26 Juillet 2007 ramènait le 52ème anniversaire du compas direct

Post Reply
User avatar
Guysanto
Site Admin
Posts: 1286
Joined: Fri Mar 07, 2003 6:32 pm

26 Juillet 2007 ramènait le 52ème anniversaire du compas direct

Post by Guysanto » Sat Aug 11, 2007 5:13 pm

26 Juillet 2007 ramènait le 52ème anniversaire du compas direct

Nemours Jean-Baptiste ( 2 Février 1918 - 18 Mai 1985 )

La musique joue un rôle important dans l'existence de tout peuple, et chez les Haitiens, elle occupe une place prépondérante. Au milieu des décennies 50 dans la foulée d'une pleiade de musiciens innovateurs de l'époque, Nemours Jean-Baptiste, musicien créatif, chef d'orchestre va percuter l'âme haitienne et faire ressortir l'originalité du terroir en créant le rythme urbain "le Compas direct".

Depuis, ce rythme à deux temps vieux, de 52 ans, a atteint un niveau très évolutif dans la culture haitienne.

Par la suite, toute une génération de talentueux musiciens ont suivi les sillons tracés par ce musicien pionnier, pour perpétuer un mouvement musical qui inondera toutes les Caraibes, l'Amérique du Nord, l'Europe et l'Afrique. A la fin de la décennie des années 60, les orchestres tels que les Shleu-shleu, les Gypsies, les Difficiles, les Ambassadeurs ont remplacé les formations de Nemours et Sicot. Ces prolifiques groupes pour la plupart, appelés Mini-Jazz n'ont pas tardé à réhausser l'éclat de ce style musical combien apprécié par les mélomanes du monde entier.


Depuis, plusieurs groupes musicaux et talentueux artistes haitiens se sont émergés: les Skah Shah, Tabou Combo, Loups Noirs, DP Express, Frère Déjean, Coupé Cloué, Bossa Combo, Magnum Band, System Band, Tropicana, Septentrional, la musique haitienne exercera un véritable leadership dans les Caraibes. Au point que les musiciens antillais durent fonder une association de défense des artistes locaux. Des musiciens très talentueux s'illustrèrent pendant deux décennies: Rosini Jean-Baptiste dit ti Manno, Gesner Henri (le roi Coupé) et les autres ont contribué au rayonnement et à l'évolution de cette musique dansante populaire qui reflète beaucoup les traits de la culture haitienne.


Nous ne pouvons non plus passer sous silence le fait que cette musique populaire a su à sa manière, participer à la lutte du peuple haitien comme étant une courroie de transmission, et pendant longtemps, cette musique a été le seul moyen d'expression de tout un peuple vivant sous le joug dictatorial des Duvalier. Les textes sarcastiques des troubadours comme Manno Charlemagne (Jebede, 1979), Beethova Obas (Le chant de la liberté), la poésie tapageuse d'un Gérald Merceron feront trembler l'édifice duvaliériste.


Les générations se succèdent, mais le compas haitien garde encore toute sa fraîcheur, au point de vue du rythme, de la cadence et de l'apport d'autres effets synthétiques des instruments informatisés utilisés par la nouvelle génération.

De 1955 à 2007, le compas direct a beaucoup progressé en termes de nuances et de bien d'autres innovations apportées par les nouvelles tendances. De Nemours Jean-Baptiste aux Tabou Combo, Skah Shah, (Timanno) etc. Ce style de musique inventé par le talentueux musicien haitien,Nemours Jean Baptiste, a fait le bonheur du pays un peu partout à travers le monde. Cette année 2007, ramène le cinquante deuxième anniversaire du compas direct qui s'est révélé, une grande fierté nationale. Musiciens, artistes, promoteurs animateurs de radios et de vidéo-clips rendent un grand hommage à ce grand créateur.


Cependant ce rythme après 52 années ne figure toujours pas dans aucun dictionnaire français. Alors que le Zouk un « kata » dérivant du « rara haitien » y figure en bonne place.

Le nouveau dictionnaire Hachette 2005 nous apporte les définitions suivantes, à propos de quelques rythmes pratiqués dans certains pays du monde, nonobstant le compas direct d'Haiti. Haiti la première république noire est toujours ignorée dans certains aspects. Est-ce par oubli ou par mégarde ?

Code: Select all

Le Zouk: Musique et danse des Antilles, très rythmée.

Le Zouglou: Musique populaire et danse de Côte d'Ivoire.

Le Calypso: Danse jamaicaine à deux temps.

Le Compas direct: ??? (existe bien avant le Reggae, bien avant le soi-disant Zouk)

Le Tango: Danse de couple d'origine argentine, sur un rythme à deux temps.

La Samba: Danse populaire brésilienne sur un rythme à deux temps

Le Rock and roll: Musique populaire née aux Etats-Unis vers 1955, dérivant à la fois du rythm and blues et de la musique folklorique anglo-américaine, et caractérisée par un large recours à l'amplification électrique, une accentuation vigoureuse, soulignée par la batterie, des deuxième et quatrième temps de la mesure.

Le Reggae: Style de musique à structure binaire avec décalage du temps fort, spécifique aux Noirs jamaicains.
Cependant, après avoir assisté à la fin des années 70, à la marée musicale antillaise (Guadeloupe, Martinique, NDLR) portée par les Grammacks, les Aiglons, et Exile One, la musique haitienne a cédé à la puissante machine qu'a représenté le Zouk dans les années 80. Juste revanche, dira-t-on ! La nouvelle tendance de la musique haitienne ("Nouvelle Génération'') ne fait pas le poids. Et de plus en plus, la musique populaire haitienne perd cette force identitaire qui la caractérisait. Il est aujourd'hui difficile de différencier certains groupes haitiens d'un groupe antillais ou d'un autre groupe. La "nouvelle génération'' s'aligne sur les mélodies antillaises et l'originalité de la musique populaire d'Haiti tend à s'effriter avec une nouvelle génération axée sur la répétition.

Le créateur du compas direct, Nemours Jean-Baptiste, malgré les persécutions subies de certains musiciens de l'époque, avait pu tenir le coup, et nous a laissé ce grand héritage qu'est le compas direct. Grand polémiste, musicien de surcroît et homme de caractère, ce dernier n'avait pas abandonné la musique malgré les flèches que lui lançait le super Jazz des Jeunes lui reprochant d'adopter un rythme laid et démodé. Grâce à sa fougue, ses talents et sa conviction, Nemours Jean Baptiste a également résisté aux assauts de Webert Sicot, de Gérard Dupervil et d'autres musiciens de l'époque qui se révélaient hostiles au compas direct. Nous voici aujourd'hui, à 52 de ces années folles où ce rythme entraînant domine encore toute la musique haitienne. Cependant, Pour que nous ayons, une vraie industrie musicale structurée et mondialement reconnue, Il nous reste beaucoup à faire.

Alors nous autres à Radio Haiti Connexion nous disons bonne fête Compas Direct !

Par : Herve Gilbert hergil55@aol.com

Tidodo
Posts: 117
Joined: Mon Jan 01, 2007 9:07 am

Post by Tidodo » Mon Aug 13, 2007 10:30 am

[quote]Cependant, après avoir assisté à la fin des années 70, à la marée musicale antillaise (Guadeloupe, Martinique, NDLR) portée par les Grammacks, les Aiglons, et Exile One, la musique haitienne a cédé à la puissante machine qu'a représenté le Zouk dans les années 80. Juste revanche, dira-t-on ! La nouvelle tendance de la musique haitienne ("Nouvelle Génération'') ne fait pas le poids. Et de plus en plus, la musique populaire haitienne perd cette force identitaire qui la caractérisait. Il est aujourd'hui difficile de différencier certains groupes haitiens d'un groupe antillais ou d'un autre groupe. La "nouvelle génération'' s'aligne sur les mélodies antillaises et l'originalité de la musique populaire d'Haiti tend à s'effriter avec une nouvelle génération axée sur la répétition.[/quote]

Malgre que les informations ne sont pas nouvelles, jusqu'à ce paragraphe cité ici Gilbert fait un bon travail de rappel de l'histoire du Compas Direct. Malheureusement, il nous laisse à demi-faim, parce qu'il n'a pas couvert adequatement le compas direct d'aujourd'hui, qu'il characterise comme "ne faisant pas le poids" ou " a perdu soon identite" sans fournir des faits pour supporter cette characterisation. Qu'on est d'accord ou non avec Gilbert sur le "Compas Direct" d'aujourd'hui, dire seulement qu'il est influencé par la musique antillaise ou le Zouk n'explique pas les faiblesses du nouveau compas.

Une chose est sure, le compas d'aujourd'hui suscite autant de passion parmi les jeunes qui l'entendent aujourd'hui que celle suscitée parmi les contemporains de Gilbert dans les annes anterieures à 1970 par le compas direct. Si ce nouveau compas est moins bon pour ces "vieux-là" ce serait utile pour nous de savoir pourquoi il est monis bon, pas seulement parce qu'il n'est pas aussi fidèle au Compas direct de Nemours Jean-Baptiste. J'ai été étonné aussi qu'en parlant de la musique de nos jours, Gilbert n'a pas mentionné la musique "racine" ou "ra-ra" qui a atteint le "mainstream" du public haitien durant les deux dernieres decennies. Donc, Gilbert, c'etait un plaisir de lire ce petit rappel historique, mais il serait de le continuer en faisant un analyse des faiblesses du compas d'aujourd'hui aussi.

Post Reply