Le Conseil de sécurité de l’ONU inquiet face aux retards

Post Reply
T-dodo

Le Conseil de sécurité de l'ONU inquiet face aux retards

Post by T-dodo » Wed Oct 19, 2005 12:03 pm

[quote]Le Conseil de sécurité de l'ONU se montre "inquiet" face aux retards enregistrés dans le processus électoral en Haiti et l'éventuel report du transfert de pouvoir le 7 février 2006

Lors d'une réunion spéciale sur Haiti, le Conseil a notamment recommandé la publication de la liste définitive des candidats agréés et l'identification des bureaux de vote de concert avec la MINUSTAH ; le Premier ministre Gérard Latortue annonce une nouvelle prolongation des opérations d'inscription des électeurs

Posté le mercredi 19 octobre 2005
Par Radio Kiskeya


Les 15 membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont exprimé mardi soir à New York de vives inquiétudes face à la lenteur du processus électoral en Haiti et appelé au respect du calendrier constitutionnel lors d'une session spéciale consacrée à la situation du p
ays à quelques semaines des élections locales, municipales, parlementaires et présidentielles prévues entre la fin de l'année et le début de l'an prochain. La préparation des élections "montre des avancées fragiles entre la violence, l'insécurité, les difficultés techniques et la corruption policière" selon un rapport de la mission des Nations Unies en Haiti analysé dans le cadre de cette séance à huis clos à laquelle ont notamment participé le Premier ministre haitien Gérard Latortue et le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies en Haiti Juan Gabriel Valdés. Le président du Conseil Electoral Provisoire (CEP) Max Mathurin et le directeur général de la Police Nationale d'Haiti (PNH) Mario Andrésol devaient également y assister.

"Il importe au plus haut point de faire en sorte qu'Haiti s'offre des élections transparentes, sans exclusive, libres et équitables, conformes aux normes démocratiques internationales et ouvertes à tous les candidats qui ont renoncé à la violence" a indiqué l
e Conseil dans une déclaration lue par l'ambassadeur roumain qui assure au cours du mois d'octobre la présidence tournante de l'instance exécutive des Nations Unies.

Après avoir suivi attentivement l'exposé du diplomate chilien Juan Gabriel Valdés, sur l'état d'avancement de la préparation des différents scrutins, le Conseil de sécurité "s'est inquiété de ce que les échéances électorales risquent d'être retardées et a rappelé que la communauté internationale espère que le premier tour des élections nationales aura lieu en 2005 et qu'aucun effort ne sera épargné pour que les autorités démocratiquement élues entrent en fonction le 7 février 2006, conformément à la constitution".

Il est également demandé aux autorités haitiennnes "de publier rapidement la liste définitive des candidats et de convenir, en consultation avec la MINUSTAH, d'une liste de bureaux de vote qui garantissent l'accès des électeurs aux urnes". Le Conseil de sécurité qui "note avec satisfaction que trois millions de personnes s
ont déjà inscrites sur les listes électorales constate dans le même temps "avec préoccupation que la préparation des élections se heurte encore à des obstacles majeurs".

Pour sa part, le Premier ministre Gérard Latortue a estimé, dans une brève rencontre avec la presse à l'issue de la réunion du Conseil de sécurité, qu'une nouvelle prolongation des opérations d'inscription sera nécessaire en vue de donner à tous les électeurs potentiels la possibilité de se faire enregistrer sur la liste électorale nationale. Selon le rapport onusien, à la date du 29 septembre, 70% des quelque 4 millions de personnes en âge de voter recensées s'étaient inscrites, après quatre prolongations consécutives. Mardi, le processus d'enregistrement se poursuivait dans le plus grand désordre dans des quartiers populaires comme Cité Soleil (nord de la capitale haitienne), sans qu'aucune prolongation supplémentaire n'ait été annoncée par le CEP trois jours après l'expiration du dernier délai (15 octobre) qui avait été accordé aux
retardataires.

Sur le plan de la sécurité, la communauté internationale se montre également préoccupée. "Il n'y a pas de doute, la situation sécuritaire reste précaire" a affirmé à sa sortie de la réunion Juan Gabriel Valdés, représentant de Koffi Annan et chef de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haiti (MINUSTAH).

L'accumulation des difficultés techniques qui empêchent la publication d'un calendrier électoral remanié, l'affaiblissement de l'autorité du Conseil Electoral, l'amplification de l'imbroglio politico-judiciaire autour de la candidature à la Présidence du riche industriel américain d'origine haitienne Dumarsais Siméus et les incertitudes qui pèsent sur la capacité de la MINUSTAH à assurer la sécurité des élections risquent de mettre à mal la gestion du processus électoral et l'issue de la transition démocratique. spp/RK[/quote]

T-dodo

Post by T-dodo » Wed Oct 19, 2005 12:05 pm

Li samble ke chak fwa moun yo blye se yon peyi okipe yo ye, yo raple yo alòd! Memwa yo kout!

Post Reply