On sexual violence against women in Haiti

Post Reply
Charles Arthur
Posts: 151
Joined: Tue May 25, 2004 7:35 am

On sexual violence against women in Haiti

Post by Charles Arthur » Wed Jun 30, 2004 1:51 am

Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate

Nous réclamons la justice sociale !
Kay Fanm, organisation haitienne de pression pour la promotion et la défense des droits de la femme

Montréal - jeudi 29 avril 2004-« Les gouvernements haitiens successifs n'ont rien fait pour combattre la violence faite aux femmes, qui est l'expression d'une conception des rapports où l'homme domine la femme. »

Magalie Marcelin , de l'organisation haitienne Kay Fanm (La maison des femmes) juge sévèrement le bilan des hommes politiques haitiens qui ont laissé dans leur sillage un appareil judiciaire corrompu, qui met en danger les femmes.

Magalie Marcelin est à Montréal à l'occasion du lancement de la campagne d'Amnistie internationale (AI) « Halte à la violence contre les femmes ». Elle prendra la parole le 1er mai, dans le cadre de la rencontre annuelle sur les droits humains organisée par AI.

En temps de paix comme en temps de guerre, les femmes se voient infliger des atrocités pour la simple raison qu'elles sont des femmes. Elles sont les premières à subir la pénurie de services sociaux, les premières à être privées d'éducation et de soins de santé. Les femmes pauvres sont davantage exposées à la violence, moins capables d'y échapper. La capacité des femmes à s'organiser et à lutter pour le changement se bute à l'impunité dont jouissent les responsables des violations des droits humains.

Ainsi, Amnistie internationale a émis ces derniers jours une action urgente qui illustre à quel point le climat actuel d'insécurité en Haiti a des répercussions toutes particulières pour les femmes. Cette action porte sur une jeune femme menacées par un policier récemment échappé de prison. Ce policier et au moins quatre autres hommes avaient été accusés du viol collectif de la jeune femme en novembre 2003. Deux des hommes avaient été arrêtés, dont ce policier. Tous deux se sont
évadés de prison lors d'une mutinerie le 29 février dernier, profitant du chaos ambiant. L'organisation de défense des droits des femmes et l'organisation de défense des droits humains soutenant la jeune femme ont également reçu des menaces.

« Les conflits armés ont des répercussions désastreuses sur les femmes, bien au-delà de la violence inhérente à la guerre, poursuit Mme Marcelin. Non seulement les hommes continuent à battre leur femme ou à les assassiner en toute impunité, mais les agents gouvernementaux commettent des violences sexuelles. Le viol est utilisé comme une arme politique. »

Les crises politiques récurrentes en Haiti trouvent leur cause dans une politique très ancienne de violations des droits humains commises en toute impunité. Le cycle de l'impunité doit être brisé et les auteurs d'atteintes graves aux droits humains de toutes factions doivent être traduits en justice. La sécurité des juges, procureurs, victimes, témoins et défenseurs des droits humains impliqués dans des affaires concernant des atteintes aux droits fondamentaux des personnes doit être assurée.

Le rôle clé joué par les défenseurs des droits humains

Ici aussi, les femmes ne sont pas uniquement des victimes, loin de là. «C'est parce qu'elles avaient le désir d'apporter des solutions pour changer la réalité des gens, surtout des femmes, que les organisations de femmes haitiennes ont amorcé dès 1986 la démarche de travailler ensemble, de discuter de leurs désaccords, pour ensuite faire front commun pour un plan de plaidoyer afin de combattre entre autres la féminisation de la pauvreté. » expose Magalie Marcelin. « Contrairement à d'autres qui font semblant de s'unir pour prendre le pouvoir, puis s'entredéchirent, la plate-forme des organisations de femmes a élaborer un plan d'action concret.

Ce qui anime les membres, c'est le pouvoir de, au lieu du pouvoir sur », précise Mme. Marcelin

Elle vient partager les données statistiques recensées par Kay Fanm qui démontre entre autres une féminisation de la pauvreté en Haiti, et surtout, elle vient parler des gestes concrets qui seront posés par son organisation au cours des prochains mois, que ce soit des demandes très précises au gouvernement, ou des actions de solidarité internationales, comme des tribunaux symboliques. Magalie Marcelin espère également que le point de vue et la vision des femmes prendra plus de place en politique.

En dépit du climat d'insécurité et des erreurs du passé, Magalie Marcelin est optimiste. « Le problème de la violence faite aux femmes , en Haiti comme ailleurs, est maintenant reconnu comme un problème social. Cette violence est dénoncée. Alors qu'avant les femmes étaient soupçonnées d'avoir mérité ce qu'il leur arrivait, elles sont aujourd'hui encouragées à aller chercher de l'aide et à ne pas se laisser faire. ».

Dans le cadre de la campagne "Halte à la violence contre les femmes.." la section canadienne francophone d'Amnistie internationale, soucieuse de soutenir le travail des organisations de défense des droits des femmes, entend apporter un appui tout particulier à Kay Fanm.

Charles Arthur
Posts: 151
Joined: Tue May 25, 2004 7:35 am

Two recent reports about rape in Haiti (in French)

Post by Charles Arthur » Wed Jun 30, 2004 1:54 am

Haiti Progres - 16 Juin, 2004

Les autorités policières ont annoncé le mercredi 9 juin dernier la poursuite de leur campagne contre le banditisme dans le pays. Elles ont fait état de l'arrestation d'une trentaine de bandits dans plusieurs quartiers de la région métropolitaine entre le 4 et le 6 juin.

Pourtant, cette proclamation est loin d'avoir fait ralentir l'insécurité qui s'est même intensifiée en quelque sorte à la grandeur du pays. Vols, viols, assassinats, kidnappings sont devenus le lot quotidien des habitants des zones rurales et semi-rurales qui ne font plus seulement face au banditisme courant mais à la terreur des bandes des ex-militaires qui avaient été utilisés pour faire pression et renverser le gouvernement constitutionnel.

À Tabarre, dans la région métropolitaine, des individus lourdement armés ont le 4 juin mis à sac deux maisons et abusé sexuellement plusie
urs femmes, dont une adolescente de 13 ans. Selon l'une des victimes toutes les femmes dans les deux domiciles ont été violées à l'exception d'une femme enceinte. «Il est temps que les responsables mettent un frein à la fureur de ces individus car nous n'en pouvons plus», a indiqué l'une des victimes dont le mari avait été ligoté.....

Dix cas de fillettes violées en une semaine à la Croix-des-Bouquets
Posté le 29 juin 2004 - Haiti Press Network

Dix cas de fillettes violées ont été enregistrés en une semaine à la Croix-des-Bouquets, a informé Evans Paul, en marge d'un colloque de l'ISPOS sur les partis politiques en Haiti, le week-end dernier.

Le dirigeant de la Konvansyon Inite Demokratik a rapporté jeudi que selon l'hôpital de l'université d'Etat d'Haiti, les cas de viols les plus répétés étaient enregistrés dans la zone de la Croix-des-Bouquets, est de la capitale, tout en attirant l'attention des organisations féministes sur cette particularité.

M. Paul a fait cette déclara
tion en marge d'une intervention de Mme Marie Laurence Jocelyn-Lassègue sur la place des femmes dans la vie politique en Haiti, alors que l'ancienne ministre de l'Information évoquait la violence dont les femmes sont constamment victimes.

« Seulement cette semaine on a compté environ dix cas de fillettes violées venant de la Croix-des-Bouquets », a-t-il dit, avant d'alerter que de tels actes sont plutôt courants dans la zone. Selon des témoignages de certains riverains, une multiplication des cas de viol serait constatée ces derniers mois dans la zone métropolitaine.

Charles Arthur
Posts: 151
Joined: Tue May 25, 2004 7:35 am

"L'augmentation des cas de viol et autres violences...

Post by Charles Arthur » Wed Jun 30, 2004 2:12 am

Jeudi, 27 mai 2004 10:40 - Radio Metropole
Symposium sur le SIDA et la violence sexiste

(FNUAP = Fonds des Nations Unies Pour la Population)

« Femmes, filles, VIH/Sida, violence sexiste », c'est autour de ce thème que se déroule, à l'hôtel Montana, un important symposium, du 26 au 28 mai 2004. Cette rencontre de trois jours réunit tous les secteurs concernés par la double problématique.

A la cérémonie d'ouverture des séances de travail, les ministres de l'éducation et à la condition féminine, le directeur général du ministère haitien de la santé, le représentant du FNUAP et la directrice de Konesans Fanmi ont mis l'accent sur la nécessité de trouver les voies et moyens de réduire l'impact du Sida sur les femmes et les filles et de protéger ces dernières contre la violence sexiste.
(...)
Des actions rapides et efficaces doivent être entreprises, soutient le D
irecteur général du Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP). Le docteur Michaël Léandre croit savoir que la misère qui sévit dans le pays est l'une des principales causes de la féminisation de l'infection au VIH. Il faut renforcer la lutte contre la pauvreté par la création d'emplois et l'émancipation des femmes, a-t-il ajouté.

Mais ce qui préoccupe le plus le représentant du FNUAP et président du groupe thématique/Sida en Haiti, c'est l'augmentation des cas de viol et autres violences faites aux femmes. Hernando Clavijo se prononce en faveur de l'application rigoureuse des lois sanctionnant les atteintes aux droits de la femme.

Post Reply