Nouvèl lanmò

Post Reply
Michelange Hyppolite
Posts: 60
Joined: Mon Feb 12, 2007 8:41 pm

Nouvèl lanmò

Post by Michelange Hyppolite » Thu Mar 08, 2007 9:42 pm

Pa gen lontan depi Féquière Vilsaint nan Educa Vision aprann mwen Kouzen Paul Laraque kite nou jodi a nan zòn 5 è dimaten. Jodi a se jedi 8 mas 2007. Se sa ase mwen pote pou nou.

Pou wikenn lan mwen va fè youn rale sou Paul Laraque. Non batay Paul Laraque nan literati se te: Jacques Lenoir.

Papa kreyòl yo prale younn apre lòt. Yo te trase chemen an pou nou. Se noumenm boujon kreyòl ki pou kenbe mayèt la epi kontinye rache move zèb pou jenerasyon ki ap suiv nou yo jwenn wout la pi laj, pi bèl.

Nou ap jete twa gout dlo pou Paul Laraque, epi nou swete li va jwenn bon jan frechè nan peyi san chapo.

Pou kounye a, nou poko genyen okenn enfòmasyon sou dat ak ki kote seremoni lanmò a ap fèt.

Michel-Ange Hyppolite ( Kaptenn Koukourouj)
Ottawa Canada

Michelange Hyppolite
Posts: 60
Joined: Mon Feb 12, 2007 8:41 pm

Repòtaj Alter Presse 9 mas 2007

Post by Michelange Hyppolite » Fri Mar 09, 2007 7:01 pm

P-au-P., 9 mars. 07 [AlterPresse] --- Le grand poète haitien Paul Laraque est décédé le 8 mars à New-York, a appris AlterPresse de source informée.

Paul Laraque avait obtenu en 1979 le prix Casa de las Américas pour son double recueil de poésie « Les armes quotidiennes / Poésie quotidienne ». Il était ainsi devenu « le premier lauréat de langue française de ce prix » institué à Cuba, souligne le site de références Ile en Ile (http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/).

« Le poète a choisi la Journée internationale de la femme, pour nous quitter », a regretté son collègue Anthony Phelps dans une note parvenue à AlterPresse. « Avec la mort de Paul Laraque, je perds un ami très proche, un frère en poésie », a poursuivi Phelps.

« Patriote et homme de gauche, il a gardé jusqu'au bout ce qui, pour moi, le caractérisait le mieux : son honnêteté. Il y a trois ans Paul me confiait : Je suis resté fidèle à l'amour, à la liberté et à la poésie ou, en termes plus concrets, à Marcelle (Pierre-Louis – décédée), à Haiti et à moi-même », a indiqué Anthony Phelps.

« J'ai aimé par dessus tout cet homme vertical, qui sait dire NON », a confié à AlterPresse l'éditeur haitrien Rodney St-Éloi. « Paul Laraque a vécu jusqu'au bout avec ses idées. Il aimait l'amour, la poésie et la révolution. De sa vie à sa mort, c'est ce qui demeure : l'essentiel. Le refus de la bêtise et la lutte contre toutes les formes d'exploitation et d'avilissement de l'homme », a-t-il souligné.

« Paul Laraque, en soldat marron, a combattu toute sa vie l'Occupation. Né sous occupation en 1920, il est mort sûrement l'amertume au cœur, avec un pays occupé », a renchéri St-Éloi.

Originaire de Jérémie (Sud-ouest), le poète était un ancien officier de l'armée et avait obtenu une maîtrise en langue romane à New-York, où il s'était exilé à deux reprises, en 1961 puis en 1991.

Selon les dires de Laraque, rapportées par le site Ile en Ile, son œuvre « exhorte les peuples à se libérer et vise, par dessus tout, à apporter une nouvelle contribution haitienne, en français et en créole, à la poésie universelle ». [gp apr 2007-03-09 08:45]

Post Reply