HAITIENS EN DANGER EN RD

Locked
User avatar
admin
Site Admin
Posts: 2153
Joined: Thu Nov 13, 2014 7:03 pm

HAITIENS EN DANGER EN RD

Post by admin » Wed May 11, 2005 1:06 pm

HAITIENS EN DANGER EN RD

[quote]Chers amis,

Je viens de voir le reportage de la journaliste Bélgica Suarez d'une chaîne de télévision de la ville de Santiago sur le cas d'une jeune femme commercante dominicaine qui aurait été attaquée à coups de machette en pleine nuit en son domicile apparemment par deux haitiens selon l'édition du jour de Diario Libre. Maritza Núñez a succombé à ses blessures, son mari Domingo Antonio Luna de 32 ans reçoit actuellement des soins à l'Hôpital de Santiago.

J'ai ete vraiment choqué par l'expression d'une disposition ouverte de “tuer des enfants et des adultes haitiens” pour se venger de l'acte apparement commis par ces compatriotes, venant de l'une des personnes interviewées. Je fais déjà des démarches pour obtenir une copie de la cassette video.

D
'autres habitants de Hatillo Palma dans la province de Montecristi ont declaré leur malaise de co-habiter avec des haitiens qui sont majoritaires dans la dite communauté, tout en qualifiant leur presence “d'invasion pacifique”. Un leader communautaire accompagné d'agents policiers encourageait des compatriotes haitiens à vider les lieux pour éviter le pire.

Des affrontements ont eu lieu entre haitiens et dominicains. Plusieurs maisonnettes appartenant à des haitiens ont été incendiées. Leurs effets personnels, matelas, byciclettes, vêtements, ustensiles de cuisine trainés et brûlés en pleine rue selon les images montrées à la télévision.

Plus de 150 personnes sont actuellement en détention et passibles de rapatriement. Cependant 4 haitiens Fernando Yan, Willie Pie, Narciso Yan et Yanqui Yan ont été arrêtés en relation au crime lorsqu'ils essayaient de prendre le bus partant pour Dajabon ville frontalière avec Ouanaminthe.

Joseph Serafin Fernandez, l'oncle de l'époux de la victime a a
nnoncé qu'un front citoyen serait formé pour éviter que des cas similaires se répètent tout en indiquant leur intention d'utiliser des armes à feu pour se défendre selon le journal El Nacional.

Un dossier qui demande une intervention urgente des autorités compétentes des deux pays, les ONGs, les Eglises pour préserver les droits de nos compatriotes, aider à la réconciliation entre haitiens et dominicains dans la zone, encourager l'ouverture d'une enquête immédiate sur cette affaire, déterminer la responsabilité des présumés coupables et une bonne admistration de la justice; afin d'éviter toute manipulation de ce triste cas contre notre laborieuse communauté.

Des mots de réconfort aux parents des victimes. Que l'âme de Maritza repose en paix. Nos souhaits d'un prompt rétablissement à Domingo. Aux amis résidant en RD, je suggère de voir avec nos contacts dans la zone la possibilité de participer à la “derniere prière” à la mémoire de la defunte et si possible comme le veut la coutume en RD, pren
dre en charge certains frais et apporter des gerbes de fleurs en signe de sympathie et d'amitié.

Edwin

[/quote]

User avatar
admin
Site Admin
Posts: 2153
Joined: Thu Nov 13, 2014 7:03 pm

Alerte sur la situation qui se développe à la frontière du N

Post by admin » Sat May 14, 2005 9:08 pm

Alerte sur la situation qui se développe à la frontière du Nord-Est

GARR, Note de presse du 13 mai 2005

[quote]Le GARR lance un appel pressant aux autorités haitiennes pour demander à leurs homologues dominicains de mettre un terme à la chasse et aux rapatriements massifs d'haitiens que les autorités de la République voisine sont en train d'effectuer à la frontière du Nord-Est. Ces actions ont été déclenchées, suite à l'accusation portée contre des haitiens dans l'assassinat d'une commerçante dominicaine.

Selon les informations recueillies par le GARR, pour seulement la première moitié de la journée du vendredi 13 mai 2005, plus de 600 hommes, femmes et enfants, certains disposant de documents légaux de résidence ou de leur carte de citoyenneté dominicaine ont été expu
lsés vers Haiti. Ce flux ininterrompu s'est poursuivi tout au cours de la journée de ce même vendredi. Plusieurs autres incidents non confirmés ont été également rapportés dans la presse.

Selon le père Regino Martinez, directeur du Bureau « Solidaridad Fronteriza » établi à Dajabon, les Haitiens ont été arrêtés dans la zone de Mao(Nord de la République Dominicaine) et emmenés à la frontière, la plupart les pieds nus, sans avoir eu le temps de ramasser leurs affaires. Aucune considération n'a été faite pour leur âge, le nombre d'années de résidence qu'ils ont dans le pays ou leur situation de légalité.

Les dominicains expulsés qui protestaient se sont entendus dire qu'ils devraient d'abord se rendre en Haiti et de là prendre contact avec la Junte Electorale(institution responsable des documents d'identité) pour vérifier leur nationalité, avant qu'ils soient habilités à regagner le sol dominicain. Les militaires et agents d'immigration sont restés insensibles au cri de certains haitiens, parm
i eux des enfants, qui voulaient contacter leurs familles avant d'être rapatriés.

Le GARR souligne à l'attention de l'opinion publique nationale et internationale que ces rapatriements et expulsions constituent des violations graves des droits de la personne. Ils ne respectent ni les conventions internationales en matière de rapatriement ni, non plus l'accord signé entre les gouvernements haitien et dominicain en décembre 1999 concernant les procédures de rapatriement.

Le GARR note que ces chasses à l'homme, suivies d'expulsions massives, s'effectuent au même moment où les autorités dominicaines, par le biais de leur ambassadeur en Haiti, viennent d'annoncer la tenue du 13 au 15 mai 2005, à San Francisco de Marcoris(toujours au nord de la République Dominicaine), d'une rencontre binationale avec une délégation de divers secteurs haitiens. Ces actions, malheureusement, ne traduisent nullement cette volonté de solidarité et d'amélioration des relations tant prônée.

Le GARR espère que le Min
istre des Haitiens Vivant à l'Etranger qui participent actuellement à la rencontre de San Francisco de Marcoris en compagnie d'une délégation de plusieurs officiels, profitera de cette opportunité pour réclamer des autorités dominicaines l'arrêt de ces actes arbitraires contre les Haitiens.

Colette Lespinasse
Coordonnatrice[/quote]

Locked