie en travaillant pour quelqu'un d'autre?

S'il y avait un choix entre retablir la democracie en Haiti ou ravaler sa fierte pour accepter des emplois dans un environement non-democratique, je pense que la majorite du pays accepterait l'environment non-democratique. Sak vid pa kampe. Comme tu l'as deja souligne dans plusieurs de tes ecrits ici et ailleurs, la communaute internationale n'a aucun interet particulier a ameliorer la situation en Haiti. P.W. Botha l'a deja devoile:" Countries have interests. They have no friends." Seulement les Haitiens peuvent ameliorer leur propre situation. Mais, ils n'arriveront pas a le faire jusqu'a ce que ils apprennent a s'entendre. Our leaders must be smart enough to put their emotions aside for the best interests of the country.

Nous sommes une famille. Nous devons respecter la sensibilite des autres membres de la famille meme quand ils ont tort. La raison est parce que, qu'on le veuille ou non, on doit vivre ensemble et "we need each o
ther." While I appreciate your sincerity and the "in-your-face" way of talking, it does not make for future cooperation to save the country. Pa fe kole ve te! "Don't get angry like a worm." It is better to channel the energy towards actions that bring change that improves life, instead of change that makes feel good while we die of hunger. It is time we start being smart and fight for solutions that change the country for the better instead of ideals that satisfy our emotional needs while ignoring our physical and physiological needs.

By the way, my last name is Florestal. Many people some times think of me as Cherestal. Unfortunately, or perhaps fortunately, I am not that famous. I took the liberty of calling you Guy because I am so accustomed to read your writings to the point that I feel we know each other. If you call me Jean-Marie, you don't have to deal with the Florestal versus Cherestal. In any case, which ever way you call me, I will continue to admire your writings and your drea
ms for our beloved Haiti.

Jean-Marie

User avatar
admin
Site Admin
Posts: 2152
Joined: Thu Nov 13, 2014 7:03 pm

Post by admin » Mon Oct 25, 2004 11:57 pm

Hmm... Jean-Marie, je sais de vielle date que ton nom est Florestal et non pas Chérestal. Moi, je suis Guy S. Antoine, l'administrateur de Windows on Haiti et le modérateur de ce forum, utilisant le sobriquet très révélateur de "guysanto", et non pas de "jafrikayiti". Je ne me cache pas.

"Jafrikayiti", je le connais assez bien pour savoir qu'il ne se cache pas non plus d'être né Jean Saint-Vil. Je t'assure que nous ne sommes même pas "marassa". Il est tellement plus jeune que moi d'ailleurs, qu'il pourrait avoir été mon fils [he he...] Nous n'habitons même pas le même pays, vois-tu? Mais nous sommes des fils d'Haiti, à coup sûr.

Remarque que j'ai émis mon opinion propre à cette discussion un peu plus haut. Cherche "guysanto". Je ne crois pas qu'elle se confonde entièrement avec celle de Jafrikayiti. En tout cas, j'aimerais me croire plus sage [he he he...]

De toute façon, ta confusion m'étonne énormément
. Nous avons passé des années à discuter sur la liste de Corbett. Est-ce possible que tu as pensé que c'était moi chaque fois que Jafrikayiti avançait une opinion???

Quelle surprise!

Leonel JB

Post by Leonel JB » Tue Oct 26, 2004 5:48 am

Tout est bien qui finit bien.

Je ne pourrais que presenter mes felicitations a vous tous.
Vraiment vous presentez un prototype des Hommes intelligents qui se respectent les uns les autres, souvent avec echange d'opinions contraires.

Si je pouvais montrer aux compatriotes en Haiti, Un debat d'Haitiens civilises.

J'apprends quotidiennement a WOH.

Bon travail, GUY (not Jaf)! for this Masterpiece (WOH).

By the way, although I agree with a lot of what everyone wrote, but I agree 100 % with Jean Marie F.

Oops, l'anglais m'a pris inconsciemment.

Je m'excuse, Chers Freres.

Leonel

T-dodo

Post by T-dodo » Tue Oct 26, 2004 7:01 am

Guy, Jaf et Leonel,

Tout d'abord Guy, je ne t'ai pas confondu avec Jaf. C'est impossible. Non seulement je te connais personellement, quoique pas physiquement, les empreintes de tes idees et actions sont difficiles a confondre. Je pense que la meme chose s'applique a Jaf. J'ai appele seulement Jaf, Guy, par erreur. Le probleme est que je suis un ancient fanatique du Racing Football Club et de 1970s Haitian football. Tres souvent , au lieu de se referer a lui comme Jean Saint-Vil, je pense a Guy St Vil, le fameux footballeur. Jaf, c'est le probleme quand on est ne dans une famille de grande renommee. Si tu ne me crois pas, Jaf, demande a Prince Charles. :D :D :D

Leonel, tu as raison. On peut offrir des points de vue differents, surtout quand on a des interest communs, Haiti, sans pour autant etre antagonistique. Malheureusement, je n'ai pas appris cela en Haiti. Comme toi, je pense de tous les changements qu'on fait e
n Haiti, sur le plan politique, le plus important qui apportera le plus de fruits serait d'adoucir le discours public (public discourse) de facon a ce qu'elle ne soit plus une source d'interference a l'avancement des idees pour sauver notre pays. Nous tous voulons la meme chose. Cependant, nos moyens de converser servent comme interference a la realization de ce qu'on veuille.

Once people would show restraint in expressing their disagreements with others in the public arena, they would find it easier to cooperate towards the better good of the country. Kounye a, se chen mange chen! We say things that make others hate us - others that we need to carry out important goals - and we don't care about it. It is very sad! Sad, indeed, because in the process, we have destroyed a jewel country.

I was just reminded how beautiful Haiti is and was, a few weeks ago, and also how bad it has become. I just went to my native Jeremie. Yet, the scenery in the wooded area behind my old neighborhood is bre
athtaking. Literally, guys, they are small rain forests. You can walk at mid-day under the trees for hundreds of yards and still not being touched by one sun ray under the protection of the canopy of the trees. Yes, they have areas like that in Haiti! That's how it was in a "ravin" behind an old friend's house. The diversity of the flora is unlike anything I ever saw here in the USA: breadfruit trees, avocado trees, mango trees, kenepa trees, tamarin trees, palm trees, anakarik, et the dozens of non fruit trees names that I don't know. All of that in an area where I grew up that is less than 10 square miles.

The scenery was about the same at O'back, an area west of Jeremie where the bridge built by Estime suspends over the Grand'Anse river. I saw "Pipirites." You know, the water transport apparatus made from bamboos pushed by a pole used primarily for fishing. The beauty of the place was heartbreaking as the river snakes though the lush greens of trees and shrubs. It's hard to believe that the p
lace kept all its charm despite the decades of mismanagement and neglect. The water was clear on that day in the Grand'anse river. The teenagers of the area reveled in taking a cool dive in the majestic waters of the river. As a child I walked over that bridge several times a year to go on Saturday crusades with the religious brothers of my school to Cannon. That is where a local distillery had its machinery that is powered by water from the Voldrogue river. That was the only laboratory I had for science experiment. There I could see sugar cane being ground by a machine that is powered by the energy of falling water coming from the river Voldrogue. I was mesmerized by the science of the place.

Also, my friends and I, we used to go hunting for different types of mangoes and sugar cane juice in friends' properties in this area. I miss the simplicity and the uncomplicated nature of life in those days. Just a throwback at you, guys! Sorry for the disgression!

Jean-Marie

User avatar
admin
Site Admin
Posts: 2152
Joined: Thu Nov 13, 2014 7:03 pm

Est-ce une impossibilité?

Post by admin » Tue Oct 26, 2004 9:00 am

Leonel, je ne crois pas que c'est la fin du débat. Tout le contraire. Nous avons touché ici un point essentiel qui sera déterminant pour notre futur en tant que peuple et nation.

Je partage ton idéalisme et celui de Jean-Marie, surtout en ce qui a trait à la nécessité du développement et l'idée que la démocratie, comme forme de gouvernement, est subalterne après tout au développement humain. D'ailleurs, les grands marchands de la démocratie aujourd'hui n'y croient nullement, puisqu'ils sont très occupés à se défaire de certains éléments fondamentaux de la démocratie chez eux pour maximiser leur pouvoir exécutif (témoins: THE PATRIOT ACT; LE SYSTÈME DE TORTURES PRÉALABLEMENT AUTORISÉ EN IRAQ, AFGHANISTAN, GUANTANAMO ET AUTRES LIEUX; LA CHIMÉRISATION DE LEUR PROPRE SYSTÈME ÉLECTORAL; LE SABOTAGE EN AMÉRIQUE LATINE DE TOUTE DÉMOCRATIE QUI NE SE SOUMET PAS SERVILEMENT AUX GRANDS
INTÉRÊTS FINANCIERS DE LA DITE MONDIALISATION; ET J'EN PASSE). Non, de plus en plus, la "démocratie" devient un mot aussi creux que ce paradis éternel promis aux chrétiens qui ne questionnent pas. Oui, je suis entièrement d'accord que le développement d'Haiti devrait être notre but et qu'une atmosphère de paix est essentielle pour le démarrage de ce développement. Je crois que nous sommes tous d'accord sur ces points. La VIOLENCE tue les Haitiens, mais il faut faire attention! Relisez ce que j'ai écrit plus haut: Il faut bien se demander des questions; il faut bien réfléchir aux causes de cette violence. Autrement, nous risquons de passer comme des prêcheurs d'une paix illusoire (il ne peut y avoir de paix réelle sans justice sociale!) et d'une démocratie dont s'en passent pas mal les grands marchands de la démocratie occidentale. .

Donc c'est bien de dire que nous voulons la paix, mais pourquoi devons nous accepter toutes accusations de barbarie de la part de ceux qui maintiennent en Georgie une école de torture, School of the Americas, qui a été renommée je ne me souviens plus comment, pour faire taire les détracteurs sans pour autant changer en rien la nature de cette école. Pourquoi ne pas être francs et l'avoir renommée tout bonnement "L'ÉCOLE DES TORTURES ET DE L'ENSEIGNEMENT DES TACTIQUES VISANT À SUPPRIMER LES MOUVEMENTS DÉMOCRATIQUES"? Un peu trop long, ah! je vois.

2004, c'est le bicentenaire de notre illusoire indépendance. La France et les États-Unis nous l'avont fait payer bien cher, cette indépendance! C'est pourquoi ces puissances on bafoué notre sol
avec leurs bottes, non pas en 2003, non pas en 2005, mais bien en 2004!! Ne perdez pas cela de vue. La France s'est opposée contre la politique meurtrière des États-Unis en Iraq, mais il fallait coûte que coûte qu'elle fasse ravaler à Jean Bertrand-Aristide son impertinence!!! Et à rappeler aux Haitiens qu'elle était notre maîtresse et pourrait l'être encore si les Américains le lui permettaient! Elle n'accepte pas toujours d'avoir été vaincue par des nègres, tout comme les Américains se conforment très mal à l'idée d'avoir été vaincus par des cultivateurs de riz vietnamiens ou d'être un jour vaincus par des nationalistes musulmans. Je le répète que ce n'est pas par hazard que les soldats français ont débarqué en Haiti en 2004! C'était prévu comme cela, symbolisme dégradant et intentionnel. Avec la coopération de salopards de toutes espèces. Et maintenant la presse nationale et internationale veut nous faire croire que ce se sont nous les sauvages. Que c'est notre nature violente qui est la ca
use de notre sous-développement. Un sous-développement qui a été prescrit dans leur politique à notre endroit depuis 1804 et qui se perpétue à nos yeux encore en 2004!

En dernier lieu, je veux dire à Jean-Marie qu'il n'y a rien qui soit humainement impossible. Il suffit de changer de tactiques, d'adopter une nouvelle stratégie. Le socialisme en Amérique, c'était impossible mais regardez Cuba depuis 1959 (Castro a vu Eisenhower, Kennedy, Johnson, Nixon, Ford, Carter, Reagan, Bush I, Clinton, Bush II, et je lui souhaite de voir Kerry et qui sait!) . Le suffrage universel, c'était impossible aux États-Unis, en Rhodésie et en Afrique du Sud, mais aujourd'hui les noirs de conscience votent dans ces pays, bien qu'ils doivent toujours être vigilants à ce que l'on n'annule pas leurs votes, comme cela a été le cas aux États-Unis en l'an 2000. Une république noire indépendante, c'était impossible mais regardez la révolution haitienne de 1791-1804, bien qu'elle soit inachevée. Il ne faut pas se
résigner à l'injustice, en désirant la paix ou le développement. C'est cela que nous voulons tous. Je ne prêche pas la violence. Je rejette la barbarie de la décapitation ou toute autre forme de terrorisme. Mais je rejette la politique mensongère des États-Unis par rapport à Haiti. Je rejette les promesses creuses dont Aristide s'était fait l'expert. Mais surtout je rejette les sottises de Gérard Latortue et la politique répressive contre Lavalas, encouragée par le gouvernement américain. Je rejette les mensonges de tous nos politiciens, de droite et de gauche, blancs ou noirs, populistes ou élitistes. Je veux tant que vous la paix et le développement mais je refuse d'avaler les mensonges sans les critiquer.

A SELF-DETERMINING HAITI, TAKING SENSIBLE STEPS TO UNDO CENTURIES OF HETERO-INFLICTED MAL-DEVELOPMENT AND SELF-INFLICTED WOUNDS, IS THAT THE NEW IMPOSSIBLE DREAM?

T-dodo

Post by T-dodo » Tue Oct 26, 2004 9:00 am

CORRECTION:

I wrote O'back being west of Jeremie. In reality, it is EAST of Jeremie. I strive to be as precise as I can be when I say things. It is a goal, not an end since I am very far away, if not ever, from being always precise in saying things. I believe it's a good habit to practice in the struggle for clarity and efficiency.

Some times, not always, when in doubt I take the time for the research to ensure precision in a statement. Other times, I just get lazy as I did with the location of O'back, and certainly in calling Jean Saint-Vil, Guy. Gentlemen, I still have a long way to go.

Jean-Marie

T-dodo

Post by T-dodo » Tue Oct 26, 2004 9:49 am

Guy,

Je suis d'accord avec toi en principe et en moyens. La seule difference est dans l'efficacite des moyens utilises. Ma question est: quels sont les moyens les plus efficaces pour atteindre le but? il n'y a pas de lutte a ce niveau la sans sacrifices. Le peuple Haitien a accepte de lutter et faire des sacrifices de vies , physiques et mentaux, depuis 1804 pour vivre heureux. Il n'a jamais hesite a les faire. Mais, le bilan de ses sacrifices est negatif. Il's n'ont rien obtenu en retour pour ses sacrifices de vie et de misere.

De Jean Dominique, Guy Malary, Antoine Izmery en passant par Charlemagne Peralte pour arriver a Dessalines, ses vies se sont sacrifiees en vain et pour rien quand on mesure ou Haiti se trouve aujourd'hui. D'une certaine envergure, le fait que toi et moi sont en train de discuter cette affaire sur terre etrangere est peut-etre en elle-meme un autre sacrifice. Ce que je propose et qui est different es
t de faire des sacrifices pour quelque chose en essayant des moyens nouveaux: compromis et entente nationale. Sacrifions notre desir de vengence, comme l'a fait the ANC en Afrique du Sud; sacrifions notre desir d'etre le seul qui a raison; sacrifions notre fierte pour parler a nos ennemis; mais cessons de sacrifier des vies pour rien. Si nous ne changeons pas, les resultats seront les memes: declin, souffrance, misere, humiliation internationale, vivre en dehors d'Haiti. Je vais essayer de repeter ici un adage americain:

- If we want things the way they are, let's continue to do them the same way we did in the past.
- If we do them the same way, let's not expect a different result.
- If we want things to be different from the past, we need to do them differently from the past.
- If we do them differently, we should expect different results.

Je ne me souviens pas des mots exacts, mais vous comprenez ce que je veux dire. Mon adresse ici est a tous les Haitiens, et particulierement ce
ux qui sont en position d'influencer le cours des choses en Haiti. Make the right sacrifices. Stop sacrificing more lives for nothing. I don't mean to say that we should not point out wrongs being accomplished now in Haiti. We must continue to do so, not only to minimize them but also to stop them. But we need to do more, and we need to do them better. Don't look in the past to find the answers, there are none. we must find new ways! Pour moi, c'est le compromis et l'entente nationale.

Any administration who does not make compromise and class cooperation a cornerstone of its administration is not serious about solving the country's problems in the long run and underestimated its extent. In that sense I would join you in casting doubts on current will in Haiti.

User avatar
admin
Site Admin
Posts: 2152
Joined: Thu Nov 13, 2014 7:03 pm

Post by admin » Tue Oct 26, 2004 2:12 pm

[quote]Make the right sacrifices. Stop sacrificing more lives for nothing. I don't mean to say that we should not point out wrongs being accomplished now in Haiti. We must continue to do so, not only to minimize them but also to stop them. But we need to do more, and we need to do them better.[/quote]Jean-Marie, je suis entièrement d'accord avec toi sur ces points. WE NEED TO DO MORE AND WE NEED TO DO THEM BETTER. Non pas toujours répéter les mêmes bêtises qui laissent à croire que nous n'avons pas la capacité de voir plus loin que le bout de notre nez. Aujourd'hui, nous ne sommes guère plus avancés qu'aux pires moments du duvaliérisme.

Nous étions persécutés par les duvaliéristes. Ensuite les lavalassiens ont déchouqué les duvaliéristes. Ils ont à leur tour commis des excès de corruption en administration et en justice également. Aujourd'hui ce sont l
es lavalassiens que l'on fout en prison ou que l'on tire dessus tout simplement. Demain ce sera le tour des prétendus sages et des technocrates? Merde! Parfois il semble que plus les Haitiens sont éduqués, plus ils commettent des bêtises. Et c'est quand la fin de cette éternelle répression politique? Et c'est quand nous dirons merde à ceux qui nous offrent des dollars pour tuer nos frères? Et c'est quand le vote d'un démuni sera respecté comme celui d'un riche industriel ou d'un brillant intellectuel? Et c'est quand nous déciderons de faire route ensemble?

WE NEED TO DO MORE AND WE NEED TO DO THEM BETTER.

Et c'est quand finalement le développement de l'Haitien, à commencer par les plus sous-developpés, non "mentaux" (ça évidemment, il y en a dans toutes les couches sociales, bien que plus visibles dans nos rangs administratifs) mais je veux dire ceux qui naissent sans grand espoir, ceux qui crèvent de faim, ceux qui n'ont pas d'emplois, ceux qui ne peuvent aller à l'école, c
eux qui se prostituent pour survivre, ceux qui traversent la frontière haitiano-dominicaine pour ne pas crever chez eux, ceux qui bravent les requins et un refoulement presque certain pour chercher la vie ailleurs?

WE NEED TO DO MORE AND WE NEED TO DO THEM BETTER.

Je suis d'accord, je suis entièrement d'accord.

T-dodo

Post by T-dodo » Sun Oct 31, 2004 8:49 am

Serge,

You may be right. I was very disappointed the first time he was a candidate - can't even remember the right date - and lost to Aristide, if I am right. That was following his stint in Jean-Claude Duvalier's administration. The skills that allowed him to survive all these administrations are something worth watching. Perhaps, he has learned since how to get people to vote for him!

Jean-Marie

T-dodo

Post by T-dodo » Sun Oct 31, 2004 9:13 am

Kanmarads,

Allow me to add something here, referring to that savior leader we all hoped who is yet to show his face. By the way, I learned that good "Kanmarad" word from my friend, Serge. I want to wish or advise those who are serious about leadership in Haiti not to fall in the tradition of lying their way to the presidency. They need to level with the public. Don't promise things you can't give.

A president cannot promise roads. He/She needs a congress - senateurs et deputes - to approve them, if I am not mistaken. In addition, he needs to find the money to finance it. The best a president can do is motivate people to do things. We need to teach the public how democracy works. This way, they won't fall for the first demagogue that comes and promises them the world.

Jean-Marie

Post Reply