Manno Charlemagne

Post Reply
User avatar
admin
Site Admin
Posts: 2153
Joined: Thu Nov 13, 2014 7:03 pm

Manno Charlemagne

Post by admin » Wed Jan 19, 2005 2:31 pm

Discographie caraibe
http://perso.wanadoo.fr/lameca/cat/disc ... 004_11.htm
Manno Charlemagne

Manno Charlemagne, Nou nan malè ak òganizasyon mondyal, (KAKO 1915), 1988.

Il n'y a que les rats qui me font peur ! Ou bien encore l'avion quand je dois voyager !

Manno Charlemagne le dit lui même, il n'a pas peur des hommes. Même les pires qu'ait connus son pays Haiti, des Duvalier, pères et fils aux autres Raoul Cedras, en passant par leur escorte de Tonton-Macoutes. Cette posture contestatrice et audacieuse il l'affiche dès son plus jeune âge. Un véritable enfant tèk-tèk comme on dit en haitien. Né en 1948, il grandit dans les quartiers pauvres de Port-au-Prince et Carrefour et est tout jeune témoin de l'injustice sociale et politique qui y sévit.

Le chanteur guitariste qu'il devient à l'âge adulte dénonce avec virulen
ce et sans peur les dictatures qui se succèdent en Haiti et l'arbitraire aveugle de la violence qu'elles abattent sur le peuple.

Il sort son premier disque en 1978. Deux ans plus tard il est contraint à l'exil pour avoir crié « A bas Duvalier » à la fin d'un concert.

Manno Charlemagne est peut-être la plus sublime illustration de l'artiste militant en espace Caraibe.

Si l'énergie première de sa geste artistique est l'engagement militant en faveur des opprimés, son esthétique poétique et musicale n'en est pas pour autant négligée.

La poésie est subtile. Elle s'exprime et s'enracine dans un créole haitien parfaitement maîtrisé, vocabulaire, syntaxe et culture de la langue compris. Le cadre de cette écriture poétique est la culture, l'histoire sociale et politique et le quotidien haitiens.

La musique préférant les accords mineurs se déploie dans une narration mélodique à la fois sensible et sûre d'elle-même. Le dépouillement presque totale, une voix-une guitare tel un troubadou
r, ne fait que renforcer cette impression.

Parole et musique ne servent qu'un seul objectif : dénoncer pour secouer et éveiller les consciences en vue de l'action. C'est là le profond optimisme du militantisme contestataire de Manno Charlemagne, ne jamais céder au fatalisme. L'espoir est toujours là. Il considère d'ailleurs qu'Haiti n'est aujourd'hui qu'au commencement de son processus démocratique et cela en dépit de ses deux siècles d'indépendance nationale.

Tout est mis au service du militantisme contestataire, jusqu'à la jaquette de l'album, dont la référence discographique KAKO 1915 est un rappel à la résistance armée des paysans haitiens (les Kako, menés par Charlemagne Péralte) à l'occupation états-unienne de 1915. Lien à faire avec le titre de l'album dont le morceau éponyme dénonce les organisations internationales et les ONG en Haiti comme étroitement liées aux intérêts de la bourgeoisie haitienne. Ici, KAKO est le sigle de Kolètif Ayisyen Konsékan Ozétazini.

Voilà par exemple c
e qu'il peut dire à propos de l'impérialisme américain :

[quote]Le Capitaine America sabordait 1000 navires,
mis leur équipage en dérive.
Le Capitaine America a piraté 1000 paradis,
fait chaviré 100 000 pays.

Sur tant de rivages accostés,
a déchargé en conquérant,
ses cargaisons empoisonnés,
de colonels colonisant,
d'enfants gâtés casqués d'acier,
de multinationalisant.

Et de ces îles prises au lasso,
Sont amarrés trop de bateaux.
Les pêcheurs ne vont plus en mer,
Les poissons nichent dans les mines.
Les paysans cherchent leur terre,
à travers les champs d'héroine.

Capitaine America,
Capitaine America,
Capitaine America.

Et quand les marins sont lâchés,
Simple exercice de routine,
Les femmes sont mises en vitrine,
Marqués d'un prix et consommées,
Accouchant d'enfants-souvenirs,
Sans patrie et sans avenir.[/quote]

Leonel JB

Post by Leonel JB » Tue Jan 25, 2005 5:32 am

Manno Charlemagne,

Great guy, very good artist and composer.

By the way, his music is very jazzy now from his latest CD, very good.

I always loved him as a Brother and a musician. We lived the same neighborhood (Carrefour).

I will always remember him as a big Brother. Malad pou foutbòl, men malerezman, li pa konn jwe ak vye pye gòch li ya...

leonel

Leonel JB

Post by Leonel JB » Sun Mar 13, 2005 6:11 am

Guy, how do I send you some musics or cds? It does not seem easy.

I have some old Manno Charlemagne, very real (Haitian reality). Also, I have a Maurice Sixto, istwa tonton makout.

let me know,
leonel

User avatar
admin
Site Admin
Posts: 2153
Joined: Thu Nov 13, 2014 7:03 pm

Post by admin » Sun Mar 13, 2005 12:06 pm

Great! I would love to put up some old Manno Charlemagne. You may send any CD's to (same place as donations for prospective supporters of Windows on Haiti) :

Windows on Haiti
35 Fairview Avenue
South Orange, NJ 07079

Thanks, Leonel...

Manno Charlemagne is coming soon to you, Ann Pale'ers, by way of Denmark.

T-dodo

Post by T-dodo » Fri Jul 01, 2005 7:11 am

Manno Charlemagne was last night, June 30, 2005, at Tap Tap in South Beach, Miami, Florida. He was singing with Marco, who, from what the other patrons at Tap Tap were saying, was his original musical companion when we discovered him many decades ago. He and Marco delighted us with the songs we all loved to hum and sing that made him famous. He, and some times together with Marco, also played and sung some beautiful songs that I did not recognize.

Listening to the performance, I realized how much I missed that part of the haitian musical culture that is not well represented by our musicians. It is too bad, as it is a genre so beautiful and so pure. Even though we had the "rasin" music emergence in the past decade, the haitian folk songs are yet to break it like the "rasin" music and did still have few real star musicians. Manno remains its most visible ambassador and perhaps a distant memory. I hope he will continue to perform in Miami an
d perhaps release a new CD in the future.

Post Reply