L'inscription des électeurs dans l'impasse

Post Reply
Anacaona_

L'inscription des électeurs dans l'impasse

Post by Anacaona_ » Thu Jun 02, 2005 1:36 pm

http://www.lenouvelliste.com

L'inscription des électeurs dans l'impasse

[quote]" De avril à juillet 2005, quatre millions cinq cent trois mille cinq cent cinquante (4.503.550) électeurs potentiels devraient s'inscrire et quatre cent vingt-quatre (424) centres d'enregistrement devraient être opérationnels sur l'ensemble du territoire ", ce sont là les objectifs que le Conseil Electoral Provisoire (CEP) s'était fixé pour l'opération d'inscription des électeurs en avril dernier.

Un mois après quels sont les résultats?

Selon le second bulletin d'observation pré-électorale du Conseil National d'observation des Elections (CNO), publié le 28 mai dernier, le CEP a seulement inscrit 1,2% de l'électorat haitien et ouvert 4% des bureaux d'inscriptions prévus. En d'autres termes, cinquante-quatre mille soixante-dix-sept (54.077) électeurs sont inscrits
dans quatorze (14) centres d'enregistrement fixes repartis dans certains chefs-lieux des départements du pays et dans les communes de Grand-Goâve, Carrefour et Kenscoff.

D'un autre côté, pour faire ressortir l'incompatibilité du Décret électoral avec le calendrier des élections des 9 octobre et 13 novembre, le bulletin reprend les articles 38 et 50 de ce Décret qui stipulent que: " l'inscription au registre électoral est obligatoire pour chaque citoyen et citoyenne de la République d'Haiti " et " toute inscription à la liste électorale générale (LEG) devra être portée par le CEP au plus tard le 60e jour avant la tenue d'une Assemblée électorale. La Liste électorale générale (LEG) sera ainsi définitivement fermée. Aucun électeur ne pourra être inscrit à la LEG après ce délai..."

Les causes de cette lenteur

Le Conseil national d'observation des élections précise que " selon diverses informations recueillies, cette situation est apparemment liée à un manque d'harmonisation des respon
sabilités et des actions entre le CEP et les acteurs internationaux engagés dans le processus électoral notamment l'OEA, l'UNOPS, la MINUSTAH et le PNUD ".

De son côté, le conseiller Riché Gerson rejette l'idée de l'inefficacité du Conseil électoral provisoire à des contraintes budgétaires. " Autres que les 58 millions de gourdes pour l'administration, le gouvernement a mis à notre disposition neuf (9) véhicules et un chèque d'un montant de seize (16) millions de gourdes ", a-t-il affirmé.

M. Gerson croit que le véritable problème du CEP n'est rien d'autre que le manque de cohérence entre les conseillers.

Parallèlement, au cours d'une conférence de presse donnée en fin de week-end, le président du Conseil électoral provisoire, M. Max Mathurin, a estimé que le processus d'enregistrement des électeurs connaît une nette progression. M. Mathurin promet, d'ici cette semaine, l'installation de quatre-vingts (80) autres bureaux sur tout le territoire. De son côté, Pierre Richard Duch
emin, président de la commission des registres électoraux, a abondé dans le même sens en annonçant l'installation de 165 bureaux automatisés dans les zones urbaines; 259 autres dans les zones rurales et 10 bureaux mobiles automatisés pour les hôpitaux.

Pour les jours restants, le nombre d'électeurs potentiels à inscrire s'élève à 4.449.473. Avec le rythme actuel du CEP, et quand on sait que la possibilité maximale d'inscrits par jour et par bureau est de 100 électeurs, plus d'un restent sceptiques quant à la concrétisation de l'objectif fixé par le CEP.
[/quote]

Post Reply