Haitian-born making history in Canada?

Post Reply
T-dodo

Post by T-dodo » Thu Aug 04, 2005 2:22 pm

Zanfanginen,

In life, we also have to remember that we have to give to get. The challenge is to give at least equal or less than what we get in return.

T-dodo

Post by T-dodo » Sun Aug 07, 2005 10:25 am

[quote]Sa vle di: 1) rekonèt advèsè a fè yon bèl gòl. Se vre li pouse defansè a. Men abit pa t soufle. Kidonk, ou bat bravo pou li, epi ou mache al mete boul la nan mian teren an. Match la poko fini.[/quote]

Jaf,

Advèsè yo entèlijan. Defi pa nou se wè pou nou bat yo lan pròp jwèt yo. Mwen kontan, lan ka sa, ou rekonèt ke fò nou fè plis ke fè bwi.

Jean-Marie

Leonel JB

Post by Leonel JB » Sun Aug 07, 2005 12:36 pm

Mesye, byen ke mwen dakO ak sa nou ekri yo, men fOm di nou se oun bagay ki trE Istorik e li trE bon pou kominote Ayisyen kap vini nan Kanada a. Nou kapab pa wE rezilta l kounye a, men nan fiti lap ede nou anpil.

Nou tout klE sou kesyon politik la, dayE se rOl politisyen. Se chEche fE dekabess. Pa gen anyen mal nan sa. Mwen pa sonje si se Jean-Marie ki te dil. Men vrEman se mOd kout gidon sa yo ke politisyen Ayisyen an sipoze aprann fE. Sispann fE gwo do.

Mouveman sa li bon anpil o pwen de vi sikologik pou oun moun kap viv nan Kanada. Oun ti imigran Ayisyen ka espere oun plas nan gouvEnman peyi ke yo grandi a. Ki diferan Ozetazini, kote oun moun pa espere vale teren konsa.

Sa pa vle di ke Mamzel pwal fE oun bagay pou Ayisyen. DayE, li se GouvEnE nan peyi Kanada, pa Ayiti. Li lE pou n sispann asosye karyE oun Ayisyen a "FE oun bagay pou peyi l". Se chwa moun nan. Si ou vle fE ou menm, se chwa pa w...

Se oun gwo jEs, e
mwen reyelman renmen l. Mwen espere Etazini ta fE oun seri de chwa politik konsa.

Tout GouvEnE sipoze travay pou konstitiyan yo, pa pou oun peyi etranje.

Ounsel dwEt pa manje kalalou oudimwen:
L'union fait la force,
leonel

User avatar
admin
Site Admin
Posts: 2153
Joined: Thu Nov 13, 2014 7:03 pm

Commentaires de René Dépestre

Post by admin » Fri Aug 12, 2005 7:23 am

Commentaires de René Dépestre
Fri, 12 Aug 2005 03:41:00 +0200 (CEST)

[quote]Ce n'est pas un conte de fées

par René DepestreLe jeudi 4 août 2005 a cinq heures trente du soir, un appel téléphonique de Montréal m'apprend que ma nièce du Canada, Michaëlle Jean, a été désignée gouverneure générale de son pays d'adoption. Transmise ainsi, sans préambule, la nouvelle m'a semblé l'incipit d'un conte de fées. Les explications du journaliste Sébastien Béranger m'ont vite convaincu qu'il ne me jetait pas à la tête le songe d'une fin d'après midi d'été. La fille aînée de ma sœur Luce est, bel et bien, élevée à la haute fonction politique de gouverneure générale du Canada.

Dans un monde hérissé d'incertitudes - quant aux nouveaux repères existentiels dont a besoin l'universalisation de la démocratie -, la désignation d'une femme, journaliste d'origine haitienne, à ce
poste considérable, est un fait culturel de civilisation qui honore le Canada du Premier ministre Paul Martin.

C'est le signe fort, exaltant, étincelant, du haut niveau de civilité démocratique qui marque l'évolution des institutions canadiennes. Voici le Canada décidé à faire avancer le processus de redressement du cours chaotique de la mondialisation. La promotion extraordinaire d'une femme émigrée de la première génération, fille d'une infirmière originaire d'Haiti, incarne brillamment la réussite de l'intégration à la canadienne.

Michaëlle Jean, grâce à ses dons de journaliste de radio et de télévision, grâce à la rigueur de sa parole, à sa connaissance des implacables réalités de la vie sur la planète, bénéficie aujourd'hui de l'admiration, de la confiance, de l'affection des téléspectatrices et des téléspectateurs du Québec. Mais, sa popularité - son audience, de bel aloi - s'est étendue, en quelques années, bien au-delà des clivages de langue et de culture. Les mérites de Michaëlle sont
connus et célébrés aussi au Canada anglophone. La descendante des esclaves de Saint-Domingue a tout pour étoffer et planifier de ses qualités, de son histoire singulière, de sa beauté, l'apport culturel des humanités anglo-saxonnes – métissées bellement de francophonie et de créolité – à la société civile internationale en formation. N'est-ce-pas celle-ci qui est appelée – l'action civilisatrice des Nations Unies aidant – à sauver les États-Nations, et la diversité de leurs cultures, des barbaries qui, par le sang qui court, humilient violemment le processus d'entente et de savoir-vivre ensemble des multiples civilisations de la scène mondiale ?

Associé à la Couronne britannique et au Commonwealth, membre éclairé du G8, le Canada est bien placé pour faire prospérer l'idée consensuelle d'un nouvel équilibre entre la nature et l'Histoire de nos sociétés du XXIe siècle, c'est-à-dire en clair, l'idée d'une vie démocratique internationale qui serait pour les peuples du monde tout un art-d'être-ensemble au
service des idéaux les plus élevés de la démocratie et de la civilisation universelle.

L'arrivée spectaculaire de Michaëlle Jean à Rideau Hall (résidence officielle des gouverneurs à Ottawa) permet de rêver sans toutefois nous donner le droit de verser béatement dans une énième utopie historique.

Dans ces conditions rassurantes, on comprend pourquoi, en Haiti – au berceau désolé de la famille de Michaëlle Jean –, la bonne et formidable nouvelle de sa nomination de gouverneure générale du Canada est accueillie et intensément vécue comme un phare d'espérance et d'allégresse à l'horizon d'attente d'un Sud au bord du désespoir.

René Depestre
Lézignan-Corbière[/quote]

Post Reply