Au sujet de la Première Ministre désignée

Post Reply
Serge
Posts: 326
Joined: Mon Jan 01, 2007 10:39 am

Au sujet de la Première Ministre désignée

Post by Serge » Tue Jul 15, 2008 3:54 pm

Je prends la liberté de publier ci-dessous une lettre écrite par le fameux artiste Beethovas Obas, dont la renommée n'est plus à faire. Cette lettre a été publiée sur le site Haiti Connexion. Bonne lecture!

LETTRE OUVERTE

AUX DEPUTES ET AUX SENATEURS DE LA REPUBLIQUE D'HAITI.



A Monsieur le Président du Sénat,

A Mesdames et Messieurs les Sénateurs,

A Monsieur le Président de la Chambre des Députés,

A Mesdames et Messieurs les Députés de la République,


Mesdames, Messieurs,


Je suis artiste de profession, autrement dit amoureux de l'Art, de la Culture, du Beau et de tout ce qui mène l'humain à une certaine forme d'élévation.

Je suis chrétien, c'est-à-dire pourvu de toutes les entités qui font de moi un individu capable d'aimer son prochain, tout en étant apte à différencier le bien du mal.


Depuis deux ans, j'ai été nommé Ambassadeur de la Paix par l'OEA. Le mot Paix prend toute sa substance aujourd'hui, parce que le malaise qui ourdit dans le cadre de la nomination de Madame Michèle Pierre-Louis comme Premier Ministre, semble faire souffler sur Haiti un vent de guerre morale, qui n'a pas sa raison d'être.


Mesdames, Messieurs les Députés et Sénateurs, je privilégie et je respecte ceux qui œuvrent à la préparation et à la formation de la jeunesse. C'est elle l'avenir de notre pays, c'est elle qui fera renaître Haiti de ses cendres ! Parce que hélas ! Les tergiversations pseudo-morales auxquelles s'adonnent certains acteurs politiques concernant Madame Michèle Pierre-Louis me paraissent plus stériles que des cendres.

Je ne tiens à être ni juge, ni partie. Mais à ceux qui prennent pour asseoir leur position, une certaine conscience religieuse, je rappelle que l'amour du Christ n'a jamais été fonction d'une appartenance sociale, politique ou sexuelle.


Il est trop facile de prendre la morale religieuse comme bouclier et la bible pour flèche.


A ce propos, chacun devrait souligner le fait que nulle part la bible ne relate la vie sexuelle du Christ. Personne ne peut dire qu'il en avait ou n'en avait pas. Ce seul silence devrait nous pousser à la réflexion en mettant en avant son œuvre face à l'humanité. Seuls ses actes sont passés à l'Histoire, pas son intimité.


En tant qu'artiste, lors de mes nombreuses interviews, je me suis toujours défendu de répondre aux questions concernant ma vie privée intime. Si je devais l'exhiber publiquement, je le ferais sur scène ! Aucun de vous mesdames et messieurs, ne souhaiterait qu'un tiers vienne fouiller dans ses alcôves !


J'en appelle mesdames et messieurs les représentants du Parlement, à votre capacité de jugement, uniquement basée sur les aptitudes d'un individu quel que soit son sexe, quelles que soient ses attirances sexuelles et selon les prescrits constitutionnels.

J'en appelle à votre amour de la nation et le désir que devrait nourrir chacun de vous pour une Haiti digne et fière de ses enfants.


J'en appelle à votre conscience parce qu'elle seule vous rendra impartiaux.


Que votre vote soit celui de la raison et de la justice, la vraie, celle qui dictera votre choix avec l'intelligence du cœur et de l'esprit, avec la grandeur d'âme de celui qui veut le Bien pour son pays.


Mon plaidoyer si tant est qu'il soit ainsi perçu est celui de l'équité. Le peuple haitien tout entier doit pouvoir accéder aux droits élémentaires de l'Homme.

D'avance je remercie tous ceux qui travailleront à la construction d'une Haiti digne de se positionner au sein des pays développés.


Je chante mon île par delà ses frontières, je souhaite en être le digne ambassadeur.

Je chante mon désir de voir les enfants de mon pays accéder au Savoir dans un pays où règne enfin la paix.

Je chante parce que je crois en un lendemain meilleur… Pour un avenir de Paix.


Beethova Obas

Bruxelles, ce 13 juillet 08

Isabelle Fassinou

Au sujet du texte de Beethova

Post by Isabelle Fassinou » Thu Jul 17, 2008 10:40 am

Serge:

Le texte est public et a ete publie sur Alterpresse le 13 juillet 2008. Vous pouvez le consulter:

http://www.medialternatif.org/alterpres ... rticle7458

Bien a vous,
Isabelle

Isabelle Fassinou

Le premier ministre désigné choisit la « toile » pour commu

Post by Isabelle Fassinou » Thu Jul 17, 2008 10:42 am

Dimanche 13 Juillet 2008
Le premier ministre désigné choisit la « toile » pour communiquer


Dans une note reçue ce dimanche après-midi, le Bureau de Presse du premier ministre désigné annonce que « son site est en ligne et accessible à l'adresse suivante : http:// www.micheleduvivierpierrelouis.org alors que les débats se poursuivent à l'intérieur du pays comme en diaspora sur le choix de l'écoministe Michelle Duvivier Pierre-Louis par le président Préval pour succéder à Jacques Edouard Alexis à la Villa d'Accueil. Un site Web en trois semaines : pour un aspirant à un poste politique en Haiti, c'est tout à fait nouveau dans un pays où le secteur privé investit beaucoup plus que l'Etat dans les Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication (NTIC). A remarquer que ce site est lancé 48 heures après l'avortement d'une réunion de travail (vendredi) du premier ministre désigné avec la Concertation des Parlementaires Progressistes (CPP) alors que la commission spéciale de ratification de la Chambre basse devrait communiquer son rapport ce mardi.

Ici aux Etats-Unis, en dépit de la flambée des prix de l'esence à la pompe et l'Obamania qui caractérise la course à la Maison-Blanche, la ratification de Michelle Pierre-Louis suscite beaucoup d'intérêt chez nos compatriotes. Dans les salons, aux coins des rues, autour des terrains de sports comme dans les réunions communautaires, on en parle avec une certaine passion. Invitée à se prononcer sur ce débat, Carline Désiré, Directrice de l'Association des Femmes haitiennes de Boston (AFAB), supporte la désignation de Mme Duvivier Pierre-Louis au poste de Premier Ministre et ajoute que «seules les conditions exigées par la Consitution de 1987 devraient faire l'objet de débat ».. Un extrait de l'intervention de Carline Désiré en nos studios ce dimanche..

Isabelle Fassinou

Non au fondamentalisme

Post by Isabelle Fassinou » Thu Jul 17, 2008 10:45 am

Editorial
Non au fondamentalisme

L'heure est grave. Il y a maintenant quelques mois depuis que le pays attend la nomination et l'entrée en fonction d'un Premier ministre et d'un gouvernement. La situation de l'ensemble de la société en général et des masses populaires en particulier ne fait que s'aggraver. Il est plus que temps qu'un Premier ministre puisse commencer à travailler avec un gouvernement dont les membres seront choisis loin de tout copinage et esprit de clan, sur la base de leur compétence et de leur bonne volonté. Il est temps qu'entre en fonction un gouvernement appelé à servir la société.

Mais, au-delà de cette exigence de la conjoncture, nous voulons attirer l'attention sur un danger qui menace la République. Ce danger s'est exprimé à l'occasion de certaines réactions à la désignation de madame Michèle Duvivier Pierre-Louis au poste de Premier ministre par le président René Préval. Mais ce n'est là qu'une occasion d'en mesurer la portée. Il plane sur notre pays depuis déjà quelque temps et ne fait qu'accroître. Bientôt, il envahira toutes les sphères de la société si nous ne faisons rien, si nous ne disons rien.

Il s'agit de la dérive fondamentaliste qui semble constituer la tendance dominante au sein des cultes réformés issus du christianisme. Cette dérive a atteint son comble avec la note de la Fédération des églises protestantes qui cite un texte biblique pris à la lettre et propose la création d'une commission bicamérale qui interrogerait madame Pierre-Louis à huis clos sur sa vie sexuelle.

Il ne s'agit pas ici de défendre madame PierreLouis ni des choix de vie et des pratiques sexuelles quels qu'ils soient. Il s'agit de mettre en avant des principes républicains en accord avec les conventions signées et ratifiées par l'État haitien, en accord avec le principe de la liberté individuelle, en accord avec le principe de la laicité de l'État, en accord avec les droits de la personne garantis par la Constitution, en accord avec les principes de diversité qui régissent les sociétés modernes.
La distinction entre la morale religieuse et l'éthique républicaine est la seule option pouvant garantir l'harmonie sociale et la libre expression de toutes les religions comme de l'athéisme. Nous ne pouvons soumettre la loi de la République, la vie privée des citoyens, l'exercice de leurs droits civils et politiques, au diktat d'un quelconque culte. Comme nous ne pouvons substituer ni la Bible, ni le Coran ni les chants sacrés du vodou à la loi républicaine.

Comment des pasteurs d'un culte religieux peuvent-ils aller jusqu'à demander qu'une commission soit créée pour interroger à huis clos, sur sa vie sexuelle, une citoyenne appelée à servir son pays? Les membres d'une telle commission, devront-ils la déshabiller? L'exorciser? Comment peut-on prendre à la lettre un texte religieux qui correspond à un âge historique déterminé? En poursuivant jusqu'au bout la logique de la lecture à la lettre du texte biblique, à quelles absurdités risquons-nous d'arriver ? Il est dit dans le Lévitique, cité en référence par la Fédération des églises protestantes, en son chapitre 25, verset 44 : « C'est des nations qui vous entourent que tu prendras ton esclave et ta servante qui t'appartiendront, c'est d'elles que vous achèterez l'esclave et la servante. ». Il est dit dans l'Exode, chapitre 21, verset 7 : « Si un homme vend sa fille comme esclave, elle ne sortira pas comme les autres esclaves ». Cela aussi, faut-il le prendre à la lettre? On pourrait citer de nombreux versets, comme s'amusent à le faire des internautes taquins, qui montrent le ridicule de l'interprétation à la lettre du texte biblique.
Il n'y a pas que cette note de la Fédération. Il y a ces prêches au quotidien qui dénoncent le voisin, « l'autre » comme ennemi, qui ne reconnaît qu'un seul lien, qu'une seule loi, celle de son culte, dicte le rejet de tout autre repère social, plaide pour l'appauvrissement culturel, la rupture des liens sociaux. Seul avec Dieu, tous les autres sont tes ennemis. Renforçant l'individualisme et le sauvetage personnel dans le mépris du sort des autres. L'autre, celle ou celui qui n'adhère pas à la même croyance: le catholique, le vodouisant, l'athée. Il y a ces violations constantes des droits de la personne, la pollution sonore qui trouble la paix des quartiers, l'invasion du transport public, des lieux de travail, des résidences, des rues de nos villes par un discours menaçant. L'invasion de l'espace laic, républicain: séance de prière imposée au Parlement, séance de prière imposée aux candidats aux examens d'État par les surveillants de salle. En définitive, j'ai tous les droits, parce que j'obéis aux commandements de Dieu, les autres n'ont aucun droit puisqu'ils sont dans l'erreur.

Il est plus que temps que la République réagisse à cette menace. Comme il est temps que des représentants des cultes réformés s'opposent eux-mêmes à cette dérive qui, heureusement, n'affecte pas tous les pasteurs et tous les membres de ces cultes. Hélas, elle est devenue la tendance la plus audible et sème la peur et la zizanie.

Car nous avons le droit d'avoir peur. Jusqu'où ira-t-on dans l'exercice du pouvoir religieux sur la vie sociale et politique? La République n'est ni protestante, ni catholique, ni vodouisante.

En maintes fois, dans les colonnes de ce journal, nous avons essayé d'attirer l'attention de nos lecteurs sur la nécessité d'une application stricte de la séparation du privé et du public, du religieux et du politique. Aujourd'hui, nous estimons qu'une réaction collective est nécessaire devant la menace fondamentaliste. Sans réduire ni ce culte ni d'autres à ce genre d'errements. Que les religions soient à égalité. Que chacun soit libre de croire en ce à quoi il croit. Qu'aucune croyance ne veuille se substituer aux prescrits républicains. Et si une telle dérive se perpétue, il faudra la combattre aussi ouvertement qu'elle se manifestera. Au nom des droits de la personne. Au nom de la liberté. Au nom de la République.

Claude Moise
Sabine Manigat
Roody Edmé
Lyonel Trouillot

vendredi 11 juillet 2008

Isabelle Fassinou

De grâce, appelons une escroquerie une escroquerie!

Post by Isabelle Fassinou » Thu Jul 17, 2008 10:48 am

De grâce, appelons une escroquerie une escroquerie!
- par Jean-Marie Bourjolly

Désignation de Michèle Pierre-Louis.

Je partage largement l'indignation exprimée par un grand nombre de personnes au sujet du dernier avatar de la prise en otage de tout le pays par un groupe de parlementaires et leurs alliés. Dans le même temps, j'éprouve un certain malaise à la lecture de certains textes que je pourrais signer les yeux fermés et qui pourtant me semblent – comment dire? – décalés par rapport à ce que je perçois de la réalité. Car, au fond, de quoi s'émeut-on? De l'obscénité que constituent les manœuvres dilatoires de ces individus alors que le pays n'en finit pas de crever? De leur insigne grossièreté? De leur ignorance crasse des règles élémentaires de la décence et du ridicule, lequel malheureusement ne tue pas? De tout cela, et à bon droit! Mais ne leur faisons-nous pas trop d'honneur quand nous envisageons leur malveillance sous l'angle de l'Inquisition et du fondamentalisme religieux?

Après tout, les tenants de l'Inquisition avaient parfois des convictions; et des principes, fussent-ils discutables. Et certains fondamentalistes, nous l'entendons tous les jours aux nouvelles, sont prêts à mourir pour leurs idées tordues. Je crois pour ma part que nous avons affaire à de faux dévots qui ne croient ni à dieu ni au diable, et qui, loin de les répudier, défendraient du bec et des ongles les mêmes trois Premiers ministres désignés si leurs intérêts personnels et mesquins le commandaient.

Ma mère disait qu'elle avait deux caracos, un caraco de personne polie pour interagir avec les gens décents et un caraco de voyou pour, au besoin, se colleter avec les autres. Je crois que nous devons collectivement revêtir notre caraco de voyous pour affronter ce que je considère comme une escroquerie intellectuelle, voire une escroquerie tout court, à savoir les arguments fallacieux avancés à l'encontre de la confirmation des trois Premiers ministres pressentis. Ma conviction se fonde sur une expérience passée que je vais partager avec vous.

Dans les années soixante-dix, à Montréal, nous organisions régulièrement des meetings de dénonciation du régime de Jean-Claude Duvalier. Pour dérisoires qu'ils aient pu être, ils étaient encore insupportables aux yeux de la dictature. D'où les nombreuses tentatives de torpillage en provenance du (de notre?) consulat. Elles n'étaient ni originales ni subtiles, mais elles étaient terriblement efficaces parce que nous essayions d'y répondre sérieusement, par des discours rationnels et généreux, ce qui signifie que nous ne savions pas comment faire face adéquatement à ces voyous, que nous nous n'avions qu'un seul caraco, celui qui convenait à des personnes décentes.

J'avais établi la typologie de ces entreprises de torpillage. Si mes souvenirs sont bons, elles tournaient autour de trois thèmes principaux. Quand nous parvenions, au prix de beaucoup d'efforts, à obtenir que notre meeting soit couvert par quelque journaliste québécois francophone (et donc blanc; c'était comme cela à l'époque), il y avait toujours un enfoiré pour réclamer, des trémolos dans la voix, que les débats aient lieu dans la « langue de nos très chères mamans, qui nous ont donné la vie et se sont sacrifiées pour nous », et déclarer que « Dessalines, le père de notre patrie, celui à qui nous devons notre liberté chérie, n'aimait pas les Blancs ». Quand cette tactique ne produisait pas les effets escomptés, on passait à « la matrice de notre libération, forgée par nos aieux », la fameuse cérémonie du Bois-Caiman. Du coup, la salle se trouvait divisée entre partisans et adversaires du vaudou comme facteur principal du succès de notre lutte de libération, et on en oubliait jusqu'à l'existence de Duvalier.

Et je ne vous apprendrai pas grand-chose en vous disant que l'évocation de « notre mère l'Afrique, celle à qui nous devons tout » servait opportunément, en dernier recours, à conclure que les gens assis derrière la table étaient trop clairs pour être représentatifs de la population haitienne. Et ce, de la part de gens qui, par ailleurs, s'estimaient supérieurs à « ces sauvages d'Africains ». Alors quand j'entends aujourd'hui ces professions de foi à saveur religieuse ou moralisatrice, j'éprouve une sensation de déjà-vu.

En réalité, il faut le dire bien haut, nous avons affaire à des gens dont la morale et les convictions affichées sont à géométrie variable, témoin l'affaire Ciné et celle des jeux de pneus qui rendent l'âme tous les 100 kilomètres. Des pneus, bon sang! Comment est-il possible de voler aussi bas? Des gens dont la posture pompeuse n'a d'égale que l'incompétence. Des commissions pour examiner les pièces fournies par les premiers ministres pressentis? Je t'en fous! Leur foi chrétienne? Je saurai à quoi m'en tenir à ce sujet quand on m'aura prouvé que leurs employés de service reçoivent un salaire décent et qu'ils sont traités avec tout le respect auquel ils ont droit; que leurs « restavèk » ne sont pas des semi-esclaves, qu'ils vont à l'école et sont à l'abri d'abus sexuels. À ce propos, on annonce que le pape, attendu en Australie, s'apprête, comme il l'a déjà fait aux USA, à demander pardon, au nom de l'église catholique, aux nombreuses victimes d'abus sexuels de la part de prêtres.

Qu'en est-il de nos prêtres et pasteurs à nous? Combien d'enfants et d'adultes ont été victimes de leurs abus sexuels? Combien d'enfants ont-ils conçus et abandonnés? Si on veut parler de moralité, en voilà une vraie mesure.

On remarquera que je n'évoque que des actions relevant des tribunaux, selon la loi de notre pays. Pour le reste, s'agissant des partenaires sexuels majeurs et consentants de nos politiciens, de nos prêtres et de nos pasteurs, partenaires épousés ou non, vénaux ou désintéressés, en contradiction ou non avec la loi de leur Église ou avec leur foi proclamée, hommes, femmes ou, si ça se trouve, animaux, sauvages ou domestiques, seuls ou en groupe, et de leurs positions, fussent-elles aussi sages que celle dite du missionnaire ou contorsionnées comme L'acrobate bleu de Picasso, on s'en contrefout royalement. Les tartufes qui se rendent indignes de leur office ne méritent que notre mépris et notre dérision.

Barcelone, le 13 juillet 2008.

Le Matin, 15 juillet 2008.

Isabelle Fassinou

Michèle Pierre-Louis a réussi...

Post by Isabelle Fassinou » Thu Jul 17, 2008 6:34 pm

Haiti-Premier ministre-Parlement

Michèle Pierre-Louis a réussi son premier test au Parlement
Un vote rapide obtenu à la Chambre des Députés grâce à la CPP et à l'UPDN, lui permet de remporter une première manche dans la course à la Primature en attendant la décision du Sénat

jeudi 17 juillet 2008,

Radio Kiskeya


La Chambre des Députés a largement ratifié jeudi après-midi la désignation de Michèle Duvivier Pierre-Louis au poste de Premier ministre par 61 voix pour, 1 contre et 20 abstentions, lors d'un vote ultra-rapide ayant suivi la présentation du rapport favorable de la commission spéciale chargée d'analyser le dossier de la candidate.

Grâce à l'appui quasi-unanime de deux groupes parlementaires, la Concertation des parlementaires progressistes (CPP), bloc majoritaire à la Chambre basse, et de l'Union des parlementaires pour le développement national (UPDN), la candidate a pu franchir au pas de charge cette première étape du processus de ratification.

En revanche, pour des motifs politiques vraisemblement liés à l'intention qu'aurait le Président René Préval d'écarter les partis politiques de la formation du prochain gouvernement, les groupes parlementaires de la Fusion des sociaux-Démocrates et de l'Organisation du peuple en lutte (OPL) ont fait abstention au cours de cette séance.

La vive polémique soulevée dans différents milieux par l'homosexualité présumée de Mme Pierre-Louis a en définitive eu très peu d'impact sur le vote des Députés. "Il s'agit d'une campagne calomnieuse et mensongère sans aucun fondement", avait affirmé l'éventuelle successeure du Premier ministre sortant, Jacques-Edouard Alexis, au cours d'une séance de travail dans la matinée avec les élus de la CPP.

Pour devenir la première femme Premier ministre depuis Cluadette Werleigh (1995-1996), Michèle Duvivier Pierre-Louis, 61 ans, économiste de formation et amie de longue date du chef de l'Etat, doit franchir la même étape au Sénat. Le soutien de 10 des 18 Sénateurs en fonction -mois le président- lui sera nécessaire. Ces derniers jours, cinq des membres du Grand Corps ont menacé de s'opposer aux ambitions du Premier ministre désigné arguant que "sa vie sexuelle était contraire à leur morale judéo-chrétienne".

Deux autres Premiers ministres désignés, Ericq Pierre et Robert Manuel, avaient échoué à la Chambre basse respectivement les 12 mai et 12 juin derniers.

Plongée dans une grave crise économique et sociale, Haiti est privée de gouvernement légitime depuis la destitution par le Sénat, début avril, du Premier ministre Jacques-Edouard Alexis à la suite de violentes manifestations de rue contre la faim et la vie chère. spp/Radio Kiskeya

Post Reply