ETAT DE GUERRE; MINUSTAH versus Cité Soleil

Post Reply
User avatar
admin
Site Admin
Posts: 2153
Joined: Thu Nov 13, 2014 7:03 pm

ETAT DE GUERRE; MINUSTAH versus Cité Soleil

Post by admin » Tue Jul 19, 2005 5:01 pm

HAITI EN MARCHE

[quote]ETAT DE GUERRE
Minustah versus Cité Soleil PORT-AU-PRINCE, 9 Juillet - Oui, à Cité Soleil, c'est la guerre. C'est la guerre totale et c'est la guerre populaire. Le peuple luttant contre un occupant étranger.

La Minustah qu'on trouve à Cité Soleil n'est pas la même que celle qu'on voit dans les rues de la capitale. Alors que la bonne société l'accuse de laxisme et l'a surnommée "Tourista", c'est une force menaçante qui se déploie dans le grand bidonville de la capitale.

Les chars de la mission onusienne de maintien de la paix sont totalement repliés sur eux-mêmes dans leur blindage, ne laissant passer que la gueule des mitrailleuses tenant les maisonnettes et la population de Cité Soleil constamment sur la défensive.

Ici zone rouge. Les blindés tiennent les a
rtères principales, les combattants populaires les multiples corridors. Quant au petit peuple, s'ils ne sont pas tous armés, mais tous partagent le même esprit de résistance. Et les armes sortent de partout, différents calibres, armes de poing, armes de guerre, armes créoles, et dans toutes les mains, beaucoup n'ont pas seize ans.

De son côté aussi, la Minustah ne fait pas de différence entre combattants et civils non armés quand elle décide de déclencher une opé-ration. Souvent en pleine nuit. Sans avertissement, ce qui permettrait de mettre à l'abri les enfants.


David et Goliath …

Guerre totale d'un côté, guerre populaire de l'autre. Une guerre sale, où de part et d'autre, de plus en plus tous les coups sont permis. Mais c'est quand même David et Goliath.

Au fur et à mesure que la situation pourrit, et que les critiques pleuvent contre son retard à rétablir la stabilité, la Minustah s'enfonce dans ce rôle de force de répression d'abor
d, puis tout doucement aussi d'occupation, ni plus ni moins.

C'est du moins objectivement ainsi que se présente la situation, cela une fois franchie la ligne de démarcation, c'est-à-dire la nationale ou route de la Saline, en direction de la mer.

D'un côté, le haut de la ville, où nous luttons contre une criminalité à outrance, et un taux de 5 à 6 kidnappings par jour, et contre un gouvernement frappé d'impuissance et une présence internationale qui ne le semble pas moins.

Par contre au bas de la ville, juste retour des choses. De l'autre côté de la nationale, il n'y a ni gouvernement, ni police nationale, ni leaders politiques, ni société civile, ni establishment, même les sectes protestantes ont fermé boutique, il n'y a plus que le petit peuple, dont beaucoup de jeunes et très jeunes en armes, mi gavroche mi bandit de grand chemin, face aux chars de la Minustah, monstres aveugles, froids et invincibles.

Le peuple totalement abandonné à lui-même face à ce qu'il faut b
ien appeler, du moins dans cette partie de la ville, l'occupant étranger.


Terminator …

A Cité Soleil, la Minustah apparaît totalement sous un nouveau jour. En effet, oubliée sa mission de force d'interposition, donc en principe neutre et indépendante. Au fur et à mesure que la situation pourrit et que le défi persiste, c'est une force unilatérale dont le rôle est de vaincre militairement la population du bidonville. Et, sous entendu, en utilisant tous les moyens nécessaires. Une force tout à fait déshumanisée. C'est la guerre totale. Et c'est ainsi que le comprennent aussi les gens de Cité Soleil, qu'ils soient combattants, ouvertement armés, ou simples résidents, femmes, enfants et vieillards. Et quand le porte-parole militaire de la Minustah nous dit " tous nos hommes sont rentrés sains et saufs à leur base ", normal, tous les soldats onusiens sont dissimulés jusqu'aux oreilles dans leurs chars compacts qui ne laissent percer que la gueule des mitraill
euses cinquante et autres armes de destruction qu'on pourrait presque dire massive étant donné le peu de résistance des constructions à Cité Soleil.

De fait, samedi, il n'y avait aucun contact humain, même pas diplomatique, entre la mission onusienne et la foule assistant aux funérailles symboliques de Dread Wilmé, l'activiste politique abattu le mercredi 6 juillet dernier à Bois Neuf, une section de la commune de Cité Soleil. Pas plus avec la presse venue couvrir ces funérailles. Pas moyen d'avoir le son de cloche des hommes de la Minustah. La dialectique des armes a remplacé l'arme de la dialectique. Tout le monde sans exception placé sous la menace des mitrailleuses lourdes du haut des chars qui patrouillent souplement et sourdement la chaussée. Silence. Le général Heleno a pris des habits de Terminator.


Comme les cacos de 1915 …

Il y a un temps pour les palabres et il y a un temps pour en finir … Du côté de la Minustah, c'est donc désormais la
guerre totale. Au finish.

Du côté de Cité Soleil, et de ce qu'il faut bien appeler les partisans, comme on dit en langage de guerre populaire (à ne pas confondre avec guerre révolutionnaire), on s'enivre de la pensée de Charlemagne Péralte, le héros haitien de la guerre contre l'occupation américaine de 1915-1934.

On rappelle que Péralte et ses compagnons étaient traités du même nom de " bandits " par l'occupant et sa machine de propagande. Comme les cacos de 1915, ils se considèrent les derniers défenseurs de la souveraineté nationale et de la mère patrie.

Quand on leur dit que personne ne menace de s'em-parer du pays, leur réponse semble vouloir dire : peut-être pas du pays, mais de ce qu'il y a de précieux dans le pays.

Et aussitôt le raisonnement : Cité Soleil est précieux à cause de sa position au bord de la mer, dans la plus grande baie du pays, et à côté des centres portuaires, administratifs et financiers. Cité Soleil est, à les entendre, une zone stratégique pou
r le capitalisme inter-national.

Et voilà pourquoi on veut les chasser de là. Et c'est la Minustah qui est chargée de faire le sale boulot.

Mais ils sont nés à Cité Soleil, ils con-sidèrent donc de leur devoir de la défendre jusqu'à leur dernier souffle.

Est-ce vrai ou de la pure spéculation ? Est-ce que Cité Soleil est précieuse aussi pour d'autres qui n'entendent pas davantage la perdre, tels que les trafiquants de drogue.

Nous ne saurions répondre.


Lentement mais sûrement …

Toujours est-il qu'on pourrait interpréter les incursions souvent nocturnes de la Minustah comme effectivement une stratégie de harcèlement pour pousser la population à vider les lieux. Des chars se mettant à aboyer à 3 heures du matin de toute la puissance de leurs mitrailleuses et ouvrant le feu de manière apparemment indiscriminée par-dessus les toitures de maisonnettes aussi fragiles, cela ressemble fort à de l'intimidation.

Derrière le ma
sque de guerre totale, se cacherait donc une guerre d'occupation de terrain. Au diable la loi du premier occupant ! Personne ne parle de relocation, ni de dédommagement.

Or samedi nous avons eu comme l'impression que Cité Soleil est déjà vidée de près de la moitié de sa population. La stratégie marche. Lentement mais sûrement. Toutefois, peut-être pas assez vite au goût de certains.

A en croire les petits jeunes de Cité Soleil, on se trouverait devant une occupation qui n'ose pas dire son nom, une occupation seulement intéressée à s'emparer de ce qui vaut la peine économiquement, comme la position industrielle et commerciale stratégique, selon eux, de Cité Soleil.

Pour le reste, on nous laisse aux soins d'un gouvernement inepte. Et d'une bourgeoisie qui n'a rien compris, parce qu'elle n'aime traditionnellement que le blanc.

Fallait-il aller jusqu'à Cité Soleil pour l'apprendre! [/quote]


Haiti en Marche, 9 Juillet 2005

Post Reply