Questions to former Lavalas activists now following Apaid

Post Reply
Guysanto_

Post by Guysanto_ » Fri Dec 12, 2003 9:22 am

Jaf, that question should not be put solely to "the former Lavalas activists" but to all Haitians in general. You see the current unraveling of the situation in Haiti as the machination of global white supremacists and so-called "Friends of Haiti", our MoUnPa (Most Unreliable Partners) : the governments of France, the United States, Canada, the European Community or the International Community (whatever they call themselves). I believe that you are right... but that's not the whole story, not by a long shot. The other side of the coin is the well-established pattern of misplaced priorities by the current government of Haiti. What should have been its highest priorities?

1) HAITI SHOULD BECOME A STATE OF LAW. That principle should never have been compromised. Again and again, we have witnessed botched investigations... to cite only the most talked about AMONG THE MANY: the assassination of Jean Dominique.
The grave mishandling of the Dominique case in particular brought a severe blow to our confidence in the will of the government to bring powerful criminals to justice. To compound matters, take into account the stupefying appointments of prominent DUVALIERISTS to the Cabinet and the MINISTRY OF JUSTICE in particular.

2) HAITIANS SHOULD NOT CONTINUE TO PORTRAY THEMSELVES AS THE RESTAVECS OF THE FINANCIAL COMMUNITY, PARTICULARLY FRANCE AND THE UNITED STATES. The long talked about issue of the "500 million" in loan guarantees, secured by contractual agreements, is A VALID LEGAL POSITION. Certainly the unlawfulness and high hypocrisy of the United States Government in this matter should have been exposed and pursued vigorously by government lawyers. However, the government should have never adopted the "500 million" as its most highly vocal refrain to explain its inability to set Haiti on the path of economic recovery. Messages of self-empowerment would have been a badly needed alternative. A genuine
stance (not in rhetoric only) against globalization policies dictated by the United States government and the International Monetary Fund would have been most welcome. Taking all necessary steps to secure the full participation from the Haitian Diaspora would have been intelligent. What we saw instead was a continuation of the politics of DEPENDENCY.

The most disheartening piece of this misguided economic policy was the proposed establishment of a FREE TRADE ZONE along the borders of the Haitian and Dominican Republics, sponsored primarily by American and Dominican big business. Sa se politik bay chat veye bè... giving historical exploiters of Haitian labor trump cards to use as they please against uprooted and disenfranchised Haitian peasants.

3) ANTI-CORRUPTION, TRANSPARENCE, JUSTICE should never become so trivialized. Why are so many government posts given to known thieves or allowed to be kept by individuals who become famous by their thievery? What has ever happened to the FRAPH/FADH pa
pers that we in the diaspora fought for so long to have the United States government suspend their treacherous and illegal confiscation and return the thousands of pages, unadulterated, to the Haitian government so that justice be served? Why have we not been entitled to hear (after many repeated requests) the least bit of information about their actual disposition? Why has not the Free Trade Zone policy been properly debated and voted upon by the elected representatives of the Haitian people? We could keep asking questions... Unfortunately, we have come to expect that they will never be answered by officials of this government. Extremely unfortunate!

Jaf, you properly expose the deeds of those who are riding our backs and the folly of Haitians who are giddy at the prospects of the total humiliation of Aristide's government at exactly the time when our accomplishments as a Nation should be celebrated. That giddiness WILL BE SHORT-LIVED. After the Duvaliers, what did we get? After Aristide, what
will we get? Des salopards! Once they get the cake, they will only fight each other for the larger piece. Yes, and so to the amusement of our MoUnPa, the self-titled Friends of Haiti, the racists the world over. What a spectacle those negroes are providing on the eve of the bicentennial of their revolution! Funny to them (as they shake their heads in apparent bewilderment, but in full knowledge of how they have stoked the fires) but sad... sad for us.

We stand by our respect for the Constitution of Haiti and fervently wish that it would be respected as well by all Haitians, pro-government and anti-government alike. The Consitution NEEDS to be amended to allow the VOICE OF THE HAITIAN PEOPLE to be heard more clearly and much more effectively. We should continue to strive for a fully functioning participatory democracy. We should continue to strive for Justice and Transparence, and the transgressors MUST BE punished. Above all, we should learn to set aside OUR PERSONAL AMBITIONS AND PATHOLOGICAL
THIRST FOR POWER to press on fully for the needs of the Haitian people, including the millions of its poor, that are hardly represented in the current struggle between those who have and those who wish they had instead.

Guy S. Antoine

Jonas
Posts: 238
Joined: Sun Sep 07, 2003 11:53 am

Post by Jonas » Sat Dec 13, 2003 3:55 pm

Thierry,

There is a no holds barred offensive by the French, in order to sabotage the celebration of the 200th anniversary of our independance.
Witness the out and out lies in the French media, about the situation in Haiti.
By the same token, I am not going to completely absolve Aristide.
Too many promises not kept.
Too much emphasis with the international help not given.
One plays with the cards you are dealt.
After the fall of the Berlin's Wall, Castro didn't spend his time, wringing his hands crying "Alas, poor us".
He reoriented the Cuban economy towards tourism and thus saved that economy.
That said, it is imperative that Aristide finishes his term.

To this lady (one of the anti Aristide marchers) who lamented the perceived indifference of the "Haitians in Miami and New York" about the events in Haiti.
I say, Mrs Mc Intosh (the name she gave to The Miami Herald), a good many of us take a pause, a g
ood long pause when we see the names of the people marching against Aristide.
We are afraid that a great many of the marchers are trying to use democracy in order to destroy it (remember the declarations of the nazies during the Weimar Republic).
When I see the name of Rosny Desroches as one of the principal officers of the 184 organization, I say :

"Damn, Joumou pa donnen kalbas".

Even those of us who are not too enthralled about the way Aristide is leading the country, are afraid that THE CURE MAY BE WORSE THAN THE SICKNESS.

Morisseau
Posts: 50
Joined: Fri Dec 12, 2003 7:26 pm

Post by Morisseau » Sat Dec 13, 2003 6:10 pm

Chers compatriotes,

Comme annonce, les jours sombres et la tempete promus par l'ancien ambassadeur Gaudeul (France) en connivence avec les diplomates arrogants americains meles d'apatrides et consorts approchent a pas de geant sur nous, et qui sait ce qu'il en sera de notre avenir de peuple libre et independant. Le plan d'occupation (simule dans un journal francais, voir Haiti-progres de la semaine) sera sous peu dans sa phase finale sous-couvert de proteger leurs interets dans l'ile. Quelle ironie en sera ce de celebrer L'INDEPENDANCE sous les bottes des colons modernes! Je me demande si nos ancetres n'ont pas vraiment le pouvoir veillatif que nous leur accordons. Il est triste de voir dans notre vivant la remise sous tutelle de cette terre leguee par les fondateurs de la nation haitienne pour laquelle ils ont verse leur propre sang. Si la classe dirigeante a echoue malgre les efforts deployes dans les
circonstances que nous connaissons tous, la lutte doit toutefois continuer. Oui, elle doit continuer si nous ne voulons pas vivre dans l'indignite et du coup, ne pas etre la risible des peuples du monde. La question est donc devenue personnelle pour tous les haitiens qui n'ont pas vendu leurs conscience et dignite contre des dollars. Il faut sauver Haiti par tous les moyens. Nous devons ceci a nos ancetres et a nos enfants apres avoir tant denigre ce pays negre au profit de nos interets mesquins. La desinformation et la destabilisation ne devront point nous affaiblir. Le president haitien a plus que jamais un role historique a jouer. Il detient pour le moment la cle pour renverser la situation au profit de la majorite demunie. Pour se faire, il doit prendre une conscience serieuse de la situation actuelle et agir en consequence. Instruits par un passe recent, nous savons tous que le pseudo contrat social n'est pas fiable vu la diversite et l'ecart considerable des interets de classe qui y predominent. Au
moment meme ou je vous parle, le president haitien doit garder son calme et raffermir sa determination a accompagner la majorite demunie au prix meme de sa vie en ce moment critique de notre histoire nationale contemporaine. President, si malheureusement, vous n'avez pas ete le president qui a fait l'unite des haitiens, vous avez ete et vous etes encore du moins le president de la majorite demunie. Vous ne devez pas lacher la barre car, ce sera l'extermination quasi-totale des espoirs nourris par ce peuple depuis votre connaissance a la saline. Je sais que vous ne voulez pas voir ce genocide dans votre vivant et a votre jeune age. Alors, prouvez-nous que vous pensez encore a ces demunis-la qui sans pourtant et justement vous benefecier s'identifient a vous par un amour vrai et sincere. Si Haiti doit un jour connaitre la democratie, le cancer qu'est l'Armee d'Haiti pour cette democratie doit etre inexistant et voila exactement ce que nous connaitrons si la sa
gesse de votre decision ne va pas dans le sens de la majorite. Je vous regarde dans le blanc des yeux en reclamant votre compassion envers ceux-la qui resterons exclus de la societe si vous ouvrez la route a ces assoifes de pouvoir, oui ces betes a visage d'homme. Vous n'etes pas seul. Vous avez partout des volontaires qui sont prets a mourir a votre cote aussi lontemps la cause reste et demeure noble. Dans ce carrefour dangereux, nous faisons face a la survie d'un principe essentiel en matiere de democratie en Haiti. "Le respect du mandat constitutionnel". Ce principe simple mais sacre peut a lui seul inculquer dans l'haitien la logique du jeu democratique. S'ils le devront, en repectant ce principe, ils apprendront un jour a mieux faire son choix politique a la lumiere de subir obligatoirement les consequences de ce choix pendant 5 ans. Ils connaitront surement des erreurs et parfois, c'est a travers ces erreurs meme qu'ils gran
diront. L'entre-dechirement des haitiens est imminent et nous sommes tous responsables de cet etat de fait. Vous le president pour n'avoir pas concretise l'unite necessaire des haitiens, vous les dissidents pour cause de jalousie du succes de l'homme qui a initie le mouvement nous donnant l'espace democratique que vous abusez, vous elite pour n'avoir jamais ete compassionant pendant 200 ans, vous les passifs qui ne vous interessez jamais a la cause de ce pays sous quelque soit la forme, vous qui denigrez ce pays a l'etranger consciemment ou non, vous qui n'etes jamais satisfaits si vous n'etes pas le president, vous etudiants qui ne faites pas honneur a votre statut en luttant pour une cause moins noble, vous chimeres qui n'ont rien contribue de positif sinon le deuil et l'horreur, vous pauvres qui vous resignez comme si vous etiez d'une autre planete et nous autres, pour n'avoir rien fait ou n'avoir pas fait assez pour eviter ce carrefour genocidaire a ce grand pay
s une fois le joyau des antilles. Comme la bataille va etre lancee selon le voeux des colons modernes, deja chers compatriotes consequents et fidels a la lutte de la majorite demunie " FORCE ET HONNEUR". Mourrons tous dans la dignite car la victoire seule est acceptable. La cause est noble, il n'y aura pas de regrets. J'avais toujours cru qu'il existe encore des hommes qui ne se feront pas complices de la conspiration contre Haiti en gardant le silence. President Aristide, je vous previens de ne pas lacher la barre dans votre vivant car, comme le dit le principe militaire: YOU AS THE COMMANDER, DO NOT SURRENDER YOUR MEN AS LONG AS THEY HAVE THE WILL TO FIGHT AND WE DO...Que ce principe vous impregne et meme en mourrant, nos ames vous rendront " DUE RESPECT". Se y'all on the other side of the battle.

Guest

Post by Guest » Sun Dec 14, 2003 8:00 pm

Voici un article qui vous fera du bien:

LES IMPÉRATIFS DE L'APRÈS-ARISTIDE
Par Jean L. Théagène

"Aristide appartient déjà au passé: Envisageons l'avenir!"

"Lorsque la peur devient un mode de vie, les gens se condamnent à côtoyer le silence." Cette petite phrase de José Maldavsky décrit admirablement la situation épouvantable d'une nation à la veille de fêter ses deux cents ans d'existence. Et, avant même d'essayer de comprendre les soi-disant préparatifs de l'évènement dont tout le monde parle, posons, une fois pour toutes, quelques questions à ceux qui ont fait du joyau Saint-Dominguois ce crassier innommable dans lequel frétille toute la faune rampante et visqueuse, nationale et interrnationale. Quel évènement compte-on réellement fêter le 1er janvier 2004? Quels honorables Hommes d'État ont-ils été conviés à ces agapes historico-politiques? Quelle est la nature du discours qu'on est sensé leur tenir? Quelle imag
e physique de la Nation espère-t-on projeter sur les écrans personnels programmés à l'avance dans le sens d'un carnaval auquel on assiste par souci de dépaysement? De combien de chambres d'hôtel dispose la Capitale nationale pour accommoder les invités de marque? Quel sort réserve-t-on aux trublions et révoltés de ces derniers jours pour les empêcher de manifester leur ras-le-bol pendant la visite de ces dignitaires? On connait déjà la réponse à toutes ces questions. Mais dans l'intervalle, préparons simplement l'après-Aristide.

Il est difficile sinon impossible de construire une démocratie sur les fantômes du passé. De répondre à l'injure par l'insulte. De prendre sa revanche sur les triomphalistes gueulards d'hier qui n'avaient pas hésité à commettre les pires atrocités au nom de leur victoire imméritée. Mais ce serait trop facile de ne pas rappeler à un peuple sans mémoire combien il a été le jouet de ces révolutionnaires de pacotille, brandissant à bout de bras la faucille et le marteau au
jourd'hui récusés avec fracas par le pays qui a vu naitre cet emblème. Trop fracile de taire les dessous insanes de tous ces petits malfrats de presbytère qui dans l'encoignure des Églises affamées, revanchardes et malintentionnées attendaient le moment de brandir, à leur tour, la bible et le fusil pour crucifier, une fois de plus l'Immortel Nazaréen. Trop facile enfin de tendre la joue droite à la gifle sur la gauche, gifle provoquée par les mafieux de la politicaillerie, prêts à vendre au plus offrant, autant la maison que ceux qui ont le tort d'y habiter. Voilà où nous en sommes à quinze jours d'une célébration que nous aurions souhaitée grandiose, sublime et porteuse de bonheur pour toute la communauté haitienne.

Monseigneur Pierre-André Dumas vient d'affirmer que l'échec d'Aristide n'est pas l'échec de l'Église Catholique. N'en déplaise aux sous-entendus de cette affirmation de l'éminent prélat, nous voudrions lui demander: "Qui a donné naissance à cette espèce de dégénéré semblable e
n tous points au criminel incestueux de l'Antiquité qui a fini par épouser sa mère après avoir tué son père tout comme le minuscule curé de Saint Jean Bosco qui, de reniements en trahison, d'apostasie en narcissisme, a ressuscité Œdipe après avoir trahi l'Église Catholique et trompé éhontément l'intelligentsia haitienne trop pressée à lui confier le rôle de Président de doublure, en 1991. C'est le cas de le dire, l'insignifiance biologique entraîne toujours la petitesse spirituelle et une étroitesse de vision inadaptée aux réalités cotemporaines.

Dès lors, le problème d'Haiti revêt un caractère institutionnel. En effet, deux institutions dominent sur le plan historico-social le dernier quart de siècle national, l'Église Catholique et l'Armée d'Haiti. Toutes deux, elles ont failli dans leur mission et ont conduit le pays au centre de cette intempérie dévastatrice annonciatrice des pires calamités. Jamais dans notre histoire, pourtant jalonnée d'actes et d'évènements répréhensibles, nous n'a
vons été aussi loin dans la démesure des bêtes fauves qui s'entredéchirent à bouche que veux-tu. Jamais, un Chef d'État ne s'est enfoncé avec autant d'acharnement dans une perspective d'autodestruction telle que celle que nous connaissons actuellement. C'est bien malheureux qu'aujourd'hui, dans une vision d'analyse sereine, nous soyons obligés de reconnaître l'élégance même forcée avec laquelle des hommes politiques tels: Jean-Claude Duvalier et Prosper Avril ont abandonné le Pouvoir pour éviter d'être mêlés à la rédaction de quelques macabres chroniques de mort annoncée. Qu'on s'en souvienne! Il a suffi de deux jeunes tués par balles aux Gonaives et d'une petite fille ayant subi le même sort à Petit-Goave pour avoir raison de deux gouvernements dont les dispositifs militaires et para-militaires auraient pu résister à n'importe quel assaut aux lance-pierres, aux piques ou aux machettes. Combien de morts faudra-t-il encore sacrifier à la démonologie lavalassienne pour que ce Président universell
ement rejeté consente à faire ses valises et laisser "vivre en paix un peuple épris de paix"?

Qu'on ne vienne pas nous dire que l'Église n'a rien à voir avec ce qui se passe sous ses yeux! Son célèbre bâton de pèlerin a jadis eu raison de Jean-Claude Duvalier, lors des diatribes de Romélus contre le pouvoir de l'époque. Qu'est-ce donc qui empêche ce même bâton de répéter le même geste auguste vis-à-vis d'Aristide? Serait-ce, parce que les vendeurs du Temple ont changé de visage et de statut? Il n'y a que deux ou trois membres de la Conférence Épiscopale à prendre leur courage à deux mains et à s'offrir en holocauste pour mettre un terme à la fureur des flots. Hommage à Messeigneurs Guire Poulard, Kébreau et autres prélats ou Pasteurs de cultes réformés qui n'ont pas hésité à accompagner le peuple dans son calvaire, ni l'aider à s'en sortir. Ils ont affronté la fureur du Chef qui avait mis prématurément fin à de multiples vies telles celle de Roger Lafontant, Henry Max Mayard, Jean Dominique,
du Père Jean Pierre-Louis, de Mireille Bertin Durocher et d'autres citoyens éliminés sur commande par les zenglendo, les chimères et autres hommes de main du pouvoir.

Aujourd'hui, le pays est en train de vivre une situation exceptionnelle pire encore que celle qu'elle a connue au temps des baionnettes des Duvalier. Le carcan s'est resserré davantage autour de son cou. De 1990 à nos jours, il a su résister en mettant en pratique les préceptes du parfait marronnage. Dans la foulée de tous ces auxiliaires célèbres ou anonymes de Toussaint Louverture et de Dessalines, il a lancé ses cris de colère à l'assaut des citadelles d'absurdité soi-disant imprenables. Après la pluie, le beau temps. Mais entre'temps, il faut procéder au nettoyage de la Maison, la débarrasser de la boue et des autres déchets laissés par les intempéries sans nom qui la frappent depuis plus d'un quart de siècle. C'est précisément dans cet intervalle qu'un peuple ou une nation doit pouvoir s'organiser pour orienter ou réorien
ter son destin.

Dans un premier temps, l'exercice du pouvoir suprême ne peut être assumé de manière constitutionnelle car il s'agit aujourd'hui d'une situation exceptionnelle à laquelle doit correspondre une réponse extra-légale. Même si la Charte fondamentale doit survivre au chaos lavalassien, elle doit faire l'objet d'amendements qui prévoient la manière de destituer constitutionnellement un Président frappé de félonie ou d'indignité sinon nous allons nous retrouver face à ce genre de dilemme chaque fois qu'il s'agira pour nous de mettre un terme humain aux dérives inhumaines du pouvoir. Ensuite, celui qui sera appelé à conduire pour un temps limité les destinées de la nation doit répondre à certains critères d'identification. Il doit être ce qu'on appelle dans le langage de la cuisine politicienne "un outsider", c'est-à-dire un citoyen qui n'a comme seul titre sur sa carte de visite que cette périphrase laconique: "Citoyen Haitien honnête et propre". Il doit pouvoir réunir autour de lu
i des citoyens tout aussi honorables et non ces détrousseurs de cadavres encore chauds. Et si l'on jette un coup d'oeil sur le panorama politique haitien, on peut constater que le choix est excessivement limité. On y reviendra...

Le deuxième point sur lequel on doit insister, c'est le droit de tous les citoyens à la sécurité dans le pays. Or dans l'état actuel des choses, rien n'indique que le pays dispose d'une institution capable de permettre l'exercice normal de ce droit. La PNH a failli à ses devoirs et à la grandeur présumée de sa mission. A ses côtés, les auxiliaires ou attachés de même que les cohortes d'OP, de chimères, de zenglendo et autres sicaires du pouvoir lavalas n'attendent que le signal de leur Chef pour mettre le pays à feu et à sang. La seule institution susceptible de contenir le flot de sang qui menace de submerger la terre de Dessalines, c'est l'Armée d'Haiti qui, jusqu'ici, est sensée exister constitutionnellement malgré les sautes d'humeur du "Roi". Il nous faut do
nc et il faut au nouveau gouvernement qui doit succéder à la période de honte aristidienne, une Institution dénommée: "Nouvelles Forces Armées d'Haiti" avec une charte constitutive claire et précise, une mission bien définie et surtout des militaires dignes de ce nom. A tous ces militaires qui ont eu leur leçon, tous ceux qui ont survécu dignement à la longue traversée du désert que leur ont imposé le traître Aristide aidé de ses comparses internationaux l'UNDH dit: "Messieurs, Garde à vous... Préparez-vous à réintégrer vos casernes pour vous mettre au service de la Patrie en danger!" Que les voleurs, les traîtres, les assassins, les narco-trafiquants s'abstiennent de se présenter à cet immarcessible Rendez-vous.

Rendez-vous au 1er Janvier 2004 pour une renaissance de l'Armée indigène, seule habilitée à fouler le sol encore trempé du sang de ses Membres Eminents! Rendez-vous au 1er Janvier 2004 pour la palingénésie triomphante et définitive de la Nation Haitienne!

Miami, Le 12 décembre 2004
r

Jean L. Théagène

Président de l'Union Nationale des

Démocrates Haitiens

Jonas
Posts: 238
Joined: Sun Sep 07, 2003 11:53 am

Jean Théagène-AH

Post by Jonas » Sun Dec 14, 2003 9:18 pm

Il ne faudrait pas perdre son temps pour répondre à ce Jean Théagène, ce fasciste de pacotille qui se pavanait avec son copain Jean Claude Duvalier et qui ne se souciait pas de la crasse qui existait quand il était, si je mesouviens, un super ministre.

Brusquement, Théagène a eu une épiphanie sur le chemin de Damas. Ce type qui ne disait mot quand les Duvaliers s'érigeaient en présidents à vie.

Au Contraire.

Remarquez, ce type ne dit mot à propos d'élections, parce qu'il sait que lui et ses pareils ont une chance de bulle de neige en enfer, de gagner des élections libres.

Et si l'on suit l'histoire des derniers temps en Amérique Latine les élections sont gagnées par des types comme Aristide, par des populistes, quoi.

C'est pourquoi, il tourne et retourne et vient avec la conclusion qu'on attendait: Il faut la reconstitution de l'armée d'Haiti.

C'est à quoi, la politique pour ces
gens, se résume. Sans cette armée, il faudrait bien qu'ils se vouent à quelqu'exercice productif et abandonner la politique parasitaire.

EH! EH!

BONJOUR: RECONSTITUER L'ARMEE D'HAITI
BONSOIR: RECONSTITUER L'ARMEE D'HAITI
QUELLE HEURE EST IL: RECONSTITUER L'ARMEE D'HAITI.

P.S.
Il parle de l'armée indigène. L'armée qui avait fait la Révolution Haitienne n'était pas une armée régulière, c'était une armée POPULAIRE, composée de toutes les forces vives de la Nation: Hommes, Femmes et Enfants.

Je suis sur que ce n'est pas cette sorte d'ármée dont le retour est proné par Théagène mais plutot l'armée de 1915-l'ancienne Garde d'Haiti avec ce que tout cela implique pour des gens comme Jean théagène.

Ezili Danto
Posts: 197
Joined: Sat May 31, 2003 11:57 pm

Faith stronger than confusion-Hold on Haiti, don't let go!

Post by Ezili Danto » Mon Dec 15, 2003 1:11 pm

One et respe to all;

Jaf and especially Guy delineated the issues clearly that we find ourselves facing. Morisseau dramatically added to the urgency of what is at stake for us-Haitians at this dangerous crossroads. A road, which I have become convinced we-Haitians will successfully cross. Once said crossing is behind us, the effort expanded and glory accumulated in starving off, once again, the nations enemies and giving a lessons in civil behavior to our traditional oppressors, will catapult the nation and any Haitain wanting political office towards new levels of democratic conviction, public duty and service.

No doubt this is the time to be in Haiti. As Morrisseau says, there is no nobler a cause than to defend the rights of the people of Haiti to Constitutionally elect and choose their own leader for a term of years.
[quote] Dans ce carrefour dangereux,
nous faisons face a la survie d'un principe essentiel en matiere de democratie en Haiti. "Le respect du mandat constitutionnel". Ce principe simple mais sacre peut a lui seul inculquer dans l'haitien la logique du jeu democratique. [/quote]

The only other cause nobler is for us-Haitians to legally and through real democratic means influence the mandate of the people given to Aristide towards a more transparent and participatory democracy. One that is geared towards achieving Haitian social and economic justice. All else equals "might makes right" and is unjustifiable, and, an abuse of power.

Guy's post above illustrates clearly and consisely what is wrong with the Aristide leadership that must be rectified: too much emphasis on the IDB loan without an offensive plan or a consistent policy towards globalization, not too mention the Free Zone debacle and Duvalierist's appointments. The Aristide government would do well to take note and make public pled
ges of rectification and to better respect the people's mandate and what it stands for. Notwithstanding US/Euro boycotts, blockages and manufactured conflicts, the People's Mandate still must stand for justice, transparency and participatory democracy and freedom from exploitation by the US/Euro privileged economies and their Haitian imperial agents in Haiti.

The Haitian People's Mandate must stand for Haitian civil and cultural rights and for the development of a domestic Haitianist economy whose goal is to build more schools, roads, health care and provide innovative job opportunities and access to living wages to Haitians.

It does not stand and cannot stand for the same-old, same old "globalization" of the privilege few's rights in Haiti at the expense of the development of the Haitian majority's human, cultural, economic and social rights.

Crucial to this mandate is the Haitian desire for self
-reliance, self-reliance, and self-reliance. Anyone who purports to lead Ayiti better have a plan for vaporizing Haitian dependency, pwen. The modern slavery of a world economic system still hostile to Black development in Haiti is a story the Aristide government should have been telling loudly from the rooftops as well as delineating clear alternatives and forging coalitions with those developing nations successfully sidestepping these modern economic chains. (See, Ezili Danto's post on the media's role, globalization policies affecting participatory democracy and transparence: http://haitiforever.com/forum/viewtopic.php?p=434#434 where I explore "How do Haitians, the wealthy few, the wannabees, the Diaspora, the simple peasant, how do we Haitians, of all hues and classes, move forward while simultaneously, publically exploring, and addressing our national divisions, weaknesses, pathologies (i.e. corruption in Haiti and our lack of a political history with civic duty) without continuing to make it easier fo
r the powers-that-be to take advantage and exploit our situation?")

Nonetheless, I have faith, despite all this "bri-lari" we have been subjected to these last few weeks in Haiti that there will be no Coup D'etat. No return of the Haitian army, A.K.A.- the Blan's occupying force in Haiti. NO. Indeed, there won't be any mass violence. We know why the news is all over these student demonstrations. We've known for too long that this was coming…..This purposeful disruption of the bi-centennial. What are we doing to change this focus and keep our own agenda? What, my people? Besides, staring. This is a time for faith. A time for action. A time to fight against those wanting to turn back the clock to the Happy old Dixie days!

Jaf, Morrisseau, you two are not alone. Many of us in the Diaspora will be under Haitian sky on January 1, 2004 and throughout the bi-centennial year. This is a PERSONAL pilgrimage, our Haitian journey back to Mecca so-
to-speak. It would be an extroadinary Haitian coup if all Haitians, who are financially and physically able to do so and who have saids they are about wanting change in Haiti, would make 2004, the year to make the return and spend some tourist money in Haiti and fill up their soul with the vibratory energy of Maman Ayiti. It's a milestone that requires extroadinary effort from each of us. But it can be done. It is the focus we need to have right now, not this violence. Our detractors know this and that is why the increase in their program of instability and violence to keep us away. That is why I say again all those Haitians
who are able to make the 2004 pilgrimage to Haiti, must do so. Our focus must not be deterred.

Our presence will be appreciated and will provide moral support to the grass-roots people on the ground and direct tourist support to our people and our Haitian economy in general. Only Haitians will save Haiti! Only Haitians must stop this violence we see escalating.
Change the
focus. Give the students jobs, bring jobs and hope to the people in genral, get them out of this no-win situation. I say, we Haitians must not fear and be stymied into passivity and paralysis. I say, enough. Enough exploitation of the Haitian poor. Enough compromising with the European governments. Enough Haitian fratricide. Enough indirection and chaos. It is our time of Return in these coming 12 months and beyond. Let's spend our dollars in Haiti. Let us be about miracles in this season. Haitians are entitled to miracles. We deserve peace, blessings, joy, health and material prosperity.

But January 1, 2004 is more than symbolic, as I've said before, to be truly "Ayisyen" is, by definition, to pledge to continue the pioneering work of the ancestors in this Hemisphere. It is a lifetime commitment. No matter what may happen in this time of danger, we won't go away or become passive with grief and disappointments. Grenadye a la so…

But we commit to live not die for Haiti. To save lives not to ta
ke lives. Universal principles of truth and justice are on the side of the Haitian majority. It time to claim our equitable share in this world's bounties and beauty. It is time the world understands, the Haitian majority's voice counts more than their Black Overseers' voice in Haiti.

That is why I was so heartened when I read the many post above. It shows me no matter the anti-Haitian propaganda of the mainstream French, US, or right wing Haitian press, Haitians KNOW what's up. Haitians all over this planet are communicating one to the other. The reign of the undemocratic few, who want their morally repugnant privileges back in Haiti will return ONLY if these retrogrades are willing to commit Haitian genocide and earn the wrath of decent people worldwide.

But there's lots of work to be done. Haitians everywhere must do more. For, if Haiti is to develop it is up to HAITIANS, no one else.

That is the message Aristide should have been bringing forth, not the one of helplessness and de
pendency on IDB and the International Community and other "etranje." For, as Morrisseau insightfully points out [quote]"....nous sommes tous responsables de cet etat de fait. Vous le president pour n'avoir pas concretise l'unite necessaire des haitiens, vous les dissidents pour cause de jalousie du succes de l'homme qui a initie le mouvement nous donnant l'espace democratique que vous abusez, vous elite pour n'avoir jamais ete compassionant pendant 200 ans, vous les passifs qui ne vous interessez jamais a la cause de ce pays sous quelque soit la forme, vous qui denigrez ce pays a l'etranger consciemment ou non, vous qui n'etes jamais satisfaits si vous n'etes pas le president, vous etudiants qui ne faites pas honneur a votre statut en luttant pour une cause moins noble, vous chimeres qui n'ont rien contribue de positif sinon le deuil et l'horreur, vous pauvres qui vous resignez comme si vous etiez d'une autre planete et nous autres, pour n'avoir rien fait ou n'avoir pas fait assez pour
eviter ce carrefour genocidaire...." [/quote]

Long ago I wrote "we have the power, but not the psychology." And that, is what we must take heed of today. In 1791 the Haitian people CHOSE a path. In 1991, the Haitian people also chose a path. We fought for and died for a constitutional form of government. We decided not to tolerate any more military regimes or dictators-for-life. Aristide was chosen to lead that government in 1990 and 2000 and is, for the time being, the People's Choice. His leadership has been fraught with mistakes, but as Jonas writes above:[quote]"Even those of us who are not too enthralled about the way Aristide is leading the country, are afraid that THE CURE MAY BE WORSE THAN THE SICKNESS."[/quote]

Violence and return of the occupying force, AKA, the "Haitian" Army is not the Haitian People's answer. The People worked to squash these choices before. They will continue to do so. We want to live free of exploitation, injustice, the meddlesom
e interference of the Kolons and their mentally-enchained-pro-etranje-Haitian sycophants. We want a chance to push Aristide, through democratic means, to be more accountable to the People of Haiti.

And so, for our dignity, for our children's future, we-Haitians shall continue to make this stand: No more violence. Stop the killings. Enough Haitian blood has been spilled. We shall continue to live for this until these few Haitians and their French/US/Canadian cohorts, who want impasse, chaos, insecurity, instability and Coup D'etat in Haiti, understand that these option are NO LONGER VIABLE in Haiti. In fact, for the record, injustices by ANYONE against any Haitian person (abroad or at home) or against the Haitian nation will now have legal and practical consequences, won't go unpunished, won't be tolerated. This is our faith, it is just. We shall live for its establishment and maintenance. Our dignity and self-resp
ect demands it.

Guy, Jaf, Morrisseau, Jonas, Zanfanginen, JGPalmis
Kenbe la, pa lage!!!

Respe,

Ezili Danto
"Dje blan-yo mande krim. Bon Dje ki nan nou-an vle byen fe." (Boukmann at Bwa Kayiman, August 14, 1791)

Guest

Post by Guest » Mon Dec 15, 2003 7:00 pm

Cette lettre a la nation dit tout:
-----------------------------
Lettre à la Nation du Conseil de l'Université d'Etat d'Haiti

Posté le lundi 15 décembre 2003

10 décembre 2003

Le Vendredi 5 décembre 2003, l'Université d'Etat d'Haiti (UEH) a vécu la journée sans doute la plus triste de son histoire. Le Conseil de l'Université d'État d'Haiti réitère son émotion, son sentiment de révolte et ses sympathies face aux violences perpétrées contre le Recteur et le Vice-Recteur aux affaires académiques, contre des professeurs et des étudiants, contre de simples particuliers, par des hordes de voyous, encadrés par la Police Nationale, qui s'autoproclament membres d'organisations populaires. Le Conseil de l'UEH déclare que cette catastrophe est un élément de plus, un de trop, d'un processus de destruction de l'UEH engagé par le gouvernement lavalas et il s'engage sans équivoque à tout mettre en œuvre pour défendre c
ette institution majeure dont la mission est définie dans la Constitution et les lois du pays.

Le Conseil de l'UEH rappelle à la nation les principaux volets de cette déclaration de guerre du Gouvernement à l'UEH qui remonte à plus de deux ans :

1.de nombreux actes d'intimidation allant jusqu'à des agressions physiques contre des étudiants et des enseignants sont perpétrés par des individus qui n'hésitent pas à se réclamer du pouvoir lavalas ;

2.dans les situations de crise grave que connaissent certaines facultés de l'UEH, le gouvernement et le parlement n'ont jamais pris contact avec les autorités de l'UEH pour les aider à maintenir la stabilité de l'institution ; ils ont souvent privilégié des contacts avec des groupes d'étudiants hostiles au Conseil dans le but évident d'affaiblir l'autorité de ce dernier et perpétuer le chaos ;

3.en juillet 2002, cette politique de déstabilisation a franchi une étape critique lors d'une grève de la faim entreprise par un petit
groupe d'étudiants dont les liens avec le régime lavalas sont connus et qui allait fournir au gouvernement le honteux prétexte d'une décision de justice préfabriquée et d'une tentative brutale de reléguer aux calendes grecques l'autonomie et l'indépendance de l'UEH acquises de haute lutte par la communauté universitaire ;

4.la résistance de la communauté universitaire soudée au Conseil de l'UEH ainsi que la solidarité de secteurs influents de la société ont forcé le gouvernement à battre en retraite et permis pour l'une des trop rares fois dans notre pays que la force des valeurs et des principes triomphe de la force brutale et aveugle de l'obscurantisme ;

5.les sbires placés par le pouvoir par le régime lavalas pendant ce court épisode de la honte ont tout de même réussi l'un des points de leur sale besogne : l'autorisation de fonctionnement accordé à l'université du parti lavalas tandis que, peu de temps après, un décret du gouvernement déclarant d'utilité publique cette même u
niversité allait confirmer la volonté du régime de désaffecter des ressources qui devraient être allouées à l'UEH pour améliorer les conditions extrêmement précaires de son fonctionnement.

Le dernier point de cette énumération est sans doute le plus révélateur de l'incapacité du gouvernement lavalas à accepter le modèle démocratique proposé par la Constitution de 1987 qui prévoit des institutions indépendantes du Pouvoir Exécutif, soit parce qu'elles ont une mission de contrôle de ce pouvoir (Cour Supérieure des Comptes), soit parce qu'elles ont une vocation d'analyse critique du fonctionnement de la société (Université d'État d'Haiti). Au lieu de s'appuyer sur ce modèle démocratique pour renforcer le secteur de l'éducation par un partenariat intelligent entre l'UEH et le Ministère de l'Éducation Nationale, le gouvernement a choisi de se considérer en guerre contre l'UEH parce qu'il n'arrive pas à la domestiquer.

Le premier mandataire de la Nation participe directement à cette en
treprise de destruction en n'hésitant pas à s'afficher comme propriétaire exclusif de cette université privée et à détourner au profit de cette dernière des fonds alloués à la nation par des gouvernements étrangers, au mépris de son devoir constitutionnel de garantir le bon fonctionnement des institutions publiques et d'y veiller scrupuleusement (art. 136 de la Constitution). Il est vrai qu'à écouter certains parlementaires zélés, il n'existe pas de limite entre les biens privés du Chef de l'État et les biens publics, voire le bien public.

Le Conseil de l'UEH constate que d'autres secteurs de la vie nationale, en particulier la presse, les organisations des droits humains, sont systématiquement attaqués par le gouvernement lavalas. Il en déduit que cette guerre entreprise contre l'UEH est en fait un aspect de l'élimination programmée de tout espace de pensée plurielle et d'exercice des libertés publiques. Il invite tous les citoyens et en particulier tous les secteurs organisés de la popula
tion qui ne veulent pas se faire complice de cette situation inacceptable à faire un front commun. Face à ce constat de faillite totale et irrémédiable, le gouvernement lavalas doit partir pour que vive la nation.

Port-au-Prince le 10 décembre 2003

CONSEIL DE L'UNIVERSITE D'ETAT D'HAITI

Pour Authentfication :

Pierre PAQUIOT, Recteur

Fritz DESHOMMES, Vice-Recteur à la Recherche

Wilson LALEAU, Vice-Recteur Académique

_____________________

Post Reply