Osijè pè Pedro Ruquoy

Post Reply
User avatar
admin
Site Admin
Posts: 2153
Joined: Thu Nov 13, 2014 7:03 pm

Osijè pè Pedro Ruquoy

Post by admin » Wed Nov 23, 2005 3:05 pm

Sant Pon Ayiti « sezi wè kòman otorite nan legliz katolik nan Repiblik Dominiken abandone pè Pedro Ruquoy »

Posté le mardi 22 novembre 2005

Nòt pou laprès Sant Pon Ayiti

AlterPresse resevwa dokiman sa a 22 novanm 2005

Sant Pon Ayiti konsidere depa definitif Pè Pedro Ruquoy pou peyi Beljik kòm yon kou di pou relasyon ant pèp Ayisyen ak Pèp Dominiken an.

Nou kwè absans li pral gen plis enpak ankò sou Aysisyen kap viv nan Batèy ki nan Barawona yo, ki pral viktim pi plis anba men Militè Dominiken ak Pwopriyetè Izin Santral Barawona.

Sant Pon Ayiti sezi wè kòman otorite nan legliz katolik nan Repiblik Dominiken abandone pè Pedro ki oblije kite travay li akoz menas pwopriyetè Izin Sik nan Barawona ap fè sou lavi l.

Depa defansè Ayisyen sa a, nan lit pou respè dwa Ayisyen yo, se yon mesaj klè kont tout moun ak òganizasyon kap defann dwa moun ak dwa Ayisyen yo an Repiblik Dominiken.
Sant Pon Ayiti avèti gouvènman an ak popilasyon Ayisyen an nan mwa kap vini la yo pral gen anpil Ayisyen yo pral voye tounen ann Ayiti, maltrete yo oubyen touye yo.

Nou mande pou Gouvènman Ayisyen an kreye yon estabilite andan peyi a epi kreye bon jan kondisyon pou tout Ayisyen rete viv nan peyi Dayiti, pandan l dwe pwoteje dwa lòt Ayisyen ki nan peyi etranje, espesyalman sa ki nan Repiblik Dominiken yo.

Nap raple Pè pedro Ruquoy kite Repiblik Dominiken 17 novanm 2005 lan, aprè l te fin pase 30 lane ap travay pou yon chanjman, nan lavi migran Ayisyen kap viv nan Repiblik Dominikèn yo. Sant Pon Ayiti ak Gwoup pou Apiye Rapatriye ak Refije yo GARR louvri yon lis siyati pou moun ki enterese rann li yon omaj li merite.

Pou siyen l, pase nan GARR, 13 1ere ruelle rivière
ak nan lokal SANT PON AYITI, 33, AV Charles Summer

Pòtoprens, 22 novanm 2005

Brigitte Canois
Administratris Sant Pon Ayiti

User avatar
admin
Site Admin
Posts: 2153
Joined: Thu Nov 13, 2014 7:03 pm

Post by admin » Wed Nov 23, 2005 3:14 pm

Mwen li de twa nouvèl endirèk sou koze sa. Mwen ta renmen yon moun ban mwen koze a nan bon manmit.

Nouvèl sa fè mwen pantan. Malgre tout menas yo toujou pote kont li, mwen pat panse jou sa tap rive. Mwen pat vle imajine l. Se yon gwo pèt pou frè nou yo nan Dominikani.

Pè Pedro Ruquoy te resevwa mwen pèsonèlman e te mennen mwen vizite anpil nan frè nou yo "lakay yo" sou batey yo. Mwen te gen chans wè li ap aji tankou pitit Bondye tout bon vre. M espere la lab tounen ankò. Mwen va retounen sou koze sa, men mwen santi pi gwo danje peze kont frè nou yo pi rèd toujou kay Dominiken yo ki sanble ta vle pase tout a lenfinitif nan jounen jodi a.

User avatar
admin
Site Admin
Posts: 2153
Joined: Thu Nov 13, 2014 7:03 pm

Post by admin » Fri Nov 25, 2005 10:32 am

Les exclus des bateys perdent une voix solidaire avec le départ du Père Pedro Ruquoy de la République Dominicaine

Port-au-Prince, 21 novembre 2005. Le prêtre belge Pierre (Pedro) Ruquoy a quitté définitivement la République Dominicaine, le 17 novembre 2005, sur demande de ses supérieurs ecclésiastiques, en raison des menaces de mort persistantes en provenance de secteurs liés aux patrons de l'usine sucrière de Barahona, a appris le GARR.

La veille de son départ, des artistes, des amis, des membres de l'équipe de Radio Enriquillo dont il était le directeur de Programmation ainsi que des fidèles de sa paroisse ont passé la nuit avec le prêtre pour remémorer quelques souvenirs et lui témoigner toute leur affection et reconnaissance.

Responsable d'une quinzaine de bateys sucriers peuplés surtout d'Haitiens et de descendants d'Haitiens, celui qu'on appelait "Le père des bateys" a souvent pris po
sition en faveur du respect des droits de ces travailleurs migrants et de leurs familles.

Avant son départ, plusieurs enfants qui vivaient chez le prêtre, parmi eux des orphelins rescapés de la tragédie des inondations de mai 2004 à Jimani ainsi que des coupeurs de canne en âge avancé, ont été confiés à des institutions haitiennes.

Avec le départ du père Pedro Ruquoy, Haiti et la République Dominicaine auront perdu l'un des alliés les plus dévoués et partisans de l'émergence de nouveaux rapports harmonieux entre les deux peuples. En Haiti, il aura laissé le souvenir d'un défenseur de la liberté d'expression et du droit à l'information du peuple haitien aux pires moments de nos turbulences politiques.

Le GARR profite de l'occasion pour témoigner toute sa reconnaissance envers le Père Ruquoy avec lequel il a eu à collaborer étroitement. Le GARR invite tous ceux et celles qui veulent lui rendre un hommage mérité à passer en son bureau ou au local du Sant Pon Ayiti, dont Pedro est le
fondateur, pour signer un texte et un registre en sa mémoire. Ce registre restera ouvert jusqu'au 18 décembre 2005, Journée de Solidarité avec les Migrants. Il sera par la suite acheminé à Pedro qui se trouve actuellement en son pays natal, la Belgique.

Adresses pour la signature du registre :

- GARR, 13 - 1ere ruelle Rivière

- ou SANT PON AYITI, 33 rue Charles Sumner, ancien local d' Info-Services, à côté de l'OAVCT.


Hommage au père Pedro Ruquoy défenseur des Droits des migrants-es haitiens-nes en République dominicaine

12 novembre 1975 - 12 novembre 2005 : Cela fait déjà trente ans depuis que le prêtre belge, Pierre Ruquoy (Pedro RUQUOY), a fait sienne la cause des laissés-pour compte en République Dominicaine, particulièrement celle des immigrants-es haitiens-nes et de leurs descendants. En raison de son engagement inébranlable, malgré les menaces et difficultés rencontrées, le père Ruquoy, de son prénom familier, Pedro, reste p
our Haiti, un grand symbole de solidarité, un artisan de Justice et de Respect mutuel.

Pedro : Défenseur de la liberté d'expression, de la liberté de la presse et du droit du peuple haitien à l'information
L'un des gestes magnanimes de solidarité du prêtre à l'endroit du peuple haitien fut pendant la période du Coup d'Etat militaire de Cédras/Michel François. Directeur à l'époque de Radio Enriquillo, à Tamayo (au Sud de la République Dominicaine), Pedro avait à ce moment déployé d'intenses efforts pour que la population haitienne eût accès au maximum d'informations en Créole sur l'actualité de leur pays, alors que les militaires putschistes s'activaient à censurer la Presse. Lorsque le gouvernement de Balaguer interdit le programme, Pedro s'est mis à chanter les nouvelles pour tenir le peuple haitien informé de ce qui se passait.

En 1994, le père Pedro Ruquoy a fondé le Sant Pon/Centro Puente, une organisation représentée à la fois en Haiti et en République Dominicaine. Le centre s'est do
nné pour mission de réaliser une série d'activités devant contribuer à un changement des mentalités dans les deux pays, à une rupture des sentiments anti-haitien et anti-dominicain, ainsi qu'à l'établissement de relations de bon voisinage axées sur la justice et l'amour.

Plus tard, on retrouvera la voix familière de Pedro sur l'antenne de Radio Haiti Inter, dans des reportages sur le quotidien des immigrants-ants haitiens ou sur les grands évènements de la vie socio-politique dominicaine. Il a prêté ses talents de journaliste à plusieurs médias, au nombre desquels le Listin Diario, El Siglo, Diario Nuevo, El Amigo Del Hogar, Radio Enriquillo, ainsi que le Réseau radiophonique de l'Eglise Catholique dominicaine (UDECA).

A travers tous ses écrits, dans les divers espaces d'information où il a évolué, Pedro s'est toujours évertué à faire connaître au peuple dominicain, la réalité des bateys. On ne compte plus ses interventions à la télévision ou aux micros de journalistes étrangers sur la situat
ion des immigrants-es haitiens et sur l'urgente nécessité pour les deux peuples voisins de rompre les barrières qui les empêchent de vivre ensemble.

Pedro a participé activement à l'effort de mise en place des radios communautaires en Haiti, par la réalisation, à l'intention de leur personnel, de nombreux séminaires de formation tant sur place qu'en République Dominicaine. Il a mis à profit sa connaissance des trois langues de l'île : le Créole, le Français et l'Espagnol, de l'histoire des deux pays, ainsi que ses talents d'écriture, pour mener à bien la révision de plusieurs projets de publications sur le thème migratoire.



Pedro : un chrétien farouchement opposé au trafic de personnes à la frontière

Année après année, le père Pedro Ruquoy acquit la conviction que le recrutement incessant des braceros haitiens à la frontière méritait une investigation plus approfondie. Ainsi, en 2002, en collaboration avec le GARR, il entreprit une enquête sur l'organ
isation de ce trafic malhonnête. Grâce aux témoignages recueillis auprès de plus de 800 braceros haitiens, l'enquête put révéler l'étroite complicité, des deux côtés de la frontière, entre les passeurs (les boukons), les policiers haitiens, les militaires et patrons d'usine dominicains pour faciliter la traversée de pauvres haitiens vers des lieux d'embauche, pour un salaire de misère et dans des conditions attentatoires à la dignité humaine.

Sur la base des informations recueillies et publiées dans le livre titré « Sur les traces des Braceros », Pedro a produit plusieurs documentaires sur le sujet du Trafic et de la Traite de personnes et a organisé de nombreux rapatriements volontaires, en particulier de mineurs haitiens, tombés dans les griffes des boukonns. Depuis lors, sa résidence au cœur même du batey 5, s'était transformée en un véritable centre d'accueil où les victimes du trafic et de la traite pouvaient se rendre pour souffler un peu. Pedro fut celui qui, pour la première fois, a traîné dev
ant les tribunaux dominicains, un trafiquant qui avait abusé de la bonne foi de 3 jeunes haitiens originaires de Port-au-Prince, pour les abandonner, après la traversée, dans les montagnes du sud.


Pedro, défenseur des droits des Haitiens et de leurs descendants en République Dominicaine

Pedro n'a jamais cessé de travailler pour que la voix des descendants d'immigrants haitiens puissent trouver un écho dans la société dominicaine. C'est ainsi qu'il a aidé divers bateys de la zone Sud de Barahona à s'organiser pour la défense de leurs intérêts. Il a fortement contribué à la création de la Plataforma VIDA, une plateforme fonctionnant sous le leadership de Dominicains d'origine haitienne qui réalise diverses activités socio-culturelles et éducatives dans les bateys.

Durant ces 5 dernières années, Pedro a contribué à la réalisation d'affiches, la tenue de séminaires et conférences dans le cadre des activités annuelles du Mouvement des Femmes Dominico-Haiti
ennes, (MUDHA) pour réclamer le droit à un nom et à une nationalité pour les descendants-antes d'Haitiens nés sur le territoire dominicain.

L'une des actions éloquentes de Pedro qui restera encore longtemps gravée dans nos mémoires, et qui sera source de gros ennuis pour le prêtre, fut sa présence aux côtés de Sonia Pierre, coordonnatrice de MUDHA, devant la Cour Interaméricaine des Droits Humains, quand pour la première fois, la cause des immigrants-antes haitiens, était débattue par-devant cette instance internationale. Récemment encore, au mois de septembre 2005, quand un groupe armé de Barranca, s'était mis à agresser des Haitiens et Haitiennes de la zone, Pedro fut le seul à avoir mis à l'abri au presbytère, une vingtaine des victimes, pour la plupart des enfants en bas âge et des femmes. L'une d'entre elles a accouché quelques jours plus tard.

Pedro, un bon berger qui n'abandonne jamais son troupeau
En dépit de cet écrasant labeur social, Pedro a toujours assumé ses responsabilités
en tant que curé d' une grande paroisse comportant plus de 15 bateys. Il trouve toujours le temps de célébrer la messe dans tous les bateys, de visiter les malades et les braceros nouvellement arrivés qui ne connaissent personne. Nous n'avions jamais pu comprendre d'où il puisait ce courage pour parcourir chaque dimanche, plusieurs dizaines de kilomètres, afin de se rendre dans les mornes et célébrer la messe au sein de communautés haitiennes reculées, que personne ne visite. C'est toujours, un vrai plaisir pour lui d'offrir le service religieux en Créole aux travailleurs agricoles haitiens employés dans la cueillette du café et des oranges dans les montagnes de Bahoruco.


Pedro, un symbole de solidarité

Dès que se pose un problème en Haiti, Pedro est parmi les premiers à qui l'on peut s'adresser pour trouver de l'aide. Nous ne saurions chiffrer le nombre de personnes en danger qu'il a su aider, que ce soit au moment du coup d'Etat militaire de 1991, que ce
soit avant la chute d'Aristide en 2003 ou après son départ, en 2004. Sa maison était toujours celle où les réfugiés-es en quête de sécurité ou de répit pouvaient se rendre sans problème, pour se reposer et reprendre espoir.

L'un des moments où Pedro a particulièrement manifesté son sens de solidarité vis-à-vis du peuple haitien souffrant, fut après les inondations survenues en mai 2004 à Mapou, Fond-Verrettes et Jimani. Quand il a découvert l'ampleur de la catastrophe chez les communautés frontalières, le nombre de familles des bateys touchées par les décès de proches en Haiti, il a décidé d'agir tout de suite. Alors qu'il n'y avait encore pas de route d'accès pour atteindre Mapou, et en dépit de son pied malade, Pedro s'était frayé un chemin à travers bois et a pris un petit canot de fortune pour naviguer jusqu'à Mapou et monter à dos d'âne pour atteindre Fond-Verretes, dès la première semaine de la catastrophe. Pendant 3 mois d'affilée, il a traversé la frontière, chaque semaine, avec une déléga
tion des bateys, pour aller apporter nourriture, vêtements et réconfort aux sinistrés- es d'un quartier de Mapou.

Parallèlement, de concert avec MUDHA, il a fourni un accompagnement assidu à une trentaine de familles haitiennes qui avaient perdu leurs proches et leurs habitations à Jimani et qui ont dû vivre pendant plus de 3 mois dans un refuge affecté aux haitiens-nes sinistré-es. Quand il a remarqué que les autorités envisageaient de déporter vers Haiti ces gens, nées pour la plupart sur le territoire dominicain, Pedro a frappé à plusieurs portes et a pu trouver le financement nécessaire à la construction d'une vingtaine de maisonnettes pour abriter dans sa zone de travail les familles sinistrées. Plusieurs enfants, descendants d'Haitiens qui ont perdu leurs parents dans les inondations de Jimani, sont encore sous la responsabilité du prêtre, car ils n'ont plus personne.

Pedro n'a pas seulement accompagné les Haitiens mais aussi des Dominicains pauvres. Pendant longtemps, il a travaillé avec
les paysans sans terre qui réclamaient l'accès à un lopin de terre pour leur auto-suffisance alimentaire. En outre, il a activement soutenu ceux-là dont les petites bananeraies avaient été rasées sans ménagement par la Direction de l'usine sucrière de Barahona. Lors de diverses marches de protestations et jusque devant les tribunaux, Pedro était toujours présent aux côtés de ces paysans pour faire respecter leur droit à la terre.

En raison de cet engagement intense et permanent, le père Pedro Ruquoy a été l'objet de menaces constantes et de persécutions sous diverses formes. Début 2005, ces persécutions ont pris une tournure plus violentes, sous l'instigation du secteur ultra-nationaliste dominicain. Au cours des six derniers mois, Pedro a été l'objet de menaces de mort, son église a été lapidée en pleine célébration eucharistique. Une campagne de diffamation de grande envergue, soutenue par certains médias a été orchestrée contre lui. Il est accusé d'avoir participé à une campagne internationale
de diffamation pour faire croire que la République Dominicaine serait en train de maltraiter des Haitiens-nes. Ce secteur va jusqu'à réclamer son départ de la République Dominicaine.

A l' occasion de ce trentenaire d'engagement du père Pedro Ruquoy en faveur du peuple haitien, ici et ailleurs, le GARR et SANT PON AYITI saluent son courage. Nous l'en remercions vivement et lui sommes reconnaissants de l'immensité du travail accompli au bénéfice des compatriotes haitiens-haitiennes, particulièrement des plus pauvres.

Nous profitons de l'occasion pour inviter toute personne intéressée à associer son nom à cet hommage au Père Pedro Ruquoy de passer au local du GARR ou de SANT PON AYITI pour apposer leur signature dans un registre à cet effet. Le registre restera ouvert jusqu' au début du mois de décembre et sera transmis au père Pedro Ruquoy, le 18 décembre 2005, Jour International de Solidarité avec les Migrants.

Adresses pour la signature du registre :

- GARR, 13 - 1ere
ruelle Rivière

- ou SANT PON AYITI, 33 rue Charles Sumner, ancien local d' Info-Services, à côté de l'OAVCT

Colette Lespinasse Brigitte Canois
GARR
Sant Pon Ayiti


Ochan pou pè Pedro Ruquoy defansè dwa migran-ant ayisyen-èn yo an Repiblik Dominikèn

Port-au-Prince,15 novanm 2005. 12 novanm 2005, fè Pè Pierre Ruquoy (Pedro RUQUOY) 30 lane depi li chwazi kanpe bò kote moun pòv yo an Repiblik Dominikèn, espesyalman imigran ayisyen yo ansanm ak desandan yo. Akòz angajman li pran, malgre difikilte ak menas li rankontre, Pè Pedro ap rete pou Ayiti ak pou zile a yon gwo senbòl SOLIDARITE, yon gwo senbòl atizan JISTIS, ak RESPÈ YOUN POU LÒT.


Pè Pedro, defansè libète lapawòl, libète laprès ak dwa pèp ayisyen an pou l jwenn enfòmasyon

Youn nan kote Pè Pedro te montre solidarite l ak
Pèp ayisyen an, se pandan koudeta Cedras/Michel Francois a. Lè sa a, kòm direktè Radyo Enrikiyo nan Tamayo (Sid Repiblik Dominikèn), li te fè kou l konnen pou chak jou li pèmèt yon bon valè nan popilasyon ayisyèn nan koute nouvèl an Kreyòl sou sa ki t ap pase nan peyi yo, alòske militè panzouyis yo te mete baboukèt sou yon seri nouvèl. Lè gouvènman Balaguer la te entèdi pwogram sa a, Pè Pedro te sèvi ak chante pou kontinye fè pèp ayisyen an jwi de dwa li genyen pou l enfòme sou sa k ap pase lakay li.

Nan lane 1994, Pè Pedro fonde Sant Pon/Centro Puente, yon òganizasyon ki gen branch li an Ayiti ak an Repiblik Dominikèn e ki ap mennen yon seri aktivite pou chanje vye mantalite, rayisman ki gen ant 2 pèp yo, epi tabli relasyon bon vwazinay ki tabli sou jistis ak renmen.

Pedro te abitye fè repòtaj nan Radyo Ayiti, sou reyalite imigran/imigrant ayisyen yo ak sou gwo evenman ki pase nan Repiblik Dominikèn. Kòm jounalis li te travay pou plizyè medya dominiken tankou Jounal Listin Diario, El Sig
lo, Diario Nuevo, El Amigo Del Hogar, Radyo Enriquillo, rezo Radyo Legliz Katolik la (UDECA).

Nan tout sa l t ap ekri oswa t ap di Pedro te toujou sèvi ak espas sa yo pou fè pèp dominiken an konnen reyalite popilasyon nan batey yo. Kanta pou entèvansyon nan televizyon ak nan mikwo jounalis etranje sou sitiyasyon imigran ayisyen yo an Repiblik Dominikèn oswa sou nesesite pou pèp ayisyen ak pèp dominiken kraze baryè ki anpeche yo viv ansanm youn ak lòt, nou pa fouti konte yo, tèlman yo anpil. Pè Ruquoy te bay mouvman Radyo kominotè an Ayiti a yon gwo jarèt nan reyalize anpil seminè fòmasyon pou yo keseswa an Ayiti, keseswa an Repiblik Dominikèn menm. Li te sèvi tou ak konesans li genyen nan lang Kreyòl, Franse ak Espayòl, konesans li sou zile a ak kapasite l pou l ekri pou l korije anpil tèks ki ta pral soti sou kesyon migrasyon.


Pè Pedro Ruquoy, yon kretyen ki pa dakò ak komès vann moun sou fwontyè a

Ane apre ane, pè Pedro te vin gen plis konviksyon a
nbochaj Ayisyen ki pa janm sispann sou fwontyè a, se yon bagay ki mande fouye pi plis. Se konsa, nan lane 2002, ansanm ak GARR li te alabaz yon gwo ankèt sou kijan trafik malonèt sa a òganize. Grasa temwayaj plis pase 800 brasewòs ayisyen, ankèt la te rive montre aklè gwo konplisite ki genyen sou 2 bò fwontyè a, ant boukonn, polisye ayisyen, militè ak gwo patwon izin dominiken, pou fè malere janbe lòt bò a, al travay pou po patat nan kondisyon ki blese diyite moun. Sou baz liv sa a, Pè Pedro reyalize plizyè dokimantè, li òganize rapatriman volontè anpil ayisyen, pami yo plizyè timoun ki te tonbe anba men boukonn yo. Depi lè sa a, lakay li te tounen yon sant dakèy kote tout moun ki te tonbe nan zatrap sa a te kapab vin pran yon ti souf. Se Pedro pou premye fwa ki te trennen devan lajistis yon boukonn ki te kase ponyèt 3 jenn gason nan Pòtoprens ak fo pwomès pou mennen yo nan chan kann lòt bò a.


Pè Pedro, defansè dwa ayisyen ak desandan yo

Pedro pa janm sisp
ann travay pou desandan imigran ayisyen yo kapab rive gen yon vwa nan sosyete dominikèn nan. Se konsa, li te ede divès batey ki nan zòn Sid Barahona òganize tèt yo pou defann enterè yo. Li ede yo monte yon òganizasyon ki rele Plataforma-VIDA, yon platfòm k ap fonksyone sou lidèchip desandan ayisyen e ki reyalize divès aktivite sosyal, kiltirèl ak edikativ nan batey yo. Nan 5 dènye ane ki sot pase la yo, Pedro te pote kole nan reyalize afich, fè seminè, fè konferans nan kad gwo aktivite MUDHA reyalize chak ane pou reklame dwa pou pitit ayisyen ki fèt sou tèritwa dominiken an gen yon non ak yon nasyonalite. Youn nan aksyon anpil moun pa p janm bliye e ki te bay Pedro anpil pwoblèm, se lè li te akonpaye Sonia Pierre, kòdonatris MUDHA devan Lakou Entèameriken Dwa Moun, nan moman kote pou premye fwa, kòz imigran ayisyen yo t ap debat devan gwo enstans entènasyonal sa a. Tou dènyeman, nan mwa septanm 2005, lè yon gwoup moun nan Barranca te vare sou ayisyen-èn pou fè gwo menas lanmò sou yo, se Pè Pedro ki te
sove yon ventèn ladan yo, lè l te louvri bra l pou akeyi yo nan Presbitè lakay li, nan batey 5. Pi fò nan moun sa yo, se te fanm ak timoun piti. Youn nan yo te gwo vant e kèk jou apre, li te akouche.


Pè Pedro, yon bon bèje ki pa janm lage twoupo li yo

Malgre tout travay sosyal sa yo, Pedro gen sou kont li yon gwo pawas, avèk plis pase 15 batey. Li toujou jwenn tan pou l fè lamès nan tout, pou l fè travay li kòm pè epi pou l mache wè moun ki malad, vizite brasewòs ki fèk vini e ki poko konnen pèsonn. Men nou pa janm konprann kote Pedro te fè jwenn kouraj pou monte nan mòn pou al di lamès pou ayisyen ki nan yon seri kote pèsonn moun pa vizite yo. Se konsa, chak dimanch, Pedro konn woule machin pandan 2 èd tan, pou l ale nan youn nan batey ki nan mòn yo kote moun yo ap keyi kafe, zoranj, pou l al di lamès ak yo nan lang pa yo. Pou limenm, se te yon veritab plezi.


Pè Pedro, yon senbòl solidarite

Depi gen yon pwo
blèm an Ayiti, Pè Pedro Ruquoy se premye moun ou ka tyeke pou bay yon kout men. Nou pa p ka konte kantite moun ki te an danje li te sove, keseswa nan moman koudeta 1991 la, keseswa anvan Aristid tonbe an 2003 oswa lè l fin ale an 2004. Kay li se te kay refijye yo, kay kote yon moun kapab, san pwoblèm, al rale yon ti souf. Men youn nan gwo moman kote Pedro montre vre li solidè ak pèp ayisyen an k ap pase tribilasyon, se apre inondasyon 2004 la nan Mapou, Fonvèrèt ak nan Jimani. Lè l te dekouvri kijan pèp 2 bò fwontyè a te frape anba katastwòf sa a, lè l te wè jan anpil fanmi nan batey kote l ap travay la te gen moun yo ki mouri, li deside rantre nan batay. Alòske pot ko gen wout pou rive Mapou, malgre pye l pa bon, Pedro te chache wout nan bwa, li monte kannòt jous li rive nan Mapou, sou do yon ti bourik pou rive Fonvèrèt nan premye semèn apre katastwòf la.

Pandan 3 mwa, chak semèn, li te travèse fwontyè a ak yon delegasyon moun ki soti nan batey yo pou al pote manje, rad ak rekonfò pou moun nan
kèk zòn nan Mapou. An menm tan, ansanm ak MUDHA, li te akonpaye yon trantèn fanmi ayisyen ki te pèdi moun ansanm ak tout sa yo te posede e ki te blije viv pandan plis pase 3 mwa nan refij yo te fè pou yo nan Jimani. Lè Pedro te remake yo soti pou depòte moun sa yo voye Ayiti alòske pi fò nan yo fèt sou tèritwa dominiken an, li te chache lajan toupatou e li te rive bati yon ventèn kay pou yo nan zòn kote l ap travay la. Plizyè timoun desandan ayisyen ki te pèdi paran yo nan dlo Jimani, toujou rete sou kont Pè a jous kounye a, paske yo pa gen pèsonn ankò sou tè a.

Pè Pedro pa defann ayisyen sèlman, li defann dominiken pòv yo tou. Li te travay anpil ak ti peyizan san tè ki t ap mande moso tè pou yo fè manje, ak ti peyizan ki gen jaden bannan izin sik Barawona a te pase traktè sou yo. Li te akonpaye yo nan divès manifestasyon, devan tribinal pou fè respekte dwa yo pou yo gen yon ti tè pou yo travay.

Akòz tout angajman sa yo, Pè Pedro Ruquoy sibi gwo pèsekisyon. Depi nan koumansman 2005 la, pè
sekisyon sa yo pran yon lòt vitès anba men sektè nasyonalis bout di a, an Repiblik Dominikèn. Yo fè menas lanmò sou li, yo kalonnen legliz li ak wòch pandan l ap fè lamès. Gen kanpay k ap fèt nan laprès pou sal non l. Yo akize l, poutèt yo di, l ap fè kominote entènasyonal la konprann Repiblik Dominikèn ap maltrete ayisyen. Yo menm mande pou l kite peyi a, karebare.

Nan okazyon 30 lane depi Pè Pedro Ruquoy ap travay anfavè pèp ayisyen an isit kou lòt bò dlo, GARR ansanm ak SANT PON AYITI, retire chapo yo byen ba pou salye kouraj li ak pwofondè travay li. Nou di Pè Pedro mèsi anpil, nou gen li rekonesans pou tout travay li fè anfavè konpatriyòt ayisyen yo, anfavè moun ki pi pòv yo.

N ap pwofite mande tout moun ki enterese ba li ochan sa a pou pase nan GARR oswa nan SANT PON AYITI pou vin mete siyati yo anba tèks sa a. Rejis la ap rete tou louvri pandan tout rès mwa novanm nan ak koumansman desanm. Li pral jwenn pè Pedro Ruquoy nan dat 18 desanm 2005, ki se JOUNEN ENTÈNASYONAL SOLIDARITE AK MIG
RAN YO.

Adrès pou siyen rejis la :

- GARR, Premye Riyèl Rivyè nimewo 13

- SANT PON AYITI,33 ri Chal Simnè, ansyen lokal Enfosèvis, akote OAVCT.

Komisyon Kominikasyon ak Pledwaye
GARR

T-dodo

Post by T-dodo » Fri Nov 25, 2005 10:51 am

Guy,

Mwen pa ka konprann, kouman izin yo depann tèlman de Ayisyiens yo, men an menm tan nou pa ka itilize depandans sa pou ameliore kondisyon yo pou travayè yo? Depi sou Jean-Claude m ap suiv dosye sa. Chak administrasyon ki vinn aprè toujou inkapab pou fè yon chanjman. Petèt mwen pa genyen tout enfòmasyon sou bagay sa? Men, mwen pa wè chanjman depi sou Jean-Claude!

Post Reply