Jésus n'était pas mort sur la croix! (J.E.R.)

Post Reply
User avatar
admin
Site Admin
Posts: 2153
Joined: Thu Nov 13, 2014 7:03 pm

Jésus n'était pas mort sur la croix! (J.E.R.)

Post by admin » Thu Mar 24, 2005 3:30 pm

Jésus n'était pas mort sur la croix !
Par Jean Érich René
22 mars 05

Les données bibliques sont l'objet de nombreuses manipulations et de mésinterprétations, ce qui crée le doute chez le chrétien d'aujourd'hui. Jésus est mort crucifié sous Ponce Pilate. Il a été enseveli. Il est descendu aux enfers. Le troisième jour il est ressuscité. Il est monté aux cieux. Il est assis à la droite du père. Il reviendra pour juger les vivants et les morts. Ce récitatif du symbole des apôtres a imprégné de façon indélébile notre mémoire tout en contrariant nos sommeils. Sa réitération à travers le temps a fini par lui donner une allure d'axiome. Mais pour peu qu'on y réfléchisse, il s'écroule comme de la neige fondante.

La littérature chrétienne rend Pilate responsable de la crucifixion de Jésus. Il suffit de relire la bible
avec d'autres lunettes c'est à dire en essayant d'oublier ou de s'affranchir de ce lavage de cerveau auquel nous sommes soumis depuis notre enfance, pour découvrir d'autres vérités Les versets bibliques sont clairs. Jésus n'était pas mort sur la croix. Pilate a tout fait pour éviter la mort de Jésus. Nous ne voulons pas faire le procès de Pilate ni détruire la croix de Jésus sur laquelle se repose tout l'échafaudage de l'église catholique. Notre réquisitoire est monté à partir du documentaire du post-scriptum du livre de Gérald Messadié: "L'homme qui devint Dieu" agrémenté des versets de la Bible.

L'analyse des événements du Golgotha, par recoupement permet de retourner ce crime contre les dignitaires de l'église qui craignaient l'arrivée de Jésus à Jérusalem à la veille de Pâques. Grâce à ses prodiges Jésus s'était taillé une réputation qui nuisait au rayonnement des prélats de l'époque qui avaient leurs propres armées. Les jaloux et les envieux, il en existe à toutes les périodes de l
'histoire et sous tous les cieux. Avec l'aide de Judas, les prêtres de l'église qui avaient pris ombrage de Jésus ont fomenté son arrestation et inventé des chefs d'accusation. Une fois au courant, Pilate qui n'adhérait pas à ce mouvement a procédé à la révocation d'Annas le principal instigateur de ce complot. Pourquoi? Pilate et sa femme Procula étaient malades. Pilate était atteint de goutte et sa femme Procula souffrait d'insomnie. La réputation de Jésus comme guérisseur n'était plus à faire, après avoir donné la vue aux aveugles, changé l'eau en vin et fait revenir Lazare à la vie, marché sur l'eau, multiplié les pains et les poissons, lévité dans l'air etc. Le palmarès de l'homme était impressionnant. Jésus était désormais suivi par une foule dense. Sa cote de popularité effrayait les grands prêtes de l'époque. Pilate et Procula voulaient à tout prix bénéficier des dons de guérison de Jésus, c'est pourquoi ils ne tenaient pas compte de cette crise de jalousie des membres de l'église. Ils
prêtaient une oreille distraite à leurs fausses accusations. Ils attendaient avec impatience l'arrivée de Jésus.

Les membres du Sanhédrin c'est à dire l'assemblée des prêtres, nous le répétons avaient leurs propres soldats. Ce point est capital. Il ont donné l'ordre d'arrêter Jésus pour le conduire chez Pilate le procurateur de Rome . Il est le détenteur du pouvoir juridique et exécutif. L'autorité de la police juive était limitée dans les périmètres du temple. Donc l'autorité du Sanhédrin concernait les affaires religieuses. Le premier geste de Pilate c'était de demander à tout le monde, même les soldats d'évacuer la salle et de le laisser seul avec Jésus. En l'absence des curieux, Procula se jeta aux pieds de Jésus pour implorer sa guérison. Pilate de manière courtoise, au cours d'une conversation avec Jésus lui offrit la couronne de Judée comme compensation. Jésus refusa. Alors Pilate se présenta devant la foule avec Jésus en disant: " Le voici, je n'ai aucun reproche à lui faire cet hom
me est innocent." Luc 23 verset 4. Sous l'ordre de Caiphe les soldats conduisirent Jésus chez Hérode, tétrarque de Galilée. Hérode était déjà tourmenté par la décapitation de Jean Baptiste dont la tête lui fut apportée sur un plateau, les yeux ouverts, pour satisfaire la vengeance de Salomé, fille d'Hérodiade. Hérode refusa de se souiller les mains dans le sang de Jésus. Il le revêtit d'un habit neuf et le renvoya chez Pilate. Luc 23 versets 8-11

Chez Pilate, tous les chefs des prêtres étaient réunis pour faire condamner Jésus à mort. A chaque fête Pilate avait l'habitude de relâcher un prisonnier. Ce jour-là il n'y avait que Jésus et Barrabas. Il voulait accorder une dernière chance à Jésus en demandant à la foule de choisir entre Jésus et Barabbas parce qu'il savait que c'est par la jalousie des prêtres que Jésus a été conduit au tribunal. Sa femme lui dit : " Ne te mêle pas de l'affaire de ce juste, car aujourd'hui j'ai beaucoup souffert en songe à cause de lui." Les chefs des prêtres pous
sèrent la foule à choisir Barabbas. Ils ont brandi la menace d'émeute. Pilate a pris peur. Pilate dans l'impossibilité de convaincre la foule de l'innocence de cet homme se leva. Il prit de l'eau et lava ses mains devant la foule en disant: "Je ne suis pas responsable du sang de cet homme cela vous regarde." Sous la pression populaire activée par la machination des prêtres Pilate a dû prendre malgré lui la grave décision de faire crucifier Jésus. Puisque la foule l'exige. Mais dans les coulisses il a donné l'ordre à ses soldats de ne pas tuer Jésus et tout un scénario a été prévu pour le sauver.

Cloué sur la croix, l'un des soldats introduisit dans la bouche de Jésus un chiffon imbibé dit-on d'eau et de vinaigre. C'était une drogue à caractère soporifique. En effet Jésus est tombé dans un sommeil léthargique, dans un état cataleptique, voisin de la mort. . En effet, on le croyait mort. Mais , techniquement il faut 12 heures pour qu'un crucifié soit mort. C'est pourquoi pour précipiter sa mor
t le plus vite possible on doit briser ses tibias pour faciliter son asphyxie par la traction des muscles thoraciques. Jésus a été crucifié aux environs de midi. Jésus n'avait que 6 heures sur la croix. Pilate avait donné l'ordre de ne pas briser les tibias de Jésus. Jean 19 verset 35. Il ne peut pas mourir puisque les conditions réglementaires ne sont pas réunies. C'est pourquoi lorsqu'on a dit à Pilate que Jésus était mort il a répondu: " Comment peut-il mourir. " Marc 15 verset 44. Les soldats de l'église ayant compris le stratagème, sous l'ordre des membres du Sanhédrin, l'un d'entre eux porta le coup de grâce en piquant Jésus avec sa lance sur le flanc gauche. Il en sortit de l'eau et du sang. Il pensait avoir percé son cœur et était convaincu définitivement de sa mort. De l'avis des médecins légistes le cœur n'a pas été atteint c'est la plèbe qui a été touchée d'où ce liquide blanchâtre qui coulait. Exposé torse nue dans ce froid glacial d'avril, Jésus avait une attaque de pleurésie. Ses p
oumons regorgeaient d'eau.

Quand Pilate aux alentours de six heures avaient appris la tentative d'assassinat de Jésus par les soldats des prêtres, il a donné l'ordre de vider les lieux. Mais conformément aux règlements, il fallait descendre le cadavre de la Croix avant la tombée de la nuit. Ce qui n'a pas été fait. De plus on avait laissé l'échelle et les tenailles. Après le coucher du Soleil Joseph d'Arimathie et Nicodème pourtant deux membres influents de la cour qui vient de juger Jésus sont allés voir Pilate pour réclamer son corps. Luc 23 verset 50, Jean 19 versets 38-42, Marc 15 versets 43-44. En présence de Marie de Cléophas de la maison d'Hérode et de Marie de Lazare le corps de Jésus a été placé, sans la mentonnière, dans un tombeau neuf appartenant à Joseph d'Arimathie. Vers 10 heures du soir Joseph d'Arimathie et Nicodème se sont présentés sur les lieux de sépulture. Les soldats de Pilate qui surveillaient la tombe fermée avec une pierre pour empêcher aux soldats de l'église d'ach
ever le crucifié, se sont vite retirés. Joseph d'Arimathie et Nicodème sont entrés dans l'antre creusé qui servait de tombe. C'était la mode de l'époque. Ils ont ranimé Jésus en lui massant le corps avec de la myrrhe et de la poudre d'aloès. Ils l'évacuèrent de la tombe en lui faisant monter sur un mulet pour le cacher dans les jardins de Gethsémani où Joseph d'Arimathie avait sa maison de vacances.

Le lendemain de bonne heure Marie de Lazare qui alla prier sur la tombe de Jésus, à sa grande stupéfaction la trouva ouverte. Elle y pénétra, elle ne vit pas le corps mais le linceul qui l'enveloppa. Toutes les marques de coups de fouets qui ensanglantaient son corps ont laissé leurs empreintes sur le tissu comme une toile de peinture d'artiste. Marie de Lazare a pris les jambes au cou pour aller annoncer à toute vitesse la résurrection de Jésus. Ainsi, la nouvelle s'est répandue à travers la ville comme une traînée de poudre. Les grands prêtres n'y croyaient pas. Ils y voyaient plutôt un vaste c
omplot ourdi par Pilate pour garder la vie sauve à Jésus. Ils ont confirmé la thèse qu'il n'était pas mort sur la croix et que le coup porté par leur soldat avec sa glaive n'était pas mortel. Ils se lancent immédiatement à la poursuite de Jésus. Pour dérouter les enquêtes policières, Jésus se rasa complètement le visage . Sans sa barbe et ses favoris traditionnels, il a complètement changé de look. De plus, il ne porte pas sa tunique jaune orange habituelle. Il se déguisa en paysan. Son profil était méconnaissable. Il ne s'appela plus Jésus pour éviter toute identification par les détectives des prêtres. On l'appelle désormais Emmanuel qui était le deuxième nom qui était inscrit par sa mère sur son baptistère.

Ses disciples ayant appris sa présence par le biais de certains amis intimes dans les jardins de Géthsémani se sont regroupés pour le visiter. C'était exactement le jour où il avait décidé de quitter les lieux pour des raisons sécuritaires parce que les soldats du Sanhédrin étaient à sa tro
usse. C'est pourquoi ses disciples l'ont rencontré sur la route d'Emmaüs au moment où il s'apprêtait à prendre une barque dans le port de Joppé pour se rendre en Asie en compagnie de Joseph d'Arimathie. Jésus a coulé le reste de sa vie comme tout le monde sous un autre nom en Inde. Sa tombe a été creusée proche de la grande route nationale. L'évidence est là. Son code génétique a été identifié par les chercheurs grâce aux fragments de ses os. Le carbone 14 a permis aisément de remonter le cours des ans. La magie de l'informatique a permis de reproduire sa photo qui n'a rien à voir avec l'imagerie que fait circuler l'église catholique selon la touche de Michel Ange. Les pulsions électroniques ont révélé un homme de race noire avec une forte corpulence.

Nous avons été traités en gamins pendant des siècles par les dignitaires de l'Église catholique qui ont tout fait pour nous empêcher de connaître le personnage. On lui a même donné une vie cachée. Quelle machination! Peu importe la couleur de J
ésus, peu importe son lieu de sépulture l'histoire doit rendre un hommage bien mérité à Pilate qui a multiplié ses démarches pour garder la vie sauve à Jésus. Il a organisé sa fuite avec le concours de certains prêtres qui ne partageaient pas la jalousie de leurs confrères. Là où il y a l'homme, il y a toujours l'hommerie. Ce sont les grands prêtres du sanhédrin qui ont voulu porter le coup fatal à Jésus. Ce sont encore les membres de l'église qui à travers les siècles refusent de clamer la vérité au grand jour, c'est pourquoi beaucoup de brebis se sont égarés. Le message du Christ est tronqué. On cache certaines vérités. Les dignitaires de l'église nous livrent que des bribes. Les coffres du Vatican recèlent certaines vérités qu'on refuse de livrer au public. Même le rapport du Pape Pie XII avec Hitler est l'objet d'une certaine cachotterie.

Les paroles de Jésus quoique cachées et même travesties demeurent pour nous une source de réconfort. Les miettes qu'on nous a laissées tomber arrivent à
nous convaincre de la puissance spirituelle de l'homme. En cette semaine sainte, une profonde détresse s'abat sur le peuple haitien qui est plongé dans une crise qui porte les cœurs à de profondes réflexions. Pourtant, Seigneur tu as versé ton sang précieux pour tout le monde. Ils préfèrent trafiquer ta parole, changer le cours de l'histoire, te peindre sous une biographie qui fait leur affaire, pour jeter davantage tes fils dans la plus profonde confusion afin qu'ils puissent s'accaparer seuls des richesses de la terre. En ton nom, Jésus ils ont colonisé, pillé, saccagé, tué, massacré. Même certains bergers que tu nous as laissés pour nous conduire dans le vert pâturage sont devenus les vendeurs du temple. Un jour ton évangile sera enfin connu!

Gelin_

Re: Jésus n'était pas mort sur la croix! (J.E.R.)

Post by Gelin_ » Thu Mar 24, 2005 4:14 pm

L'evangile selon René.......amen! men, ou kwè se vre?

[quote]...La littérature chrétienne rend Pilate responsable de la crucifixion de Jésus.[/quote]
Faux!!! Example: <I>Le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, le Dieu de nos pères, a glorifié son serviteur Jésus, que vous avez livré et renié devant Pilate, <U>qui était d'avis qu'on le relâchât</U></I> (Actes 3:13).

[quote]L'analyse des événements du Golgotha, par recoupement permet de retourner ce crime contre les dignitaires de l'église</B> qui craignaient l'arrivée de Jésus à Jérusalem à la veille de Pâques.[/quote]
A l'époque de la mort de Jesus, l'église n'existait pas encore. Par conséquent on ne peut logiquement parler de <I>dignitaires de l'église</I>....

[quote]...Jésus a coulé le reste de sa vie comme tout le monde sous un au
tre nom en Inde. <U>Sa tombe a été creusée proche de la grande route nationale</U>. L'évidence est là</B>. Son code génétique a été identifié par les chercheurs grâce aux fragments de ses os. Le carbone 14 a permis aisément de remonter le cours des ans. La magie de l'informatique a permis de reproduire sa photo qui n'a rien à voir avec l'imagerie que fait circuler l'église catholique selon la touche de Michel Ange. Les pulsions électroniques ont révélé un homme de race noire avec une forte corpulence.[/quote]
Wiipppip!! Tout ce discours, rien que pour nous dire que Jésus était un noir. On pourrait pourtant tenter de le faire d'une manière plus simple avec des textes bibliques.

[quote]...Nous avons été traités en gamins pendant des siècles par les dignitaires de l'Église catholique qui ont tout fait pour nous empêcher de connaître le personnage...[/quote]
Là, il s'agit d'une autre question.

gelin

Post Reply