Antrevi radyofonik ak Dumarsais Siméus

Post Reply
User avatar
admin
Site Admin
Posts: 2153
Joined: Thu Nov 13, 2014 7:03 pm

Antrevi radyofonik ak Dumarsais Siméus

Post by admin » Fri Sep 02, 2005 1:06 pm

EXCLUSIVE INTERVIEW OF BUSINESSMAN DUMARSAIS SIMÉUS OF MANSFIELD, TEXAS WITH CARL FOMBRUN IN MIAMI, FLORIDA, ON RADIO RCH, HOMESTEAD, FLORIDA AND RADIO KINAM, ORLANDO, FLORIDA

IN THE FRENCH LANGUAGE, CREOLE, AND SOME ENGLISH.

MR. SIMEUS IS RUNNING FOR PRESIDENT OF HAITI IN THE NEXT ELECTION DUE IN NOVEMBER 2005.

ÉDITION SPÉCIALE POUR LE VENDREDI 2 SEPTEMBRE 2005.


MON ENTREVUE RADIOPHONIQUE À LA radio RCH à Homestead, Floride courtoisie du PDG Pressa Wilfrid transmise sur www.radiorch.net avec le candidat à la présidence haitienne, Dumas Mécène Siméus.


PRESSA WILFRID

Chers auditeurs de la Radio RCH à Homestead et de la Radio Kinam à Orlando, comme nous l'avions annoncé, nous avons avec nous dans le studio « B » de la Radio RCH et le studio « C » de la Radio Kinam à Orlando, le journaliste bien connu M
. Carl Fombrun. En effet, le COIN DE CARL est présent cette fois en chair et en os. M. Fombrun a son invité spécial, et nous lui réservons le droit de le présenter à sa guise sur la RCH.



CARL

Merci, Pressa. C'est un plaisir d'être sur les ondes de la Radio RCH à Homestead et en même temps sur la Radio Kinam à Orlando, avec le PDG Alfred Pekito.

Oui, j'ai avec moi de Mansfield, Texas un homme important « yon pakèt gason » et je vais l'introduire dans une minute, pardon dans une seconde, parce que je n'ai pas de temps à perdre, et lui non plus.

Il a fait le choix de ma personne comme le premier journaliste en Floride à l'interviewver, depuis son retour de Pont Sondé, Haiti ou il s'est déclaré comme candidat à la présidence.

Alors bienvenue sur le Coin de Carl Dumarsais Mécène Siméus, populairement connu par vos amis comme Duma. « Duma ki jan nou ye ? »



DUMARSAIS SIMÉUS

Mon cher Carl, merci beaucoup pour l'invitation et merci à tous les audit
eurs qui vont nous écouter aujourd'hui. Qu'ils soient à Miami, qu'ils soient à Boston, qu'ils soient en France. « Ke yo Ayiti, » partout, partout. Je leur dis merci beaucoup « de ke yo pèdu tan jodi'a pou yo ka tande sa nou pral di. »



CARL

Merci. Nous avons beaucoup à discuter et le temps se fait court. Je ne vous considère pas seulement un ami, Duma, mais je vous admire aussi pour vos qualités intrinsèques et vos accomplissements dans le monde des affaires.

Ceci dit à la vaste audience du COIN DE CARL, cela ne m'empêchera pas de vous poser des questions brûlantes sur la RCH à Homestead et la Radio Kinam à Orlando, ayant à voire avec votre candidature à la présidence de la République d'Haiti.

Vous connaissant, comme un homme du monde avec de l'entregent à revendre, je sais bien que je ne m'adresse pas au jeune paysan de Pont Sondé, sorti de sa ville natale à un très jeune âge pour faire sa fortune à l'étranger, mais à un homme accompli qui a su s'imposer et réussir da
ns le pays industriel le plus avancé sur terre, les Etats-Unis d'Amérique.

Alò Duma ou wè mwen blije ape fè yon ti pale france paske Lafrik, Lafrans, ak lot kote ape koute nou. E mwen tèlman fyè mwen genyen'w avè'm mwen vle kontinue ak introduksyon'm an france. Apre na voye moute an kreyol epi angle.

Duma, vous me rappelez mon regrétté ami, mon « frère » Thomas Désulmé que j'ai pratiqué pendant près de 40 ans en Haiti et à l'étranger. Tom était aussi issu de stock paysan. Il commenca comme chauffeur de camion et ensuite il occupa de hautes fonctions gouvernementales. Il dû laisser Haiti comme sénateur, exilé après l'arrivée de Francois Duvalier au pouvoir bien qu'il avait supporté ce dernier.

Installé à la Jamaique Thomas Désulmé laissa sa marque comme un grand industriel dans son pays d'adoption. Candidat à la présidence d'Haiti en 1986, il en sortit bredouille. A sa mort, il fût honoré par la Reine d'Angletterre pour ses multiples contributions dans l'industrie à la Jamaique. Et
pourtant, Tom avait recu une formation scolaire limité et n'avait aucun diplôme universitaire.

Thomas Désulmé me manque aujourd'hui en Floride, ou je bénéficiais de sa chaude compagnie et des restaurants huppés de Coral Gables ou nous passions de merveilleux moments à discuter des problèmes nationaux et mondiaux. Nous nous en sommes données de ces échanges d'idées et je ne saurais l'oublier.

Bref, Duma, vous êtes aussi de stock paysan et, contrairement à Thomas Désulmé, vous avez recu une formation scolaire en économie et votre professeur était nul autre que l'éminent Milton Friedman, reconnu universellement comme un expert dans le domaine des affaires.

L'élève a prouvé qu'il avait bien appris ses lecons. Votre compagnie, la Siméus Food International, Inc. est estimée dans la presse à une valeur de 120 millions de dollars. Est-ce correct ?


DUMARSAIS SIMÉUS

Bon, tu as bien parlé, sauf si je peux porter une petite correction, mon cher Carl.


CARL

Vas y.



DUMARSAIS SIMÉUS

Je ne dirais pas que la valeur est de 120 millions de dollars. Ici aux Etats-Unis on parle de chiffres d'affaires. C'est-à-dire le total des ventes annuelles de la Société. Comme tu le sais les chiffres d'affaires peuvent ou pas, avoir un rapport avec la valeur de la Société. J'ai voulu seulement apporter cette petite correction. « Se pou'n ta bay li an kreyol tou. »


CARL

Men wi. Alos monchè nou pral chanje entèvyou'a an kreyol.


DUMARSAIS SIMÉUS

Bon, nou gen dwa bay entèvyou'a « si tu permets » an france, an kreyol « et un p'tit peu en anglais pour que tous les haitiens puissent participer. » Pèp ayisyen an jeneral petèt a 90 pou san yo konprann kreyol la « mieux ».

« Donc, bien que je puisse m'exprimer en francais et en anglais, c'est très important « pou nou bay entèvyou'a sutou an kreyol » si tu es d'accord pour que le peuple haitien en général, quelque soit sa couche sociale, puisse participer avec une compréhension tot
ale. Je suis au service de tous les auditeurs qui nous écoutent.


CARL

Compréhension totale et capitale ! Nan pwen pwoblèm, Duma. Ou konnen sak fè'm plezi avè'w ou se yon « homme du monde », an menm tan ou se yon nonm ki gen antrejan. Ou konprann lè choz. « Il n'y a pas de doute » ke an Ayiti se kreyol nou pale. Kreyol pale, kreyol konprann, men pa bliye ke nan entènèt la tou gen anpil etranje kape koute nou. Se pou sa mwen mete yon ti france epi na retounen nan angle tou. Nap pale tout twa lang yo, se ayisyen nou ye.
Duma mwen gen yon lot kesyon pou ou. Eske ou gen entansyon kom kandida a la prezidans pou bay yon « compte rendu » de situasyon finansyè pèsonèl pa'w ? Pou di konbyen ou vo, men sa ou genyen ?


DUMARSAIS SIMÉUS

Bon, men jan map reponn keyson a. Nou obsève la lwa, sètadi nou gen entegrite. Nou vle fè bagay yo jan ke lwa'a mande pou yo fè'l. Si yo mande sa, nou pa gen pwoblèm. « Cepandant, » pou oditè kap tande yo, « cela doit être très, très clair,
je ne suis pas le seul membre de ma famille. » Mwen gen madanm, mwen gen pitit mwen.

Ou konnen ki jan bagay yo fèt ozetazini, « pour des questions d'impôts et d'autres » mwen gen anpil bagay. Se sou non madanm mwen, sou non pitit mwen ki gen zafè pa yo. Yo pa kandida, bagay ki sou non yo « légalement parlant de même que les Bush, les Clinton, » potfèy madanm ak pitit yo se yon bagay apà.


CARL

Sèten. « Il n'y a pas de doute. » Nou konprann sa. Bon, Duma « retournous à Haiti. » Eske wap bezwen 100 mil vwa pou prezante an septanm kom prèv ke ou gen entansyon tèt kale pou kandida ?


DUMARSAIS SIMÉUS

« Oui et non. » Kite'm reponn wi'a dabo. « Puisque » nou manifeste entansyon nou pou nou parèt kom kandida endependan « au moment de l'inscription au mois de septembre » le 15 septanm se sa'm tande, se dènye dat enscrypsion'an. Donk pou'n prezante'n kom kandida endependan nap bezwen anviron 100 mil vwa « et peut-être un p'tit peu moins. »

Paske bagay sa'a pa k
lè , lwa elektoral la dapre sa yo di'm mande 2 pousan des « électeurs. » Sètadi moun ki anrejistre. Si gen 3 milyon moun ki anrejistre 2 pou san fè 60 mil vwa. Puiske yo vize jiska 5 milyon, si gen 5 milyon ki anrejistre nap bezwen 100 mil vwa. « Donc. La réponse comme indépendant est oui.”

Yon lot kote gen yon seri de pati politik ki komanse apwoshe nou pou yo mande nou fuzion, koalisyon. « Nous sommes en train d'étudier la situation et leurs demandes. » Gen yon posibilite avan le 15 septanm, mwen pa su non, map pale kare avèk oditè yo.

Si nou jwenn yon pati politik « ou bien d'autres groupements qui partagent la même vision qu'on a pour faire progresser, pour faire redresser notre pays » nou kab petèt antre an fuzion ou an koalisyon « et dans ce cas » nou prale sou banyè yon pati politik ki existe deja « et on aura pas besoin des 100 mille signatures. » « Je ne sais pas si je m'explique. »


CARL

Bon, mwen konprann ou. Map mande'w yon lot kesyon. Lot jou Miyami nan yo
n stasion radio te gen yon reshèsh non-siantifik ki te mande majorite moun yo sitou nan Little Haiti nan Miyami ki moun yo te vle kom pwemye minis ou byen pou prezidan.
Eske ou konnen te gen yon majorite de 98 pousan moun ki di ke yo vle Siméus kom pwemye minis ak Chalito Baker kom prezidan? Gen lot ki te di konsa yo te vle Simeus kom prezidan ak Chalito pou premye minis. Si ou pa pase kom prezidan eske ou ta aksepte job pwemye minis la?


DUMASAIS SIMÉUS

Bon, sa'a se yon bèl kesion. Se pa yon kesion mwen ka reponn koulye'a, Carl, paske patisipasion'm nan sytèm politik la koulye'a pou nou chanje peyi a li baze su yon objektif “de recevoir un mandat direct du peuple. »

”Que veux-je dire par mandat direct, bien que tous les auditeurs comprennent » kite'm esplike. Mwen ta renmen se pèp la menm ki vote pou nou, ki ba nou bulten'l. Poukisa mwen di sa, « parce que » peyi'a pral bezwen « des changements profonds ». Gen yon seri de modèl « qui n'ont jamais donnés de résultats pendant 2
00 ans, des modèles qu'on a utilisés pour gérer le pays qui n'ont jamais, jamais rien donné.
Donc, il y aura un boulversement, je ne dis pas complet ou bien absolu, mais un grand boulversement » nan manyè ke enstitusion yo fonksionne, etcetera, era. Dapre mwen menm si'm mandate direkteman « par le peuple » lap pi fasil pou nou bay randman, pou nou bay pèp la an jeneral, tout gwoup sosial yo rezulta ke yo vle'a.


CARL

E an menm tan tou, konstitusion sa'a ka chanje. Koulye'a konstitusion an bay pwemye minis la tout pouvwa'a. Se pa prezidan an ki gen pouvwa'a. Eske ou dako ?


DUMARSAIS SIMÉUS

Wi.. Bon dapre sa ou di'a, dapre sa moun di pwemye minis la gen anpil pouvwa pou'l gouvène. « C'est lui qui va faire je dirais la gouvernance. » Se li menm kap dirije chak jou. Se tankou yon « chairman » li pral ye.

Cependant, Carl, monchè ou télman poze bèl kesion tout tan, kite'm yon ti jan ralanti pou'm ka eseye reponn. « La marche effective d'une organisation que ce so
it un gouvernement, un pays, une boîte à but lucratif ou nou non-lucratif, » sak fè suksè bwat la « c'est le travail d'équipe. Chacun apporte quelque chose. »

Pwemye minis la gen dwa ap dirije kom yo di an angle « the day to day business of the country » mais le président lui, a une série de stratégies. »

Job prezidan'a se shashe yon seri de bagay, « que ce soit des investissements de l'extérieur, que ce soit par des exemples de gouvernance » lap bay poul fè peyi a mache, pou'l ede pwemye minis la kenbe peyi a « sur le rail de développement, sur le rail de développement socio-économique, de créer des emplois, d'envoyer des enfants à l'école, de leur donner un minimum d'un repas par jour, de leur donner la santé, de créer surtout l'industrie touristique.

Les deux, le premier ministre et le président, sont en grande partie responsables, travailler avec leurs ministres et les directeurs généraux des postes importants en Haiti. Ce sera un grand travail d'équipe.»


CARL


Kite'm mande'w yon lot kesion. Gouvènman George W. Bush la eske yo mande'w pou kandida?


DUMARSAIS SIMÉUS

Bon, gen plizyè moun ki poze'm kesion sa'a. A la verite mwen gen dwa di'w non, absoluman, absoluman non. Men lè map bay yon repons fok mwen bay li direkteman. Mwen gen de zanmi ayisyen an Ayiti, lot ozetazuni ke se swa nan Miyami, nan Nouyok, Boston. Mwen gen de zanmi an Frans, “ceux sont des francais.” Mwen gen de zanmi alman paske ou konnen mwen travay nan tout peyi.


CARL

Ou se yon pye poudre, yon “citoyen du monde.”


DUMARSAIS SIMÉUS

Bon, pli zou mwen (rires) .Mwen di'l “avec beaucoup d'humilité. » Mwen travay nan 25-30 peyi sou la tè. Donk, moun ki konnen travay avè mwen nan tout peyi mande'm poukisa ou pa konsidere poze kandiatu'w « à la présidence d'Haiti » pou ede peyi'w.


CARL

Eske ou konnen George W. Bush pèsonèlman ? Ou jan'm kontre li?


DUMARSAIS ESTIMÉ

La réponse est absolument non.


CARL


nEske ou anrejistre kom yon repibliken nan peyi isit ?


DUMARSAIS SIMÉUS

Bon, map di'w yon bagay mwen byen kontan ke ou poze'm kesion'a. Kite'm di sa an angle epi wa twadyui'l an kreyol. “I operate on both sides of the aisle. You could say I am an independant.

I am a friend of the United States and I also support any political party Republican, Democrat, Independent provided that I see they have a vision that is in line with my vision, in terms of what the country of Haiti and also the country of United States needs.


CARL

Do you think that Mr. Bush right now has a good vision for Haiti?


DUMARSAIS SIMÉUS

Well, let's put it this way. I know from speaking with various people and I am going to give you a general answer. In speaking with people from the Black Caucus, in speaking with people from the Democratic party in general and in speaking with people from the Republican party, they all are unanimous in wanting Haiti to become a better country w
here there are jobs, where there is education, where there is better governance, where there is a better agricultural industry, etc, etc.

All of them want Haiti to prosper. They all have told me that with the right leadership, they believe a country as beautiful as Haiti, a country that has so much potential can prosper.


CARL

Mr. Siméus I am going to let Pressa Wilfrid CEO of RCH ask you a question. He is going to ask you a question and it will be in creole. Right, Pressa ?


PRESSA WILFRID

Se sa. Tou dabo nap salwe kandida'a, futu prezidan. Bonswa.


DUMARSAIS SIMÉUS

Nou poko rive la men nap travay pou sa.


PRESSA WILFRID

Men kan menm se rèv la. Mwen tap swiv ak yon atansion soutnu keysion jounalis Carl Fombrun ta poze'w. Mwen tande repons ou yo, men kesion mwen ta renmen poze se pou jenn antreprenè ayisyien kap grandi ici ozetazuni. Mwen kwè enjenyè Pekito tou nan Radio Kinam nan lakou Orlando li menm tou li ta poze menm kesion'
a.

Sa ki te inspire'w kreye yon gwo antrepriz konsa ki jounen jodi'a vinn ba'w yon reputasion mondial kom milyonè ?



DUMARSAIS SIMÉUS

Bon, an nou bliye afè milyonè a paske mwen pa renmen pale de kob. « Le succès ne se mesure pas par le nombre de dollars ou bien le nombre de devises que vous avez. » Men kesion sa'a inspire'm, se yon “très très belle question. » Repons la trè long men kite'm bawou'l trè trè kout.

Inspirasion sa'a komanse depi an Ayiti, depi Pont Sondé avèk manman'm, papa'm byen ke yo pat janm ale lekol. Yo pat janm konnen li. Toutan papa'm ak manman'm toujou di ke pwemye bagay pou met nan tèt ou se lespri. Tout tan yo tap di sa an kreyol. Met lespri nan tèt ou, ale lekol, aprann byien paske kelke swa sa ou vle fè a , avèk lèd de l'etènel, ou gen yon rèv tò ou tà bondye ap delivre'w, rèv la ap vinn materialize.

Kite'm tou pwofite pou'm bay tout moun kap tande mesaj sa'a, kelke swa manman'w sete madan Sara, kelke swa se nan hotel lap travay, kelk
e swa papa'w se sèvi lap sèvi nan restoran, kelke swa fanmi'w gen diplom doktora nan men yo deja, kelke swa sa yo fè a, pitit tout moun sa yo nou fèt pou gen yon rèv, nou fèt pou gen yon vizion de sa nou vle fè, epi kenbe rèv la, kenbe rèv la, pa kite pèson di'w se pitit soyèt ou ye ou byen ou deja pitit gran nèg ou pa bezwen rèv, kenbe rèv la, travay sou li paske tò ou tà rèv ou ap realize.


PRESSA WILFRID

Mèsi bokou, kandida.


CARL

Bon, Duma, kite'm poze'w yon lot kesion, an nou retounen sou Ayiti. Ou kandida a la prezidans. Ou konnen gen yon kontwovès koulye'a. Yo di se pou te viv 5 lanne nan peyi'a dapre konstitusion. Apre yo di konsa ou natiralize'w ameriken, ke kandidatu'w la pa akseptab. Alos ou menm pèsonèlman ki jan ou pral konbat sa ? Ki moun ki pral deside si ou akseptab ou pa kom kandida ? Se CEP a ou byen depatman de la jistis ? Ki jan bagay sa'a pral rezoud ?


DUMARSAIS SIMÉUS

Pwemyèman dapre sa tout konseye'm di'm se CEP a ki abilite pou'l
pran desizion lè tout kandida yo depoze pyès yo, pou cheke si pyès yo konfom. « Ceci étant dit j'ai toutes mes pièces. » Mwen fèt an Ayiti Pont Sondé. Manman'm gen 87 ans, papa'm gen 90 zan e se la yap viv.

Mwen gen paspow ayisien'm, mwen gen batistè ayisyen'm. Pwemye rezidans mwen ke mwen retounen ladan‘l tout tan se Pont Sondé li ye. « Je n'ai jamais abandonné ma première résidence ou je suis né à Pont Sondé « nan nannan latibonit la. »

Ceci étant dit, anpil nan nou menm « y compris » ou menm Carl, « y compris » anpil oditè kap tande nou, nou te oblije kite peyi nou swa « pour des raisons politiques ou bien pour des raisons d'opportunités économiques, pour des raisons d'éducation que malheureusement » ti ayiti cheri nou renmen anpil la, patka ofri'n opotunite sa yo.

Donk nou oblije met deyo pou ale shashe la vi pou nou te ka ede paran nou, pou nou te ka ede pitit nou, pou nou te ka ede fanmi nou. « Mais cela ne veut pas dire que nous avons abondonnée notre Haiti chérie, » ni ke
nou abandone rezidans nou kote nou fèt an Ayiti.


CARL

Mwen koute'w e mwen konprann sa ou vle di la'a. Gen lot moun ki di konsa pou yon nonm kandida a la prezidans se pou'l ta baze'l sou konstitusion ki la'a, menm si li pa bon. Mwen dako avè w, a san pousan, ke tout moun ki kite peyi yo lè yo retounen lakay se pou yo ta rekonnèt yo kom ayisien.

Gen lot moun ki di konsa ke se yon enpètinans, paske chak fwa nou viole konstitusion ayisyen'a pou nou akomode moun. Paske koulye'a sa nou bezwen, nou bezwen yon respè de la lwa.

Mwen pa konnen ki jan bagay sa'a pral solusione.



DUMARSAIS SIMÉUS

Eske m ka komante 30 sekond sou sujè sa'a anko “très rapidement” ?


CARL

Boule.


DUMARSAIS SIMÉUS

Carl, mwen ta renmen fè yon apèl “à tous les haitiens, tous les patriotes. » Kelke swa kote yo ye nan « le monde entier » ki renmen peyi yo pou yo rasanble. Se pa sèlman pou Dumarsais Siméus pou yo rasanble pou yo chanje peyi'a.

La Ré
publique Dominicaine ki devanse nou li pa gen pwoblèm sa'a. Yo di tout dominicain kelke swa kote ou ye , kelke swa sa ou te fè, depi ou te fèt nan peyi'a nou louvri bra nou, nou di'w « welcome, bienvenue, bon retour, nous vous accueillons » paske nou bezwen tout dominicain pou rasanble tout sa yo genyen pou yo vinn travay ak lot ki su plas pou yo fè peyi'a mashe.

Mwen ta swete se nan « cet esprit de développement socio-économique du pays» ki yon priorite, ke tout ayisien kap pale pou yo mete ansanm pou devlopman peyi'a epi « le rassemblement de toutes les têtes du pays » kelke swa kote yo ye'a, paske peyi nou an kraze, peyi nou an fini. Li bezwen « toutes les ressources possibles. »


CARL

Dapre sa mwen li nan jounal meriken, moun kap dirije kanpay ou se yo ki te mennen kanpay Georges W. Bush lè li te kandida pou gouvènè eta Texas. Eske se vre ?


DUMARSAIS SIMÉUS

Bon, se yon trè bonn kesion. Mwen gen pluzyè konseye politik, ekonomik nan tout branch. Mwen genyen ki
an Ayiti, mwen genyen ki Etazuni. Mwen gen de lot peyi anko kap konseye'm. Moun nan lot peyi mwen te travay avèk yo, “des hommes d'affaires, des femmes d'affaires.”

Nou genyen yon « firme » pami tout konseye sa yo ki Texas kap ede nou. Pourquoi Texas, se yon bagay semp. « Parce que je vis au Texas. »


CARL

Wè. Se la ou gen biznis ou.


DURMARSAIS SIMÉUS

Wi. Se la bizinis mwen ye. Anpil kontak ke'm genyen yo su plas Texas, epi anpil moun Texas ki konnen mwen toujou ap di monchè poukisa ou pa fè yon bagay pou al ede peyi'w “au plus haut niveau possible au timon des affaires. Voilà!”


CARL

Di mwen, Duma, eske ou gen ase lajan pou fè yon kanpay elektoral ou bien ou pral mande moun kob?


DUMARSAIS SIMÉUS

Monchè se yon « très, très belle question ». Mwen pap fè kanpay mwen ak kob pa'm. Mwen « très,très absolu » nan repons sa'a. « Premièrement » mwen pa vle moun akuse'm ke mwen pral bay kob mwen, mwen pral fè arogans « et que je vais
acheter la présidence.

« Ceci étant dit » nou genyen anpil moun « de toutes les couches sociales, des Haitiens en Haiti, des Haitiens de la diaspora, » tout moun ki te ankouraje'm pou antre nan batay la, ameriken, lot moun anko nan lot peyi, tout di ke yap kontribyue nan kanpay mwen.

Kite'm konklu repons sa'a pou'm di'w lè ou gade eleksion nan peyi devlope kon isi, lè wap gade Clinton, lè wap gade Bush, lè wap gade Reagan , « Il n'y a pas mal d'autres exemples » moun sa yo se moun ki kwè nan yo, fè « des levées de fonds » pou voye kanpay yo monte. « C'est très important. »

Yo komanse ap voye kob. Se pa mwen menm kap jere kob kanpay. « Je suis neutre dans cette affaire de financement de campagne. Il y a quelqu'un qui s'occupe de recevoir l'argent, et de « budgéter » l'argent, de « budgéter » je dirais, les dépenses de la campagne. Alò nenpot moun ki ta vle kontribyue nan kanpay la yo an dwa telefone epi kontribyue.

Mwen pap mande moun kob pou posh mwen. Dezyèman sou afè finan
sman kite'm di'w yon bagay. “C'est très, très important “ pou nou konnen eske kanpay la gen sipow, “broad base support.”


CARL

Lè ou te anonse nominasyon'w Pont Sondé, konbyen moun ou te genyen ki te la, ki te vini ? Ou te gen yon bon gwoup moun ki te prezan ? Eske ou te gen pèp la avè'w ? Mwen pa tande rapow sou sa ?


DUMARSAIS SIMÉUS

Pont Sondé? Oh! Mon cher! Mwen ta renmen ou wè imaj yo. Pat gen kote pou mete yon zeping ! De milye moun! Mwen menm mwen rive, « mon cher » mwen te gen « chair de poule ». Lè'm di'w sa mwen sezi pou'm wè ke yon foul ki te la, pakèt moun ! Nenpot moun ki te la yo gen dwa di'w sa. “Du jamais vu!”


CARL

Kite'm mande'w ou dènye bagay ki “très important” tou. Eske ou an rapow ak lot kandida yo ? Eske nou komunike youn ak lot? Se peyi'a nap eseye sove. Mwen kwè menm si nou konpetitè youn ak lot, se pou youn pale ak lot. Eske ou pale ak lot kandida you? Eske yo pale avè'w?


DUMARSAIS SIMÉUS

Mwen poko pale ak tout.
Gen 2 omwen mwen pale avè yo. Nan tout entèvansyon mwen fè nan radio ou byen nan television, mwen fè apèl “ à tous les acteurs politiques, surtout les candidats” pou nou reuni. Depi moun yo komunye nan la menm vizion ke mwen menm, fò nou reuni, fò nou pale.


CARL

Très important. « Bon, Pressa Wilfrid vle poze'w yon lot kesion. »


PRESSA WILFRID

Wi kandida, Monsieur Siméus. Ou fèk sot bay repons kantite moun ki te reuni nan Pont Sondé e se la ou te pran nesans. Eske majorite moun ki te la yo se Pont Sondé sèlman yo soti ou du mwen eske moun yo te soti « partout dans le pays parce que » si ou prezidan wap prezidan tout peyi d'ayiti.


DUMARSAIS SIMÉUS

Bien sûr ! « Nou gen moun ki soti « de la vallée de l'Artibonite, » nou gen moun ki soti Gonaives, Marchand, Dessalines, Ti-Rivière, Borel, sitou Verrettes, lieu de naissance « tokay » mwen Dumarsais Estimé ki te petèt youn nan meyè prezidan Ayiti te janm genyen. Gen moun ki te soti nan Sud. Anpil moun depa
tman « de l'ouest » te vini e nou menm lè nou prezidan nap prezidan pou nou reprezante « le peuple en général ». Poukisa ke nou te ale Pont Sondé ? Se la'm fèt nan yon ti kay an tol nan 2 ti chanm. « J'ai voulu honorer mon lieu de naissance. J'ai voulu honorer mes parents. »


CARL

Bèl bagay ! Duma, mwen vle mande'w yon lot kesion. Ou marie avèk yon amerikèn. Amerikèn la se yon fanm blansh.


DUMARSAIS SIMÉUS

Wi, ou konnen li.


CARL

Wi, mwen konnen li. « Une dame pour qui j'ai beaucoup de respect. » Mwen gen anpil respè, anpil afeksion pou li. Map mande'w « ceci » : Eske ou kwè ke « étant donné » ou marie ak yon fanm blansh, yon amerikèn, Ayiti se yon peyi nwa, eske ou panse ke sa ka ba'w pwoblèm an Ayiti. Eske ou panse ke gen « racisme » an Ayiti pou kesion koulè a ?


DUMARSAIS SIMÉUS

« Bon, écoute. » Lè ou gade Ayiti gen « la bourgeoisie, les mulâtres, gen blan. Tout moun fonksyone an Ayiti et peut-être « kap genyen moun ki gen ti p
rejuje yo, etcetera. Mwen menm, petèt mwen naif. D'après mwen menm, « tout le peuple haitien, toutes les couches sociales » yo bezwen yon lidè ki pou fè yon rasanbleman.

Ke ou gen kob ke ou « malheureux », kelke swa koulè'w. « Je pense que le peuple haitien est près depuis longtemps à dire : « Écoutez ! Trouvez nous un rassembleur pour unir ce pays, quelques soient les couches sociales des gens, quelques soient leurs couleurs, quelques soient leurs origines. Haiti appartient à tous les haitiens et à tous les amis qui veulent venir sur place pour aider, pour faire progresser notre pays. »


CARL

Ou konnen Duma, ou se yon « homme du monde. » Ou se yon nonm ki gen anpil antrejan. Ou se yon moun vreman senpatik ke fasilaman tout moun ka renmen. Ou reponn nou franshman e mwen pap kenbe'w davantaj. Mwen vle remèsye'w ke se le COIN DE CARL ki an pwemye ki gen opotunite pou pale avè'w depi lè ou soti Pont Sondé. Se bien sa, « n'est-ce pas ? » Ou pap pete'm mwen ?


DUMARSAIS
SIMÉUS

Se sa ! Se sa nèt !


CARL

Alos mon chè, eske ou gen « le mot de la fin » pou pèp ayisyien kap koute'w. Eske ou gen yondènye bagay ou ta vle di ke petèt ou pat sonje ?


DUMARSAIS SIMÉUS

Bon, premièrement kite'm remèsye'w pou envitasion'a. Mwen remesye oditè yo ankò ki tap tande nou.


CARL

An nou remèsye Pressa tou pakse se nan station Radio RCH entèvyou sa'a ap fèt. Ok ?


DUMARSAIS SIMÉUS

Merci, merci à tout le monde. « Mwen remèsye station radio'a, mwen remèsye Wilfrid tou. Dènye mo mwen ta ajoute. Se yon mò “sur l'unité du pays.” Mwe konnen anpil moun palde de mò sa'a. Yon Rassembleur.

Si pèp la fè'm konfyans yo ban'm manda sa'a, mwen garanti yo yon bagay se ke ap genyen transparans nan gouvènma'a. Sèt a di ke nou pral gen yon gouvènman kote nou pral su ke moun yo pap al volè kob peyi'a epi apre sa pou yo ale viv Miyami, pou yo ale viv kelke swa peyi'a.

Pèp la gen dwa fè'n konfyans, nou pral gen yon go
uvènman ki pral mete'l « au service du peuple. « Notre gouvernement sera un gouvernement qui sera entre parenthèses, entre guimets, au Service Du Peuple. Quand je dis entre guimets » se pou mete anfaz sou li. Nou prale delivre job, lekol etcetera pou pèp la e nou garanti sa.


CARL

Mon chè, mwen toujou di se de dènye kesion'a, mwen regrèt. Men yon lot. Non'w « Dumarsais » eske yo te nonmen'w akoz prezidan Estimé ?


DUMARSAIS SIMÉUS

Mwen bien kontan ou poze'm kesion sa'a. Très rapidement,

Carl, ou menm pou laj ou, pou laj mwen, wap konprann bagay sa'a, men kite'm ale dousman pou lot oditè ki pi jenn yo ka konprann.

Mwen fèt en 1939. Dumarsais Estimé sete moun Verrettes « qui était une jeune » mwen pa kwè li te menm depite lè sa'a, li te konnen domi nan lakou papa'm Pont Sondé. Nan epok sa'a yo te fè yon ti kafe pou wou le maten epi ou bay moun yo yon goud, 2 goud yo te ranje bèl kabann pou te ka domi.

Epi ou te leve a katrè di maten pou pran mashin o
kap pou ale potoprens. Papa'm te tèlman finn abitue ak non Dumarsais sa'a, lè'm fèt li di Dumarasais, mon chè mwen tèlman renmen'w, ou tèlman ou moun de bien, ou se moun Verrettes tou pre lakay mwen, map bay pwemye pitit mwen fè ak madanm mwen, nom Dumarsais'a. Se konsa mwen vinn gen nom sa'a.


CARL

Wè ! Mon chè ou se yon nonm « prédestiné. » Merci beaucoup Monsieur Dumarsai Mécène Siméus. Mécène se poukisa ? Mécène se pourquoi ?


DUMARSAIS SIMÉUS

« Le prénom de mon père. » Bon, ou konnen, fok papa'm nan bagay la tou. Se zo pwason kraze nan bouyon nou ye. (rires)


CARL

Sa fè'm gran plezi mwen pale avè w Duma. Mwen swete k'a lavni na pale ankò. Bagay la pral chofe. Map pati. Mwen pral Canada, men lè'm retounen mwen pral “en plein” nan eleksyion yo. Nou pral gade sa ki pral devlope. Mèsi, mèsi anpil.


DUMARSAIS SIMÉUS

Je souhaite que « se pa dènye entèvansion ke nou fè, ke se pwemye nan plizyè entèvansion nou pral fè « pour le bien du p
ays, pour pouvoir articuler notre vision de faire redresser et de changer le pays pour le bien de tous. » A bientôt et je remercie tout le monde.


CARL

Merci beaucoup, candidat. Alos mezanmi jan nou te tande COIN CARL la jodi'a te su Radio RCH « grâce à Monsieur Pressa Wilfrid. Pressa, comme PDG est un homme extraordinaire à la station RCH. Il m'a donné l'opportunité de parler avec le candidat Siméus qui est au Texas.

J'ai plusieurs projets que je vais faire avec Pressa car il a beaucoup à offrir à la communauté haitienne. Cher public, je souhaite que l'on se verra bientôt et à la prochaine, comme je le dis toujours « si Granmèt la vle ! »


PRESSA WILFRID

Et bien Carl, avan ou ale fò n pa bliye remèsie oditè nan lakou Homestead ak radio Kinam nan Orlando. Nou gen anpil respè pou yo, men nou pat gen tan pou nou te pèmèt yo poze kesion bay kandida'a. Nou fè moun Orlando yo konnen nou pa bezwen fashe. Pa tuye enjènyè Pekito pou nou sil vou plè. Nou espere avan kanpay
la fini oditè yo va gen chans poze kandida a kèk kesion.


CARL

Se sèten. Mwen bien ak Monsieur Siméus et mwen konnen lap dakò pou'l fè sa. Map di'w fransman mwen eskuze mwen, mwen pat panse a sa. Siméus fèk soti Pont Sondé, li fèk retounen Texas. Mwen konnen li te fatige men li ban nou 45 minutes. Na fè oditè yo patisipe la pwoshe fwa.


PRESSA WILFRID

Nou di'w mèsi tou, Carl. Ak tout gwo radio nan Miyami ou fè chwa de Radio RCH e se nou menm ki batize kandida jodi'a, petèt prezidan demen e se pwemye entèvyou li bay depi lè li retounen Texas.


CARL

Pressa mwen fè w konpliman pou stasion RCH la. Stasion a an penpan, li bien kanpe, li bien chita. Gen moun ki di'm ou te recevwa majistra Miami-Dade la, Carlos Alvarez. Yo fè yon zen avèk mwen kote Alvarez deklare tout lot radio ayisyen nan vil Miyami, yo pa genyen gangans station Radio RCH la. E se vre! Mon chè mes compliments e mwen pral kolabore avè'w tèt kale.


PRESSA WILLFRID

Carl, kom mwen t
ande ou pral an vwayaj mwen swete'w onon tout oditè Radio Kinam nan Orlando et tout oditè lokal yo, oditè Homestead, South Miami, mwen swete'w bon voyage e jan nou voye'w ale nou vle ou retounen avèk menm vizaj la san yon grenn cheve nan tèt ou pa rache.


CARL (rire)

Mèsi mon fwè ! Bye ! Bye !

(fin de l'émission)

T-dodo

Post by T-dodo » Fri Sep 02, 2005 4:28 pm

I read this and noticed how often some difficult questions resulted in evasive answers. He certainly displayed some of the american politician skills in dealing with interviewers. I also noticed that Fombrun did not really ask any follow-up questions. A suivre!

Leonel JB

Post by Leonel JB » Sun Sep 04, 2005 12:27 am

Serge, Jean-Marie, right on target. I was afraid to state the same thing. It was not an interview of a Presidential candidate. Where is the Professionalism?

It was mostly an advertisement, than anything else.

Neg yo se bere yo tap bere misye. Kote jounalis tisousou sa yo sOti?

I don t care if he is your friend, but ask the questions like someone else would...

Even FOX would have asked Bush tougher questions...

leonel

T-dodo

Post by T-dodo » Tue Sep 06, 2005 10:55 am

[quote]Yes! We got you. What you are telling us Mr. Simeus is why bother collecting 100,000 registered voters
when you could easily pull out yours checks book and negotiate with one of those little registered parties who already did all the dirty work and still don't have a chance to win. [/quote]

Michel,

There is nothing wrong with that. It all depends on his political ambitions and his willingness to take advantage of the rules and the system.

Post Reply