Sanble Fanm Ayisyèn nan Kanada pa manje anyen k frèt!

Post Reply
User avatar
admin
Site Admin
Posts: 2153
Joined: Thu Nov 13, 2014 7:03 pm

Sanble Fanm Ayisyèn nan Kanada pa manje anyen k frèt!

Post by admin » Thu Jan 26, 2006 3:39 pm

Le Nouvelliste
F o n d é e n 1 8 9 8National 25 Janvier 2006

Une haitiano-canadienne au parlement d'Ottawa

Vivian Barbot, élue député à la Chambre des Communes du Canada

Vivian Barbot, une Canadienne d'origine haitienne, est élue député de la circonscription de Papineau sous la bannière du « Bloc Québécois ». Elle a battu, lors des joutes du 23 janvier 2006, le libéral Pierre Pettigrew, le ministre des Affaires étrangères sortant du gouvernement de Paul Martin qui a représenté cette partie de Montréal au parlement fédéral à Ottawa depuis près de dix ans.

Le succès de l'ex-présidente de la Fédération des femmes du Québec est dû au support des minorités visibles issues de l'immigration.

En effet, le Regroupement des Algériens du Canada, organisme regroupant 3000 membres, ainsi que des représentants des communautés marocaine, tunisienne et mauritanienne, ont donné leur appui à la candidate « bloquiste ».

Selon le président de ce regroupement, M. Rachid Boudjarne, avec Mme Vivian Barbot, les minorités auront quelqu'un pour défendre leurs droits.

« Nous avons choisi la personne », a-t-il expliqué.

Mme Barbot qui a fait tomber M. Pettigrew avec l'appui des «communautés culturelles» ou minorités visibles représentant 33% de la population de la circonscription de Papineau est respectée par son adversaire politique.

«Il y a une chose que j'apprécie d'elle, c'est qu'elle est claire (NDRL: dans le sens de directe, précise). Elle a dit : "pour moi, aller à Ottawa, c'est un pas vers l'indépendance du Québec". J'étais content parce que mes adversaires du Bloc, depuis des années, n'ont jamais eu cette franchise», a indiqué Pierre Pettigrew qui a visité Haiti au cours des derniers mois».

De St-Marc à Ottawa...

Originaire de la ville de Saint-Marc dans le département de l'Artibonite, Vivian quitte Haiti à l'âge de 16 ans pour aller étudier en Suisse. Elle tente par la suite de poursuivre ses études en France mais elle ne peut obtenir les autorisations nécessaires en raison des troubles politiques qui secouent Haiti. Après une brève visite aux États-Unis, la jeune femme retourne en Haiti. C'est là que les choses ont viré au cauchemar. La famille Barbot est alors recherchée par la milice haitienne, les tontons macoutes. Son père, Clément, qui a été le chef de la police répressive (on se souvient de la fameuse DKW) de François Duvalier, est tombé en disgrâce auprès de celui-ci qui a mis sa tête à prix.

Dans le contexte de persécutions politiques, beaucoup de membres de la famille ont été contraints à l'exil.

Après plusieurs mois passés à l'ambassade d'Argentine, elle a finalement débarqué dans le pays du Tango. Là, Vivian s'est fiancée à un Québécoi
s, qui est maintenant son mari. Ils reviennent tous deux au Québec, au moment où Montréal accueille des gens de partout lors de l'Exposition universelle de 1967. Entourée de son mari et de nouveaux amis, Vivian s'implique et s'épanouit dans son nouveau pays.

Professeur de français et d'anglais, Mme Barbot est devenue présidente de la Fédération des enseignants de « Cégeps » au début des années 90. Elle s'est fait davantage connaître, en 2001, lorsqu'elle a pris la relève de Françoise David à la tête de la Fédération des femmes du Québec. Cette femme est souvent présentée comme une battante. Une image qui lui colle à la peau.

Dans un entretien accordé à Marie-Paule Berthiaume, une journaliste canadienne, en mars 2003, cette militante féministe a sorti un dicton très évocateur de son caractère et du sens de ses engagements. « Ma mère rappelle souvent que nous n'avons qu'une vie à vivre et qu'il faut la vivre debout ! »

Mme Vivian Barbot est la première personne d'origine haitienne
à siéger au parlement fédéral du Canada, la Chambre des Communes. A côté de Michaëlle Jean qui est devenue officiellement le 27e gouverneur en même temps vice-reine de ce pays après avoir prêté serment le mardi 27 septembre 2005 au Rideau Hall, Mme Barbot sert d'exemple, de modèle d'intégration pour nombre d'Haitiens et d'Haitiennes d'origine vivant à l'étranger.

Au-delà de la fierté que peuvent ressentir les Haitiens devant le cheminement de ces battants et battantes qui ont cassé les chaînes du racisme et des autres difficultés inhérentes à l'intégration d'un immigrant, il est cependant décourageant de constater que la violence qui avait fait fuir Michaëlle Jean, Vivian Barbot et des milliers d'autres persiste. De Duvalier à aujourd'hui, l'hémorragie, le "suicide collectif ", l'autoextermination se poursuit !

Roberson Alphonse
robersonalphonse@yahoo.fr

Manze Choublak
Posts: 25
Joined: Sun Aug 22, 2004 8:37 pm

Fanm Kanada manje frèt ak cho...

Post by Manze Choublak » Fri Apr 28, 2006 11:57 am

Kouman ou ye frè m ?

mwen pa kwè ke se manje yo pa manje anyen frèt non paske sa depann kote ou pran sitiyasyon an. Pou kòmanse, Kanada mete sou zèl li generalman fanm ak gason ke yo si ke yo ka manipile e ki pap deranje yo nan estati kwo li. Moun ki gen diskou difi, ki pap nesesèman kanpe drèt lè moman an serye pou defann kominote l.

Yon moun menmsi li wè rasis la la, k ap di n sa nou wè pa finn twò sa. Madan Barbeau, se youn ladan yo malgre tout respè mwen genyen pou li antanke fanm anplis ayisyèn dorijinn. Se pou sa tou ke nan televisyon bò isit w ap fasil wè Mikayèl Jan, manmzèl ak de twa.

Yon aspè ki fè mal tou, sèke san m pa voye toya sou pensonn, moun sa yo ki jwenn anpil ^plas sa yo trè souvan pou m pa di tout marye ak yon blan osnon yon blanch kanadye osnon sòti de yon relasyon melanje. Map sispann wè sa lè genyen plis egzanp kontrè...

Alòs, se sa mwen panse sou dosye sa a kounye a. M ale.

Manzè Choublak

Post Reply